Astérion

Philosophie, histoire des idées, pensée politique

Revue de sciences humaines consacrées à l'étude de l'histoire de la philosophie et de la pensée politique

A humanities journal devoted to the history of philosophy and politics

Accéder au site
Astérion

Astérion est une revue exclusivement électronique, soutenue par l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines. Elle est l’expression des activités du CERPHI (Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’Humanisme aux Lumières) et de l’équipe « Les discours du politique en Europe ». Deux axes de publication y sont privilégiés : l’histoire de la philosophie, des sciences et des sensibilités dans la constitution de la modernité et l’histoire de la pensée politique en Europe, du XVIe au XXe siècle.

Astérion is an exclusively electronic journal, backed by the Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences humaines. It is produced by the CERPHI (Centre of Studies in Rhetoric, Philosophy and History of Ideas, from Humanism to the Enlightenment) and the team « Discourses of Politics in Europe ». Two axis of publication are favoured: the history of philosophy, sciences and sensitivities in the constitution of modernity and the history of political thought in Europe from the 16th to the 20th century.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

asterion@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via WorldCat

Directeur de la publication

Emmanuel Trizac

Rédacteur(s) en chef

Marie Gaille, Makram Abbès, Audrey Rieber

Responsable de l'édition électronique

Anne Vernay

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2003-2023

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle (deux fois par an)

Année de création

2003

Date de mise en ligne

01 juin 2003

ISSN format électronique

1762-6110

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par le comité éditorial

Délai moyen entre soumission et publication

60 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Licence

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Droits d'auteur

L’auteur ne cède pas ses droits à titre exclusif à la revue

Coordonnées

Courriel

asterion@ens-lyon.fr

Adresse postale

Astérion
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

29 | 2023 – Pour une histoire sémantique du politique

L’ouvrage de Claudia Moatti Res publica. Histoire romaine de la chose publique, paru en 2018, entreprend de reconsidérer la notion romaine de res publica en cherchant à sortir de la traduction par « République ». La res publica ne peut être définie ni comme une abstraction ni comme un régime politique. Trois conceptions émergent de l’étude de Claudia Moatti, celles-ci cohabitant dans une vision antique de la res publica : la res publica comme pratique de la légalité, la res publica comme ensemble institutionnel, la res publica comme gouvernance.

Cet ouvrage marque une rupture dans l’historiographie contemporaine sur l’histoire politique de la Rome antique. Au centre de ses apports, se situe la question de la méthode suivie par l’autrice qui pose une tout autre manière d’envisager un concept politique antique et qui place au premier plan les questions de la langue et de l’anthropologie qui se dessinent en toile de fond. Pour comprendre ce qu’est la res publica, il faut resituer le mot dans son environnement et voir toutes les associations, constellations, agrégations mais aussi les dérivations qui donnent toute son épaisseur sémantique au concept.

Ce dossier se fixe un double objectif : étudier la question du rapport entre la langue et les pratiques politiques à laquelle nous invite l’ouvrage de Claudia Moatti et interroger la manière dont le concept de res publica a été reçu par la postérité.

Claudia Moatti’s 2018 book Res publica. Histoire romaine de la chose publique endeavours to reconsider the Roman notion of res publica, by seeking to move beyond the translation of “Republic”. Res publica cannot be entirely defined as an abstraction or as a political regime. Three different conceptions emerge from Claudia Moatti’s study, which coexisted in an ancient vision of the res publica: res publica as a legal practice, res publica as an institutional system, and res publica as power of governance.

This book is a breakthrough in the contemporary historiography of the political history of ancient Rome. At the heart of the author’s contributions lies the question of the methodological method she follows, as she proposes a completely different way of looking at an ancient political concept and places background language and anthropology at the fore of her endeavour.

To understand what res publica is, we need to place the word in its context and see all the associations, constellations, aggregations and derivations to be able to give the concept its full semantic depth post-study.The aim of this feature is twofold: to study the question of the relationship between language and the political praxis that Claudia Moatti’s book invites us to perceive, and to examine the way in which the concept of res publica has been received by posterity.