ILCEA

Revue de l’Institut des langues et cultures d'Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie

Revue traitant des littératures, cultures et langues des aires anglo-saxonne, germanique, slave, espagnole et hispano-américaine

A journal dedicated to Anglo-Saxon, German, Slavic, Hispanic and Hispanic-American literatures, cultures and languages

Revista sobre literaturas, culturas e idiomas de las áreas anglosajona, germánica, eslava, española e hispanoamericana

Accéder au site
ILCEA

ILCEA est la revue portée par l’Institut des Langues et des Cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4), équipe d’accueil qui réunit à l'Université Grenoble Alpes des hispanistes, slavistes, germanistes, anglicistes et des spécialistes des langues de spécialité et de la traduction. Désireux d’approfondir des coopérations depuis longtemps actives, les chercheurs de ces disciplines souhaitent, grâce à la mise en ligne, proposer leurs travaux à un public plus large. ILCEA se réclame d’une conception moderne des humanités et s’intéresse à tous les aspects des cultures, à l’histoire et à l’actualité des pays et des aires politiques et culturelles, aux genres et aux formes ainsi qu'au passage d’une langue ou d’un lexique à l’autre.

ILCEA is the journal of the Institut des Langues et des Cultures d’Europe Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4), at the Université Grenoble Alpes, an institute composed of specialists in Latin-American, Slavic, Germanic, and Anglo-Saxon cultures, languages and translation. The journal was founded by the institute’s researchers who were eager to provide a platform to explore their long-existing collaborations yet further. Through web publication they hope to bring their work to a broader readership. ILCEA has a modern conception of the humanities and is interested in all aspects of the cultures, histories and current affairs of countries. It also focuses on the politics, culture, genres and form as well as the transition from one language or vocabulary to another.

Éditeur

UGA Éditions/Université Grenoble Alpes

UGA Éditions sont les nouvelles presses pluridisciplinaires de l’Université Grenoble Alpes. Elles prennent le relais des Éditions littéraires et linguistiques de l'Université de Grenoble (ELLUG) qui ont développé depuis plus de 30 ans un catalogue en Lettres et Sciences humaines et du centre Grenoble Sciences, dispositif d’évaluation, d’expertise et d’accompagnement éditorial d’ouvrages en Sciences exactes.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

uga-editions@univ-grenoble-alpes.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

François Genton

Rédacteur(s) en chef

Nadine André

Responsable de l'édition électronique

Héléna Bertrand

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2009-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Trimestrielle

Année de création

1999

Date de mise en ligne

29 avril 2009

ISSN format électronique

2101-0609

ISSN format papier

1639-6073

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Coordonnées

Courriel

uga-editions@univ-grenoble-alpes.fr

Adresse postale

ILCEA
UGA Éditions
Université Grenoble Alpes
CS 40700
38058 Grenoble cedex 9
France

Ville de production

Grenoble

Actualités

Nouveau numéro

36 | 2019 – Représentations de la révolution de 1917 en Russie contemporaine

ISBN 978-2-37747-096-9

Les textes réunis dans ce numéro font suite au colloque « Construction et déconstruction d’une mémoire de la révolution de 1917 en Russie contemporaine » qui s’est tenu à l’Université Grenoble Alpes en octobre 2017. Le recueil s’intéresse à plusieurs types de représentations artistiques (théâtre, peinture, musique, littérature), mais aussi historique et juridique, de la révolution. La notion de mémoire collective, conceptualisée par Maurice Halbwachs, sert de fil conducteur. Cette mémoire varie selon les époques, depuis la sacralisation de la révolution comme élément fondateur, et sa mythification au début de l’époque soviétique, jusqu’à sa diabolisation dans les premières années post-soviétiques. Aujourd’hui, le relatif silence qui a accompagné en Russie le centenaire de la révolution laisse penser que le consensus nécessaire à la mémoire historique d’une société apaisée est loin d’être atteint.