Ateliers d'anthropologie

Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative

Revue d'anthropologie générale et comparative traitant des sociétés et des cultures contemporaines et historiques

A journal of general and comparative anthropology focusing on past and present societies and cultures

Revista de antropología general y comparativa que contempla las sociedades y las culturas contemporáneas e históricas

Accéder au site
Ateliers d'anthropologie

Ateliers d'anthropologie est une revue thématique électronique à comité de lecture. Ouverte aux objets les plus divers, ancrés dans des ethnographies alliant rigueur empirique et innovation théorique, la revue édite l'anthropologie en train de se faire. Sa mise en ligne intégrale permet d'inclure toute ressource documentaire et multimédia.

Ateliers d’anthropologie is an online thematic journal with a review committee. Open to subjects focused on ethnographic studies combining theoretical innovations and precise observations, the journal publishes anthropology in the making. Since it is published online, it allows authors to include any supporting information and multimedia sources.

Éditeur

Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

Le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) est une unité mixte de recherche du CNRS et de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (UMR 7186).

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Revue ayant obtenu le label ERIH

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

ateliers.anthropologie@cnrs.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Baptiste Buob

Rédacteur(s) en chef

Anthony Stavrianakis

Responsable de l'édition électronique

Sandrine Soriano

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2001-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Un à trois numéros par an

Année de création

1987

Date de mise en ligne

01 juin 2007

ISSN format électronique

2117-3869

ISSN format papier

1245-1436

Langues de publication

Français, English

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Délai moyen entre soumission et publication

52 semaines

Coordonnées

Courriel

ateliers.anthropologie@cnrs.fr

Adresse postale

Ateliers d'anthropologie
Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative
UMR 7186, CNRS-Université Paris Ouest
Maison de l'archéologie et de l'ethnologie "René Ginouvès"
21, allée de l'université
92023 Nanterre cedex
France

Ville de production

Nanterre

Actualités

Nouveau numéro

48 | 2020 – Alors vint la nuit…

Couverture d'Ateliers d'anthropologie, 48|2020

Au cours des deux dernières décennies, le séminaire « Anthropologie de la nuit » du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative s’est donné pour tâche d’inscrire la nuit comme un domaine de recherche de plein droit, appuyé par de nombreuses ethnographies dans des terrains proches ou lointains et dont le traitement repose sur une visée pluridisciplinaire et comparatiste à l’échelle des sciences humaines. Ce numéro d’Ateliers d’anthropologie réunit quelques contributions récentes de chercheurs sollicités pour interroger et analyser les nuits de leur terrain : terrains aussi lointains que l’arctique canadien et la Mésoamérique, ou territoires proches alimentant la recherche historique comme la sociologie des faits contemporains. Mais comment comparer la pensée inuit qui coud la continuité entre nuit et jour et obscurité et lumière ; le vécu nocturne des femmes dans un univers carcéral ; les nuits mésoaméricaines peuplées d’entités menaçantes ; les nuits qui s’écrivent avec des glyphes et les œuvres qui se jouent dans les théâtres du XVIIe siècle ; les cieux étoilés révélés à leurs fervents adeptes tandis qu’ils sont dérobés aux urbains surexposés à la pollution lumineuse ?

Le concept de nocturnité, utilisé par les historiens de la nuit, est un outil qui nous permet d’analyser à la fois les frontières emic de la nuit et du jour, mais également tous les éléments de la nuit qui pénètrent la vie psychique diurne. Le passage d’un imaginaire nocturne vers un monde diurne engage un déplacement progressif des ontologies « lorsque vient la nuit ». De là de nombreuses questions sur la notion de frontière : quelle est la nature de ces déplacements statutaires des êtres et des objets, qui peuvent selon les temps et les cultures constituer des phénomènes de connexion et de continuité, ou de basculement et de rupture ? Comment analyser cette ethnographie du « passage », tantôt inscrivant une opposition entre des mondes complémentaires en rupture l’un avec l’autre, tantôt marquant une continuité par une porosité explicite, ou encore privilégiant des espaces-temps intermédiaires rituellement mesurés ? À partir des croyances et des dispositifs culturels de gestion de la nuit, comment comprendre les ajustements de ce que la nuit transforme et de ce qui transforme la nuit ? Nous posons ici de nouvelles questions sur ce qui en fait un véritable acteur, un « agent très spécial » à l’entrecroisement des dynamiques politiques, économiques et culturelles sous-tendues par une « pensée de la nuit ».

Over the past two decades, the seminar “Anthropology of Night” at the Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Paris Nanterre University) has been setting itself the task of establishing night as a field of research in its own right, supported by numerous ethnographies on sites near and far, and approached in a multidisciplinary and comparative way at the scale of the social sciences. This issue of Ateliers d’anthropologie brings together a few recent contributions by researchers who were asked to examine and analyse the nights on their field work site: sites as distant as the Canadian Arctic and Mesoamerica, or nearby territories that provide material for historical research and for the sociology of contemporary life. But how is one to compare Inuit thought that weaves continuity between day and night, dark and light; the nocturnal life of women in a prison world; Mesoamerican nights populated by threatening entities; nights written with glyphs, and works staged in 17th-century theatres; starry skies revealed to their fervent enthusiasts while hidden from urbanites overexposed to light pollution?

The concept of nocturnity, used by historians of night, is a tool that enables us to analyse both the emic boundaries of night and day, and also all of the elements of night that penetrate diurnal mental life. The transition from a diurnal imagination towards a nocturnal world, “when night comes”, and vice versa, involves a gradual transformation of ontologies. This raises numerous questions about the notion of boundary: what is the nature of these status shifts by beings and objects that, depending on temporal and cultural context, may constitute phenomena of either connection and continuity, or change and rupture? How should this ethnography of “transition” be analysed—sometimes in terms of an opposition between complementary worlds breaking away from one another, sometimes marking a continuity through an explicit porosity, or even favouring ritually constructed intermediate space-times? Based on beliefs and cultural systems of night management, how can we understand the adjustments of what night transforms and what transforms night? Here we present new hypotheses about what makes it an actor in its own right, a “very special agent” at the intersection between political, economic and cultural dynamics shaped by a genuine “night thought”.