L’Année du Maghreb

Revue ayant pour vocation d’analyser l’actualité maghrébine durant une année de référence

The journal is to analyse Maghrebi current affairs over the preceding year

Accéder au site
L’Année du Maghreb

L’Année du Maghreb, réalisée par l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), succède à L’Annuaire de l’Afrique du Nord. Comme son prédécesseur, L’Année du Maghreb a pour vocation première d’analyser l’actualité maghrébine durant une année de référence. On y trouve les rubriques classiques par pays, comprenant les chroniques politiques et leurs annexes, un ou plusieurs « Gros Plans » et des notes traitant de débats d’actualité. Cette approche nationale est complétée par des rubriques thématiques et transversales traitant de questions culturelles, économiques et juridiques communes aux cinq pays. Elles visent à mieux rendre compte des dynamiques régionales et internationales qui travaillent le Maghreb.

L’Année du Maghreb, published by the Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), succeeds the L’Annuaire de l’Afrique du Nord. Like its predecessor, the main aim of L’Année du Maghreb is to analyse Maghrebi current affairs over the preceding year. Countries are dealt with separately, and include reports and politics and annexes, one or several close-up analyses, and notes dealing with current debates. This national approach is complemented by thematic columns about related cultural, economical, and legal issues relating to the five countries. The goal is to monitor the regional and international movements that concern the Maghreb.

Éditeur

CNRS Éditions

CNRS Éditions s'attache à publier le meilleur de la recherche française et européenne, qu’elle provienne des laboratoires, des universités ou des centres d’excellence. Mais cette mission essentielle auprès de la communauté savante ne se départit jamais d’un autre souci, tout aussi fondamental : transmettre l’avancée des connaissances auprès du grand public afin que la science et le savoir soient au cœur de la Cité.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

anneemaghreb@mmsh.univ-aix.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Catherine Miller

Rédacteur(s) en chef

Frédéric Abécassis

Responsable de l'édition électronique

Sabine Partouche

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2004-2017

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Annuelle

Année de création

1962

Date de mise en ligne

09 juillet 2010

ISSN format électronique

2109-9405

ISSN format papier

1952-8108

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Coordonnées

Courriel

anneemaghreb@mmsh.univ-aix.fr

Adresse postale

L’Année du Maghreb
IREMAM
5 rue du Château de l’Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence Cedex 2
France

Ville de production

Aix-en-Provence

Actualités

Nouveau numéro

18 | 2018 – Dossier : Économies morales

Couverture Année du Maghreb 18|2018 vol. 1
ISBN 978-2-271-12046-5
24x15

Pour aborder les dynamiques de conflit qui traversent l’ensemble du Maghreb aujourd’hui, le concept « d’économies morales » génère une plus-value heuristique considérable pour analyser la place des jugements moraux dans l’espace public. Les pays du Maghreb sont traversés par des processus différents de recomposition des pactes nationaux et des principes qui commandent le vivre-ensemble. Au sein de ces processus, la montée de l’hétérogène n’est pas seulement politique et idéologique, elle est aussi une exacerbation des tensions morales. L’espace public contemporain au Maghreb se caractérise par une économie morale surplombante, imposée par une langue de bois officielle, par les appareils de l’État, et par une société civile qui leur est largement assujettie. Mais on trouve aussi d’autres économies morales, plus éclatées, davantage spécialisées, réservées ou réduites au silence, où se télescopent les registres et les répertoires d’évaluation. C’est de l’ensemble de ces mutations dont nous entendons rendre compte dans ce numéro.