Pratiques

Linguistique, littérature, didactique

Pratiques

Née en 1974 à l’initiative d’un collectif d’enseignants de français dans le secondaire, la revue Pratiques avait pour objectif l’appropriation critique des théories linguistiques et littéraires (sémiotique du récit, linguistique de l’énonciation,  l’oral, théorie de l’orthographe, etc.), dans le but de rendre plus cohérentes les pratiques professionnelles des enseignants de français. Au fil des changements institutionnels (création des IUFM qui prennent en charge la formation initiale et continue des enseignants), la revue, tout en conservant sa vocation pluridisciplinaire (linguistique, littérature, didactique) s’est orientée vers un lectorat de chercheurs et de spécialistes. Les champs disciplinaires couverts sont, outre les théories linguistiques du texte, la poétique du style, l’anthropologie de la littérature et la didactique de la langue et des discours.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

publications@pratiques-cresef.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

André Petitjean

Rédacteur(s) en chef

Caroline Masseron

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2008-2018

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1974

Date de mise en ligne

09 décembre 2014

ISSN format électronique

2425-2042

ISSN format papier

0338-2389

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

publications@pratiques-cresef.fr

Adresse postale

Pratiques
8 rue du Patural
57000 Metz
France

Ville de production

Metz

Actualités

Nouveau numéro

179-180 | 2018 – Poésie et langue : aspects théoriques et didactiques

couverture_179-180

Cette livraison renoue avec l’histoire un peu compliquée de la revue Pratiques et de la poésie, jadis au cœur de son projet politique et didactique de rénovation de l’enseignement du français. Mais au fil du temps, les numéros consacrés à la poésie, ou, mieux encore, l’intégrant dans ses problématiques (syntaxe, sémantique, lexicologie, genre, récit, écrit-oral, ponctuation entre autres) étaient devenus rares et de plus en plus pessimistes. Car la poésie, transgenre, trans-régime (linguistique) et peut-être transdisciplinaire, peut opérer, sur la langue et sur l’enseignement, un triple effet, de stimulation, de loupe et de questionnement. Les poètes et les linguistes renouent ici les fils qu’on avait laissés s’effilocher, malgré les travaux sur la poésie de Saussure, réintégrés dans une leçon moins structuraliste, et ceux mis au jour plus récemment de Benveniste, de Coseriu (sans oublier ceux de Jakobson et Meschonnic) qui nous montrent qu’il y a bien une tradition (indo)européenne et francophone de lien entre poésie et théories de la langue – largement réassurée par Humboldt et Mallarmé au XIXe siècle – qu’il faut faire fructifier, loin d’une théorie de l’écart poétique, qui exclut la poésie de la langue et de la didactique du français. Les didacticiens de FLM et de FLE (soutenus par les poètes), avec leurs manuels, leurs genres d’activités et leurs gestes professionnels, peuvent-ils rester à la traine, au moment où la psychologie cognitive, les théories de la réception littéraire subjective, de la communication empirique et consumériste et de l’ergonomie du travail semblent occuper tout l’espace scientifique et professionnel, et conduire la main des politiques ? C’est au contraire le bon moment où la poésie, la linguistique et l’écologie de l’apprentissage doivent s’inviter au débat public pour faire en sorte qu’imaginaires singuliers, imaginaires collectifs, configurations littéraires et textuelles d’un côté, et réflexivité raisonnée sur la langue et les œuvres de l’autre épaulent, complètent ou contredisent les précédentes dans « Le Grand Combat » de demain – celui de Michaux et de nous tous – de la lutte contre l’échec scolaire et la marginalisation sociale, et pour l’humanisation démocratique toujours à reconstruire. Demain, à nouveau, la poésie pourra répondre : présente !