La Lettre de l’OCIM

Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques

Publication consacrée à l’actualité muséale, la muséologie, la muséographie, la conservation et la restauration

A publication devoted to museology and conservation

Accéder au site
La Lettre de l’OCIM

La Lettre de l’OCIM est la revue professionnelle qui, depuis plus de 20 ans, s'adresse à tous les acteurs du milieu muséal. Bimestrielle, elle a comme vocation d'informer les professionnels du patrimoine et de la culture scientifique et technique sur les expériences menées par d’autres institutions muséales, de leur faire partager les acquis dégagés et de leur faire connaître les avancées en matière de muséographie, de conservation, de gestion des collections et d’animation du patrimoine et de tout autre domaine ayant trait à la vie du musée.

La Lettre de l’OCIM is a professional journal published by the Office de coopération et d'information muséographiques which, for over 20 years, has offered a mouthpiece for the whole museum sector. Every two months, it presents the current state of affairs in museums and cultural, academic and technical institutions, publishing articles written by specialists of museology, museography and conservation.

Éditeur

OCIM

Office de coopération et d'information muséales

En savoir plus

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

serge.lochot@u-bourgogne.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Alain Bonnin

Rédacteur(s) en chef

Serge Lochot

Responsable de l'édition électronique

Fabien Lacaille

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2006-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an

Périodicité

Bimestrielle (tous les deux mois)

Année de création

1988

Date de mise en ligne

19 janvier 2011

ISSN format électronique

2108-646X

ISSN format papier

0994-1908

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

serge.lochot@u-bourgogne.fr

Adresse postale

La Lettre de l’OCIM
36 rue Chabot-Charny
21000 Dijon
France

Ville de production

Dijon

Actualités

Nouveau numéro

196 | 2021 – juillet-août 2021

Couverture LO 196

 L'aliénation des collections muséales en question

Après deux cent jours de fermeture, 1 200 musées au moins ré-ouvrent leurs portes. Des expositions à peine ouvertes et préparées entre temps renouvellent considérablement l’offre. Mais l’absence de la clientèle touristique va rendre compliqué leur financement. Et si les collections redevenaient une ressource primordiale ? Ce numéro de la lettre de l’Ocim est le résultat d’une commande express ciblée. Elle a été adressée, il y a peu, à un petit nombre de contributeurs tous choisis par les deux coordinateurs de ce cahier pour interroger la gestion et l’avenir des collections. Cédric Crémière qui a dirigé le muséum d’Histoire naturelle de la ville du Havre a accepté d’évoquer le travail de réflexion sur la chaîne patrimoniale qu’il a mis en œuvre sur les collections. Yves Winkin, connu pour ses réflexions sur l’avenir du musée, évoque le devenir des collections dont les musées essaient de se défaire tout en essayant de leur conserver leur valeur. Le paradoxe est qu’il s’agit de donner tout en gardant des objets que l’on soigne et chérit. Dans la même veine, Manon Six décrit comment le tri des collections lors et leur reconditionnement au musée de Bretagne a permis de diminuer de façon très considérable le nombre d’items des collections. Michel Van Praët, pour sa part, montre que la restitution des restes humains ne dispense pas d’un débat et d’une rencontre avec les pays d’origine. Serge Latouche, économiste et théoricien de la décroissance, à qui nous avons communiqué des travaux édités en anglais sur le deaccessioning, résume ses idées appliquées au monde des musées. Ses réactions publiques sur cette question sont éditées pour la première fois. Vittorio Marchis qui avait osé aborder le rapport entre le patrimoine et la poubelle, il y a déjà 20 ans dans cette revue, souligne pour sa part les paradoxes de l’aliénation numérique du patrimoine industriel. Les exemples qu’il cite en Europe sont loin d’être convaincants. Enfin, nous remercions très chaleureusement Roger Boulay. Cet ethnologue français spécialiste du monde mélanésien restitue le considérable et remarquable travail de terrain qu’il a conduit durant de nombreuses années pour réunir et interpréter le patrimoine kanak dispersé. Ces questions complexes sont un chantier désormais ouvert. Aux lecteurs de juger la complexité de la réflexion et du travail qui reste à faire tant en termes de futures collections et de leur gestion ou de restitution des restes humains et des patrimoines coloniaux..

Daniel Jacobi, professeur émérite, Avignon université
Ewa Maczek, directrice par intérim de l'Ocim