L’Année du Maghreb

Revue ayant pour vocation d’analyser l’actualité maghrébine durant une année de référence

The journal is to analyse Maghrebi current affairs over the preceding year

Accéder au site
L’Année du Maghreb

L’Année du Maghreb, réalisée par l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), succède à L’Annuaire de l’Afrique du Nord. Comme son prédécesseur, L’Année du Maghreb a pour vocation première d’analyser l’actualité maghrébine durant une année de référence. On y trouve les rubriques classiques par pays, comprenant les chroniques politiques et leurs annexes, un ou plusieurs « Gros Plans » et des notes traitant de débats d’actualité. Cette approche nationale est complétée par des rubriques thématiques et transversales traitant de questions culturelles, économiques et juridiques communes aux cinq pays. Elles visent à mieux rendre compte des dynamiques régionales et internationales qui travaillent le Maghreb.

L’Année du Maghreb, published by the Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), succeeds the L’Annuaire de l’Afrique du Nord. Like its predecessor, the main aim of L’Année du Maghreb is to analyse Maghrebi current affairs over the preceding year. Countries are dealt with separately, and include reports and politics and annexes, one or several close-up analyses, and notes dealing with current debates. This national approach is complemented by thematic columns about related cultural, economical, and legal issues relating to the five countries. The goal is to monitor the regional and international movements that concern the Maghreb.

Éditeur

CNRS Éditions

CNRS Éditions s'attache à publier le meilleur de la recherche française et européenne, qu’elle provienne des laboratoires, des universités ou des centres d’excellence. Mais cette mission essentielle auprès de la communauté savante ne se départit jamais d’un autre souci, tout aussi fondamental : transmettre l’avancée des connaissances auprès du grand public afin que la science et le savoir soient au cœur de la Cité.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

anneemaghreb@mmsh.univ-aix.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Catherine Miller

Rédacteur(s) en chef

Frédéric Abécassis

Responsable de l'édition électronique

Sabine Partouche

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2004-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Annuelle

Année de création

1962

Date de mise en ligne

09 juillet 2010

ISSN format électronique

2109-9405

ISSN format papier

1952-8108

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Coordonnées

Courriel

anneemaghreb@mmsh.univ-aix.fr

Adresse postale

L’Année du Maghreb
IREMAM
5 rue du Château de l’Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence Cedex 2
France

Ville de production

Aix-en-Provence

Actualités

Nouveau numéro

20 | 2019 – Dossier : L'inévitable prison

Année du Maghreb n°20, vol. I, 2019
ISBN 978-2-271-12643-6

Avec une majorité d’édifices construits à l’époque coloniale et maintenus en usage après les indépendances, la prison est le panoptique par excellence dans lequel se réfléchissent deux siècles d’histoire du Maghreb. Plus précisément, l’Algérie, colonie de peuplement pendant 132 ans, constituée de trois départements français et marquée par deux longues guerres de conquête (1830-1871) et de décolonisation (1954-1962), offre un terrain d’analyse particulièrement fécond pour comprendre non seulement la similarité dans la différence du système carcéral édifié outre-mer, mais aussi les héritages de ce système après l’indépendance en Algérie comme en France. De fait, la prison fût un outil de domination coloniale, de répression politique et d’exploitation économique. Elle a détenu massivement les colonisés et les indésirables français (militaires ou opposants), femmes ou hommes, au sein d’un réseau carcéral complexe, car englobant de très nombreux sites répressifs transformés en prisons (camps, hôpitaux psychiatriques, casernes, etc.), et mondial, puisqu’incluant dans un même ensemble la colonie, sa métropole, et les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie. Elle a aussi été, bien sûr, un foyer de résistances largement réinvesti dans l’Algérie nouvelle.

À partir de sources très différentes (enquêtes orales, rapports d’expertises psychiatriques, ego-documents, archives administratives, policières et judiciaires, œuvres d’art, etc.), de regards croisés d’anthropologues et d’historiens, de quelques éléments de comparaison avec la Tunisie, ce dossier montre comment la prison fut omniprésente et à quel point elle hante encore les mémoires.

Inévitable, donc.

With a majority of buildings erected in the colonial era and maintained in use after independence, prison is the ultimate "Panopticon" with which to reflect two centuries of Maghreb history. Specifically Algeria, a settler colony for 132 years, comprising three French departments and marked by two long wars of conquest (1830-1871) and decolonization (1954-1962), offers a rich field of analysis to understand not only similarities in the different prison system built overseas but also the legacies of this system after independence in Algeria as in France. In fact, the prison was a tool of colonial domination, political repression, and economic exploitation. The colonized and the “undesirable” French (military and opponents), women and men, were detained in massive numbers within a prison network complex that encompasses a vast number of sites of repression transformed into prisons (camps, psychiatric hospitals, barracks, etc.). Globally, the prison grouped together the colony, the metropole, and the penal colonies of French Guyane and New Caledonia. It was also, of course, a place of resistance entirely given over to the new Algeria. From a variety of sources (oral surveys, reports of psychiatric expertise, ego-documents, administrative, police, and judicial archives, works of art, etc.), differing approaches of anthropologists and historians, along with some elements of comparison with Tunisia, this volume shows that prison (this "world apart" as indicated by the title of the collage chosen to illustrate the cover) was omnipresent. It still haunts our memories. Inevitable, then.