Cahiers d’études africaines

Revue interdisciplinaire bilingue consacrée aux sciences sociales sur l'Afrique et le Monde noir

A multidisciplinary bilingual journal promoting africanist research in the humanities

Accéder au site
Cahiers d’études africaines

Les Cahiers d’Études africaines, depuis leur fondation en 1960, privilégient la publication d’articles inédits, nourris par des enquêtes originales et des apports théoriques consolidés ou émergents. Tout en étant interdisciplinaire, la revue privilégie les recherches anthropologiques et historiques sur l’Afrique et les sociétés liées à l’Afrique à travers le monde.

The Cahiers d’Études africaines, founded in 1960, have ever since favored the publication of previously unpublished articles, original investigations along with confirmed or emerging theoretical contributions.  While encouraging interdisciplinary perspectives, the journal concentrates on anthropological and historical research on Africa and societies linked to Africa throughout the world.

Éditeur

Éditions de l’EHESS

L'activité éditoriale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales s'inscrit dans la tradition et la vocation de l'institution, depuis la création de la VIe section de l'École Pratique des Hautes Études en 1947. Les Éditions de l’EHESS ont pour mission de faire connaître et diffuser, auprès de la communauté scientifique et d'un public curieux des sciences sociales, des recherches exigeantes et novatrices. En accord avec la tradition expérimentale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, elles participent à l'exploration de nouveaux champs de savoirs et travaillent au projet intellectuel des sciences sociales, dans la pluralité des manières de faire, des terrains et des périodes qui organisent ces disciplines.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

cahiers-afr@ehess.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Christophe Prochasson

Rédacteur(s) en chef

Eloi Ficquet

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2000-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trimestrielle

Année de création

1960

Date de mise en ligne

01 juillet 2003

ISSN format électronique

1777-5353

ISSN format papier

0008-0055

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

cahiers-afr@ehess.fr

Adresse postale

Cahiers d’études africaines
IMAf - Bâtiment de recherche Sud, 4126
Campus Condorcet
5, rue des Humanités
93300 Aubervilliers Cedex
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

248 | 2022 – La classe en islam : entre piété et distinction

Couverture
ISBN 978-2-7132-2928-2

Les recherches académiques sur l’islam intègrent rarement l’appartenance à une classe sociale comme critère d’analyse, différenciant plutôt les musulman.e.s par leurs divergences dogmatiques (soufies, salafistes, etc.). Or, dans les contextes régionaux contemporains d’Afrique centrale, de l’Ouest et du Nord, reconfigurés par les violences djihadistes, nombre de musulman.e.s redéfinissent les normes de leur « bonne religiosité » en jouant sur des marqueurs de classe. Majoritairement axées sur les musulmanes, figures centrales de ces nouvelles configurations de religiosités, les études de cas présentées dans ce numéro montrent qu’une appartenance de classe — entendue en termes socioéconomiques, mais aussi en fonction de pratiques (culturelles, matérielles) où s’expriment des sentiments d’adhésion à un groupe — influe sur les façons d’être et de se montrer musulman.e ; et qu’en retour, l’affirmation de pratiques religieuses renforce un sentiment de différenciation sociale. Les contextes urbains, où les « classes moyennes émergentes » sont les plus visibles, sont privilégiés pour poser la question d’une éventuelle corrélation entre volonté d’ascension sociale et prétention à une élévation morale et religieuse.

Academic research on Islam rarely includes an analysis of social classes as a means to think about social differentiation between Muslims. Dogma (Sufis, Salafists, etc.) is the primary angle through which differences amongst Muslims are studied. Yet, in the contemporary regional contexts of Africa, especially North, West and Central Africa, where jihadist violence has reconfigured existing social belongings, many Muslims are redefining the norms of “good religiosity” through class markers. Focused mainly on Muslim women as central figures in these renewed forms of religiosity, the case studies presented in this issue show that class belonging, understood in socio-economic terms but also through embodied cultural and material practices, compels individual and group assertions of Muslimhood. In a reciprocal manner, the upholding of specific practices reinforces a sense of social differentiation. Urban contexts, where the “emerging middle classes” are most visible, are privileged sites to question a possible connection between the desire for social ascension and the claim to moral and religious elevation.