Astérion

Philosophie, histoire des idées, pensée politique

Revue de sciences humaines consacrées à l'étude de l'histoire de la philosophie et de la pensée politique

A humanities journal devoted to the history of philosophy and politics

Accéder au site
Astérion

Astérion est une revue exclusivement électronique, soutenue par l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines. Elle est l’expression des activités du CERPHI (Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’Humanisme aux Lumières) et de l’équipe « Les discours du politique en Europe ». Deux axes de publication y sont privilégiés : l’histoire de la philosophie, des sciences et des sensibilités dans la constitution de la modernité et l’histoire de la pensée politique en Europe, du XVIe au XXe siècle.

Astérion is an exclusively electronic journal, backed by the Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences humaines. It is produced by the CERPHI (Centre of Studies in Rhetoric, Philosophy and History of Ideas, from Humanism to the Enlightenment) and the team « Discourses of Politics in Europe ». Two axis of publication are favoured: the history of philosophy, sciences and sensitivities in the constitution of modernity and the history of political thought in Europe from the 16th to the 20th century.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

asterion@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Marie Gaille, Makram Abbès, Audrey Rieber

Responsable de l'édition électronique

Aurélie Blanc

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2003-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle (deux fois par an)

Année de création

2003

Date de mise en ligne

01 juin 2003

ISSN format électronique

1762-6110

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par le comité éditorial

Délai moyen entre soumission et publication

60 semaines

Coordonnées

Courriel

asterion@ens-lyon.fr

Adresse postale

Astérion
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

22 | 2020 – Le lien social

L’objectif de cette publication est de clarifier les représentations, et de l’homme et de la société, qui se développent de l’Antiquité au siècle des Lumières. Létitia Mouze explore la notion politique de « lien » (desmos) chez Platon et détermine son rapport avec la philia (amitié) des citoyens entre eux, condition sine qua non de la cité. Mais dès lors que la philia n’est plus une évidence, comment composer et vivre le lien social ? Olivier Guerrier et Sylvia Giocanti s’attellent par deux biais différents à la question de la gestion des liens, publics et privés, chez Montaigne, lequel ne minore en rien la part de conflictualité inhérente au désir. Locke définit de façon classique le langage comme le lien commun de la société, mais il s’agit ici pour Éric Marquer de révéler la profonde unité entre la logique et l’analyse de la communication sociale. Éléonore Le Jallé s’intéresse au rapport entre la vertu naturelle de bienveillance et la vertu artificielle de justice, pour montrer que Hume, à la différence d’auteurs tels que Smith et Rawls, a su mettre en lumière les contradictions entre ce que recommande la bienveillance et ce que demande la justice. En partant des expériences de pensée au XVIIIe siècle, Christophe Martin montre que là où l’expérience de désocialisation vise à démontrer la naturalité du lien social, elle sert au contraire chez Rousseau à révéler les potentialités de la nature de l’homme que l’environnement artificiel de la société a « défigurée ». Chez ce même auteur, Géraldine Lepan met enfin en évidence les implications de la définition de l’homme comme être « relatif » : comment faire en sorte que les liens juridiques du contrat correspondent au développement des liens naturels et civils ?

This publication intends to clarify different portrayals of Man and society, developed from Antiquity to the Age of Enlightenment. Létitia Mouze explores Plato’s political notion of “bond” (desmos) and determines its relationship with citizens’ philia (friendship), a sine qua non condition of community. Yet whenever philia can no longer be taken for granted, then how can the social link be construed and experienced? Olivier Guerrier and Sylvia Giocanti are both interested in Montaigne. They study the question of public and private links without minimizing the human conflict which naturally arises from ambivalent desires. Locke defines language as the common link of society, yet Éric Marquer focuses on the profound unity between logic and civil life and considers the role of practices and uses in constituting the relationship between ideas. Éléonore Le Jallé compares two forms of social links according to Hume, corresponding respectively to the natural virtue of benevolence and to the artificial virtue of justice, in order to analyze Hume’s enhancing of the possible contradictions between these two virtues, an observation which other authors such as Smith or Rawls, have somehow neglected. By focusing on thought experiments of the 18th century, Christophe Martin illustrates that, where desocialization experiments tend to prove the naturality of the social link, for Rousseau it instead serves to bring to light the potentialities of human nature which society’s “artificial” environment has disfigured. Finally, Géraldine Lepan’s article deals with the definition of Man as a “relative being” by Rousseau: how can “bonds” correspond to the development of natural and civil “ties”?