ILCEA

Revue de l’Institut des langues et cultures d'Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie

Revue traitant des littératures, cultures et langues des aires anglo-saxonne, germanique, slave, espagnole et hispano-américaine

A journal dedicated to Anglo-Saxon, German, Slavic, Hispanic and Hispanic-American literatures, cultures and languages

Revista sobre literaturas, culturas e idiomas de las áreas anglosajona, germánica, eslava, española e hispanoamericana

Accéder au site
ILCEA

ILCEA est la revue portée par l’Institut des Langues et des Cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4), équipe d’accueil qui réunit à l'Université Grenoble Alpes des hispanistes, slavistes, germanistes, anglicistes et des spécialistes des langues de spécialité et de la traduction. Désireux d’approfondir des coopérations depuis longtemps actives, les chercheurs de ces disciplines souhaitent, grâce à la mise en ligne, proposer leurs travaux à un public plus large. ILCEA se réclame d’une conception moderne des humanités et s’intéresse à tous les aspects des cultures, à l’histoire et à l’actualité des pays et des aires politiques et culturelles, aux genres et aux formes ainsi qu'au passage d’une langue ou d’un lexique à l’autre.

ILCEA is the journal of the Institut des Langues et des Cultures d’Europe Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4), at the Université Grenoble Alpes, an institute composed of specialists in Latin-American, Slavic, Germanic, and Anglo-Saxon cultures, languages and translation. The journal was founded by the institute’s researchers who were eager to provide a platform to explore their long-existing collaborations yet further. Through web publication they hope to bring their work to a broader readership. ILCEA has a modern conception of the humanities and is interested in all aspects of the cultures, histories and current affairs of countries. It also focuses on the politics, culture, genres and form as well as the transition from one language or vocabulary to another.

Éditeur

UGA Éditions/Université Grenoble Alpes

UGA Éditions sont les nouvelles presses pluridisciplinaires de l’Université Grenoble Alpes. Elles prennent le relais des Éditions littéraires et linguistiques de l'Université de Grenoble (ELLUG) qui ont développé depuis plus de 30 ans un catalogue en Lettres et Sciences humaines et du centre Grenoble Sciences, dispositif d’évaluation, d’expertise et d’accompagnement éditorial d’ouvrages en Sciences exactes.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

uga-editions@univ-grenoble-alpes.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Véronique Molinari, Raul Caplan

Rédacteur(s) en chef

Dominique Dias

Responsable de l'édition électronique

Héléna Bertrand

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2002-2022

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Trimestrielle

Année de création

1999

Date de mise en ligne

29 avril 2009

ISSN format électronique

2101-0609

ISSN format papier

1639-6073

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Coordonnées

Courriel

uga-editions@univ-grenoble-alpes.fr

Adresse postale

ILCEA
UGA Éditions
Université Grenoble Alpes
CS 40700
38058 Grenoble cedex 9
France

Ville de production

Grenoble

Actualités

Nouveau numéro

48 | 2022 – Imaginaires apocalyptiques dans le monde hispanique contemporain : poétiques de la fin du monde depuis le XXIe siècle

ISBN 978-2-37747-380-9

La fin du monde est une thématique constante tout au long de l’histoire de l’humanité. Elle paraît particulièrement attachée à la pensée mythico-religieuse et éloignée des préoccupations du xxie siècle. Cependant, comme l’écrit Michaël Fœssel dans son ouvrage Après la fin du monde : critique de la raison apocalyptique, « la fin du monde est une question politique du seul fait qu’elle fixe un agenda pour ceux qui veulent s’en préserver[1] ». La permanence, en Occident, d'un imaginaire de la fin des temps est une évidence. De nos jours, on pourrait parler d'une véritable résurgence, vu le nombre de fictions mettant en scène une grande catastrophe cosmique ou des sociétés post-cataclysmiques, qui prolifèrent dans des productions culturelles comme romans, nouvelles, romans graphiques, jeux-vidéo, mais aussi (ou surtout) au cinéma et à la télévision, particulièrement dans les « séries » et autres productions multimédia (podcasts et séries de streaming).

Cette résurgence des images de la fin traduit la conscience critique que l’Occident a de lui-même ; la conscience des effets du système qu’il a mis en place et qui s’avère inopérant face à des crises souvent autogénérées : réchauffement climatique, pandémies, crises financières globales, crises migratoires La crise sanitaire actuelle a mis en évidence des enjeux sociétaux de taille et laisse espérer l’émergence d’un imaginaire renouvelé qui s’en alimenterait.

Conjuguée à l’imaginaire hérité de « l’apocalyptisme » religieux, est apparue une forme d’eschatologie qui désacralise le récit des origines et ouvre la voie à un « apocalyptisme » sécularisé comme, par exemple, dans les « écofictions » apocalyptiques proposées par Christian Chelebourg ou le « syndrome de Babylone » d’Alain Musset. D’autre part, la dimension politique de la pensée apocalyptique s’imbrique avec le domaine des croyances, produisant un imaginaire complexe qui se traduit par des prospections dystopiques, adscrites ou pas à la Science-Fiction, qui font écho aux impératifs politiques du jour.

Dans l’aire hispanique, la littérature eschatologique et apocalyptique obéit à une tradition importante et se décline selon des modalités formelles et discursives variées. Dans le cas de l’Amérique Latine, aux problématiques régionales diverses, avec leur lot de pauvreté, de politiques économiques désastreuses et de dérives totalitaires, s’ajoute le phénomène d’un syncrétisme religieux, produit du brassage culturel inhérent à son histoire, ainsi qu’une forte religiosité de la population (souvent fanatiques et sectaires), l’ensemble ayant pour résultat un imaginaire eschatologique et apocalyptique particulièrement riche.

Ce numéro sera consacré aux produits culturels de l’aire hispanique issues de cet imaginaire (Espagne et Amérique latine) et vise à mettre en lumière ses modalités les plus récentes à travers différentes formes de représentation : littérature, cinéma et bande dessinée.



[1] Michaël Foessel, Après la fin du monde : critique de la raison apocalyptique, Paris, Éditions du Seuil, 2012, p. 32.