Gradhiva

Revue d'anthropologie et d'histoire des arts

Revue d'histoire et d'anthropologie publiée par le musée du quai Branly

A history and anthropology journal published by the Quai Branly Museum

Accéder au site
Gradhiva

Depuis 2005, le musée du quai Branly reprend la publication de la revue Gradhiva. La revue représente un lieu de débats sur l’histoire et les développements actuels de l’anthropologie fondés sur des études originales et la publication d’archives ou de témoignages. Gradhiva privilégie aussi l’étude et l’analyse d’objets réels ou symboliques ainsi que des problématiques muséologiques et anthropologiques. Surtout, elle est ouverte à de multiples disciplines : l’ethnologie, l’esthétique, l’histoire, la sociologie, la littérature ou encore la musique. Elle s’attache enfin à développer par une iconographie souvent inédite et singulière une interaction entre le texte et l’image.

Since 2005, the publication of the Gradhiva review has been taken over by the Quai Branly Museum. The journal provides a focal point for debates about the history and current developments of anthropology based on unpublished studies, archives and first-hand accounts. Gradhiva also privileges the study and analysis of real or symbolic objects as well as museological and anthropological questions. Above all, the journal is open to a whole range of disciplines: ethnology, aesthetics, history, sociology, literature and music. It is keen to develop, through previously unpublished and unusual iconography, an interaction between texts and images.

Éditeur

Musée du quai Branly Jacques Chirac

Situé en bord de Seine, au pied de la tour Eiffel, le musée du quai Branly - Jacques Chirac s'attache à donner la pleine mesure de l'importance des Arts et Civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques, à la croisée d'influences culturelles, religieuses et historiques multiples. Dans ce lieu de dialogue scientifique et artistique, expositions, spectacles, conférences, ateliers, projections rythment la programmation culturelle.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

gradhiva@quaibranly.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Stéphane Martin, Daniel Fabre, Yves Le Fur, Anne-Christine Taylor

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2005-2022

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle (deux fois par an)

Année de création

1986

Date de mise en ligne

12 décembre 2008

ISSN format électronique

1760-849X

ISSN format papier

0764-8928

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

50 semaines

Coordonnées

Courriel

gradhiva@quaibranly.fr

Adresse postale

Gradhiva
Musée du quai Branly
Département de la recherche et de l’enseignement
222 rue de l’Université
75343 Paris cedex 07
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

33 | 2022 – Wampum : les perles de la diplomatie

Wampum : les perles de la diplomatie
ISBN 978-2-35744-133-0
168 pages — 62 illustrations — 20 €

Exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac, du 8 février au 15 mai 2022.

Vers le tout début du XVIIe siècle en Amérique du Nord-Est, alors que la France étend son emprise coloniale dans la région, de petites perles cylindriques en coquillage, les wampums – ou « porcelaines » pour les Français - commencent à être utilisées comme objets d’échange entre Amérindiens et Européens. Chez les nations autochtones, le wampum a un usage social et politique bien établi, ornant souvent les objets de prestige. Certaines nations iroquoiennes en font des colliers tissés et des ficelles de perles qui servent à matérialiser la parole donnée. Dans un monde de l’oralité où l’écrit n’a pas encore sa place, les nations européennes se plient aux protocoles autochtones, et adoptent ces « perles qui parlent » pour négocier alliances et traités. Ainsi débute une histoire vieille de plus de quatre siècles au cours de laquelle les sens et valeurs du wampum évoluent au gré des bouleversements politiques et culturels qui affectent la région et mettent à mal l’autonomie amérindienne.

Cette exposition part sur les traces des exemplaires de wampums conservés en France, parmi les plus anciens au monde, et revient sur leurs significations et leurs usages à travers le temps. Le dialogue engagé à cette occasion entre les collaborateurs abénaki, français, huron-wendat et haudenosaunee (iroquois) revisite les relations issues de la rencontre de deux mondes, les traditions autochtones, l’adaptation européenne à ces traditions, la mythologie iroquoienne et le monde amérindien aux XVIIe-XIXe siècles, ainsi que le rôle des wampums dans nos sociétés contemporaines, objets de musées mais aussi de créations artistiques, des cérémonies et des revendications autochtones d’aujourd’hui.