Cultures & conflits

Sociologie politique de l’international

Revue de sociologie politique de l'international, qui étudie la conflictualité sous toutes ses formes, de la guerre à la violence symbolique

An international political sociology journal focused on the evolution of contemporary forms of conflict, from war to symbolic violence

Revista de sociología política internacional que analiza las diferentes dimensiones del conflicto, desde la guerra hasta la violencia simbólica

Accéder au site
Cultures & conflits

Revue de science politique, Cultures & conflits se propose d’analyser les différentes expressions de la conflictualité. Elle ouvre ses colonnes à des politistes mais aussi à des sociologues, à des anthropologues, à des historiens, des géographes spécialistes de zones particulières, en croisant leurs regards avec les préoccupations des stratèges et des spécialistes de relations internationales. La nature spécifique de l’approche choisie privilégie l’analyse des relations entre des phénomènes souvent arbitrairement découpés : relation entre l’interne et l’international, entre les formes contestataires et coercitives de violence, entre les formes de violence physique et symbolique.

Cultures & conflits is a political science journal that analyses the different expressions of conflict. It publishes articles by political specialists and also sociologists, anthropologists, historians, and specialists of particular regions, and compares their perspectives with those of strategists and specialists in international relations. The nature of the approach privileges the analysis of relationships between often arbitrarily compartmentalised areas, such as the relationship between internal and international affairs, anti-establishment and coercive forms of violence, and physical and symbolic forms of violence.

Éditeur

CCLS - Centre d'études sur les conflits lilberté et sécurité

Association créée en 1990, le CCLS se veut un lieu de confrontation intellectuelle entre politistes, internationalistes, sociologues, anthropologues, juristes, philosophes, historiens ou géographes. Les recherches portent sur les transformations sociales et la manière dont se construisent les insécurités et les peurs, ainsi que sur les pratiques de gestion de la sécurité.

L’Harmattan

Éditeur de littérature et de sciences humaines, principalement sur l’Afrique, l’Amérique Latine et l’Asie, L'Harmattan est une maison d'édition française, créée et dirigée par Denis Pryen. Elle tire son nom du vent Harmattan.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

redaction@conflits.org

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Daniel Hermant

Rédacteur(s) en chef

Didier Bigo, Laurent Bonelli

Responsable de l'édition électronique

Karel Yon

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

1990-2016

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trimestrielle

Année de création

1990

Date de mise en ligne

02 janvier 2002

ISSN format électronique

1777-5345

ISSN format papier

1157-996X

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Coordonnées

Courriel

redaction@conflits.org

Adresse postale

Cultures & conflits
Université Paris X Nanterre
Batiment F - Bureau 515
200 avenue de la République
92001 Nanterre
France

Ville de production

Nanterre

Actualités

Nouveau numéro

113 | 2019 – L'état d'urgence en permanence (2)

Couverture C&C 113
ISBN 978-2-343-18320-6
138 pages - 16,50 €

La proclamation de l’état d’urgence, dans les heures qui ont suivi les attentats de Paris et Saint-Denis du 13 novembre 2015, et ses prorogations successives jusqu’au 1er novembre 2017 constituent un terrain privilégié pour approfondir la réflexion sur le fonctionnement du pouvoir dans les démocraties libérales. Cet épisode n’est en effet pas aussi unique, aussi exceptionnel que certains voudraient le croire. Le recours à l’état d’urgence, sous une forme ou une autre, apparaît au contraire assez fréquent dans des pays, sous des régimes politiques et à des époques différentes. Pour autant, il ne se confond pas avec une théorie de l’État d’exception qui ferait presque automatiquement glisser les démocraties vers un régime autre, qu’on l’appelle autoritarisme, totalitarisme ou démocratie illibérale. Penser l’urgence comme une série de techniques de gouvernement, s’articulant avec les mécanismes de suspicion, d’anticipation, « d’administrativisation » de ce qui fut judiciaire, permet ainsi de dresser l’inventaire de ses modalités pratiques, de ses rationalités juridiques, politiques et sociales et de reconstituer son histoire. L’ambition de ce numéro de Cultures & Conflits, dans le sillage du précédent, est donc de consacrer au sujet de l’état d’urgence toute la place qu’il mérite. Mobilisant des juristes, des politistes et des historiens, il entend croiser les regards dans l’espace et dans le temps sur les dispositifs utilisés pour faire face à des troubles sociaux, à la violence politique, voire aux catastrophes naturelles.

The declaration of a state of emergency in the hours that followed the November 2015 Paris and its successive extension until November 1, 2017 constitute a privileged terrain from which to deepen reflection on how power functions in liberal democracies. This episode is not as unique or exceptional as some would like to believe. On the contrary, the resort to a state of emergency, in one form or another, occurs rather frequently in countries characterized by different political regimes across time. Yet, the notion of a state of emergency as a mode of governing should not be confused with the concept of a state of exception which almost automatically push democracies towards other types of political regimes, such as what are referred to as authoritarianism, totalitarianism, and illiberal democracy. Instead, we propose to think about emergency as a series of techniques of government that connects mechanisms of suspicion and anticipation alongside the “administrativization” of legal instruments. In doing so, we are able to draw up an inventory of a state of emergency’s practical modalities, of its legal, political, and social rationalities whilst reconstructing its history.   Thus, the aim of this Cultures & Conflits special issue –in the wake of the previous edition– is to give the state of emergency, as a scholarly object, the attention that it deserves. Bringing together legal experts, political scientists, and historians, this issue unites diverse temporal and spatial perspectives on dispositives used to tackle social unrest, political violence, and even natural disasters.