La Lettre de l’OCIM

Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques

Publication consacrée à l’actualité muséale, la muséologie, la muséographie, la conservation et la restauration

A publication devoted to museology and conservation

Accéder au site
La Lettre de l’OCIM

La Lettre de l’OCIM est la revue professionnelle qui, depuis plus de 20 ans, s'adresse à tous les acteurs du milieu muséal. Bimestrielle, elle a comme vocation d'informer les professionnels du patrimoine et de la culture scientifique et technique sur les expériences menées par d’autres institutions muséales, de leur faire partager les acquis dégagés et de leur faire connaître les avancées en matière de muséographie, de conservation, de gestion des collections et d’animation du patrimoine et de tout autre domaine ayant trait à la vie du musée.

La Lettre de l’OCIM is a professional journal published by the Office de coopération et d'information muséographiques which, for over 20 years, has offered a mouthpiece for the whole museum sector. Every two months, it presents the current state of affairs in museums and cultural, academic and technical institutions, publishing articles written by specialists of museology, museography and conservation.

Éditeur

OCIM

Office de coopération et d'information muséales

En savoir plus

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

serge.lochot@u-bourgogne.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Alain Bonnin

Rédacteur(s) en chef

Serge Lochot

Responsable de l'édition électronique

Fabien Lacaille

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2006-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an

Périodicité

Bimestrielle (tous les deux mois)

Année de création

1988

Date de mise en ligne

19 janvier 2011

ISSN format électronique

2108-646X

ISSN format papier

0994-1908

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

serge.lochot@u-bourgogne.fr

Adresse postale

La Lettre de l’OCIM
36 rue Chabot-Charny
21000 Dijon
France

Ville de production

Dijon

Actualités

Nouveau numéro

191 | 2020 – septembre-octobre 2020

CouvLO191

Recherche, mise en exposition et publics

Ce numéro de rentrée – qui est notamment l’occasion de publier une analyse des offres de formations initiales aux métiers des musées – accorde une place importante aux acteurs du monde de la recherche et de l'enseignement supérieur. Ainsi, les retours d’expériences de chargés de mission investis respectivement à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et à l’université de Bourgogne font l’objet de deux articles.
Cette édition de la lettre aborde également la question de la mutation muséale à travers l’exemple de la mise en œuvre d’un Projet scientifique et culturel (PSC) au muséum de Genève.

Autant dans la mise en œuvre d’expositions destinées à faire connaître des résultats récents de recherches que dans la valorisation d’un ensemble patrimonial, les démarches de ces acteurs matérialisent et confirment la nécessité de l’existence d’un continuum entre recherche, mise en exposition et publics.
En effet, si la quasi-totalité des structures muséales ont rouvert leurs portes à l'issue de la période de confinement, la plupart sont aujourd’hui confrontées à la question de leurs publics : comment faire revenir les visiteurs, dans quelles conditions, avec quelles pratiques et, surtout, pour partager quels propos et quels questionnements ? La crise sanitaire induit des interrogations, ouvre des opportunités et surtout renforce des convictions : les acteurs du monde muséal restent des interlocuteurs privilégiés sur ces questions sociétales et environnementales. « En tant que lieu public, lieu social, lieu de culture, d’éducation et de transmission, [le musée] est un terrain fertile pour les réflexions envers tous les publics exclus » écrit également Muriel Molinier, dans la rubrique « Recherches » de ce numéro.

À la Cité des sciences et de l’industrie, puis au Muséum national d’Histoire naturelle, Jean-Marc Drouin (1948-2020) a justement analysé et rendu lisibles les relations entre la construction des savoirs dans le domaine de l’histoire naturelle et la collecte, la mise en exposition et les publics. Comme l’a écrit Michel Serres, son directeur de thèse, il « donne au confus la place du clair ». Notamment quand il s’agissait de penser les relations entre espèce humaine et biodiversité. Des travaux qui, pour comprendre le contexte actuel et imaginer le rôle de l’institution muséale et de l’exposition, restent essentiels.

Samuel Cordier, directeur de l'Ocim