Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles

Sociétés de cour en Europe, XVIe-XIXe siècle - European Court Societies, 16th to 19th Centuries

Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles

En savoir plus

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Béatrix Saule

Rédacteur(s) en chef

Alexandre Maral

Responsable de l'édition électronique

Alexandra Pioch

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2002-2019

Périodicité

Publication à flux continu

Année de création

2007

Date de mise en ligne

07 juin 2007

ISSN format électronique

1958-9271

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Délai moyen entre soumission et publication

12 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Politique de dépôt

http://heloise.ccsd.cnrs.fr/reviewid/763

Coordonnées

Courriel

alexandra.pioch@chateauversailles.fr

Adresse postale

Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles
GIP-Centre de recherche du château de Versailles
Château de Versailles
Pavillon de Jussieu
RP 834
78008 Versailles Cedex
France

Ville de production

Versailles

Actualités

Nouveaux articles

Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775)

Tout au long du xviiie siècle, nombreux furent les Allemands qui séjournèrent en France ou s’y établirent. Au sein de cette diaspora, un personnage se détache particulièrement, le duc des Deux-Ponts, Christian IV (1722-1775). Cette relation privilégiée constitue l’un des épisodes les plus significatifs mais également les plus mal connus des rapports culturels franco-allemands au XVIIIe siècle. Dans la présente contribution, l’accent sera mis sur l’étude de ses relations avec le milieu des int...

Conserver, restaurer et transmettre : le cas des sculptures en marbre des jardins de Versailles

Constitué essentiellement par la volonté de Louis XIV, l’immense patrimoine sculpté des jardins de Versailles comporte plus d’un millier d’œuvres. Sa mise en place fut liée à des enjeux politiques et culturels majeurs qui firent de Versailles une nouvelle Rome. Au sein de ce patrimoine marqué par la diversité, les sculptures en marbre sont l’objet d’une attention soutenue depuis quelques années. Aidée par le mécénat, une campagne pluriannuelle de restauration lancée en 2005 a permis de traite...

Jacques Rousseau et Charles de La Fosse chez le duc de Montagu à Londres

Lors de son séjour à Londres, dans les années 1690, Charles de La Fosse élabora une série de décors pour Lord Montagu dans sa demeure de Montagu House dans le quartier Bloomsbury. Il travailla alors en collaboration avec deux artistes, Jacques Rousseau et Jean-Baptiste Monnoyer. Les récentes recherches menées sur Jacques Rousseau, peintre à Versailles, à Marly et dans des hôtels particuliers parisiens, ont permis de montrer l’importance de cet artiste qui fut particulièrement actif et présent...

Jean-Baptiste Monnoyer (Lille, 1636-Londres, 1699) et le motif de la guirlande

À travers trois moments clés du parcours de Jean-Baptiste Monnoyer (1636–1699), l’auteur cherche non seulement à mettre en lumière les différents types de collaboration entre le peintre de nature morte et de fleurs qu’il a été avec Charles de La Fosse (1636–1716), mais encore à montrer que le rapport de hiérarchie unilatérale qui semble caractériser les liens que les peintres d’histoire et de « genre » entretenaient entre eux n’est pas aussi pertinent qu’on l’a dit. Ainsi, par-delà le cas Cha...

Nouvelles hypothèses sur la genèse du décor peint de la salle à manger de l’hôtel Crozat

Dans l’histoire de l’art français du début du xviiie siècle, l’entreprise du décor peint de la salle à manger de la résidence parisienne de Pierre Crozat apparaît comme un épisode à la fois célèbre et insolite. Peu avant sa mort, en 1716, Charles de La Fosse avait en effet entamé des projets pour ce décor, et c’est une tout autre personnalité, Antoine Watteau, qui fut chargée de le poursuivre. Comme La Fosse, il devait représenter chacune des saisons sous la forme de quatre compositions ovale...

Le rejet de la maniera italienne : l’exemple des décors de Charles de La Fosse (1636-1716)

Charles de La Fosse, par la durée de sa carrière et par la diversité de ses commanditaires, nous est apparu comme un exemple particulièrement intéressant de la prise d’autonomie progressive des artistes français sur la pratique italienne du grand décor. La création en 1666 de l’Académie de France à Rome, qui les mettait au contact de certaines des plus belles réalisations romaines ou lombardes, constitua une étape particulièrement importante, tandis que l’aménagement des résidences royales, l...

Charles de La Fosse et la peinture d’histoire autour de 1700

En contournant une hiérarchie encore stricte entre les différents types de sujets, la peinture d’histoire atteint sous le règne de Louis XIV une forme hybride. La synthèse des genres picturaux occupe une grande partie de la production chez la plupart des peintres. Des figures majeures de cette génération, La Fosse demeure le seul à ne pas adopter cette évolution. En s’imposant comme le précurseur de l’intégration des modèles vénitiens et nordiques, il renouvelle l’emploi d’un certain coloris ...

Between Coloris and Dessein

Charles de La Fosse représente à la fois deux parties opposées dans l’Académie Royale de Peinture et Sculpture: le clan du dessein, associé à la théorie et la pratique de Charles Le Brun; et celui du coloris, associé à la théorie de Roger de Piles et la pratique d’Antoine Watteau. Dans cette communication, je me pencherai sur l’Assomption de la Vierge (Musée Magnin). J’associerai l’œuvre à l’art de Nicolas Poussin, et en particulier à la manière coloriste et vénitienne des tableaux peints à R...

Une nouvelle grâce : la peinture religieuse de Charles de La Fosse face à la crise de conscience européenne

Cette étude se propose de réexaminer la peinture religieuse de Charles de La Fosse à la lumière de la notion de grâce, comprise dans sa double signification de secours surnaturel de Dieu et de charme indéfinissable. Les grâces divine et esthétique étaient intimement liées au début de l’époque moderne, mais, à la fin du xviie siècle, leur rapprochement était devenu intenable. S’appuyant sur une constellation de débats théologiques, artistiques et rhétoriques contemporains, notre étude tente d’...

Conclusion : une génération La Fosse ? Nouveaux lieux et paradigmes de la peinture en France autour de 1700

S’appuyant sur les différentes publications concernant Charles de La Fosse et sur les communications du colloque « Charles de La Fosse et les arts en France autour de 1700 » qui s’est tenu les 18 et 19 mai 2015 au château de Versailles, l’article revient d’abord sur la difficulté à caractériser et à nommer les importants changements stylistiques qui se font jour entre 1680 et 1720. Il souligne ensuite l’émergence d’un nouveau lieu pour la peinture en France, la peinture de plafond, pour laque...