Laboratoire italien

Politique et société

Revue consacrée à l'étude de l'Italie passée et présente comme un lieu privilégié d'étude du politique

A journal specialised in Italian politics, past and present

Accéder au site
Laboratoire italien

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour tous ceux qui s’intéressent à l’Italie en tant que « laboratoire politique ». Concevoir un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu d’élaborations et de réalisations multiples du politique. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan méthodologique, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts, loin de toute volonté d’idéalisation. Unité d’objet, pluralité de perspectives : tout se tient dans la constitution du politique. Laboratoire italien est publié avec la collaboration du CERPPI (ENS) et du Dipartimento di scienze giuridiche dell’Università di Trento.

The aim of Laboratoire italien is to provide a focus for thinking and debate for all those interested in Italy as a “political laboratory”, from the Middle Ages to the present day. The term “political laboratory” in relation to Italy implies considering the country in its diversity and pluralism, as a locus for multiple developments and achievements in politics. The idea of Italy as “laboratory”, on the methodological scale, also means promoting analyses based on experiment and experience, as much as on texts and concepts, without idealising, through a plurality of perspectives on a single object, politics. Laboratoire italien is published with the collaboration of the CERPPI (ENS) and the Dipartimento di scienze giuridiche dell’Università di Trento.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

jlfournel@magic.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Jean-Louis Fournel, Matteo Palumbo, Romain Descendre

Responsable de l'édition électronique

Aurélie Blanc

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2001-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2000

Date de mise en ligne

07 juillet 2011

ISSN format électronique

2117-4970

ISSN format papier

1627-9204

Langues de publication

Français, Italiano

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par le comité éditorial

Délai moyen entre soumission et publication

60 semaines

Coordonnées

Courriel

jlfournel@magic.fr

Adresse postale

Laboratoire italien
ENS - Lettres et Sciences humaines
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon CEDEX 07
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

22 | 2019 – « Sans recourir à la violence » : la société italienne face aux terrorismes et aux mafias (1969-1992)

Ce numéro de Laboratoire italien entend analyser les réactions de la société civile italienne face aux violences terroristes puis mafieuses de 1969 à 1992. Ces violences sont d’abord provoquées par les terroristes d’extrême droite puis par certains groupes d’extrême gauche qui choisissent la lutte armée et mènent de nombreuses actions sanglantes. Au cours des années 1980, les terrorismes et les formes de violence politique diffuses sont peu à peu défaits par la réaction des institutions démocratiques et diverses formes de mobilisation venant de la société civile. Mais parallèlement, dès la fin des années 1970, le sud du pays est aux prises avec la violence mafieuse. Au-delà de la diversité des phénomènes et des différentes réalités territoriales, ces violences ont suscité au sein de la société civile italienne des formes de résistances aux caractéristiques communes, qui s’inscrivent dans une tradition de contestation,  mais  « sans recourir à la violence ». Dans l’analyse de ces moments où la société italienne a dû faire face à ces offensives violentes et où la démocratie a tenu, les réactions de la société civile n’ont que trop rarement été considérées : c’est à combler ce vide historiographique que ce numéro est consacré.

Questo numero di Laboratoire italien intende analizzare le reazioni della società civile italiana di fronte alle violenze terroriste e poi mafiose, dal 1969 al 1992. Queste violenze sono, in un primo momento, provocate dal terrorismo neofascista e successivamente da gruppi di estrema sinistra che scelgono la lotta armata, facendo numerose vittime. Nel corso degli anni Ottanta, i terrorismi e la violenza politica diffusa sono progressivamente sconfitti dalla reazione delle istituzioni democratiche e da diverse forme di mobilitazione della società civile. Parallelamente, tuttavia, già alla fine degli anni Settanta, il Sud del paese deve affrontare l’emergenza mafiosa. Al di là della diversità tra i due fenomeni e delle realtà territoriali diverse, queste violenze suscitano in seno alla società civile italiana delle forme di resistenza con caratteristiche comuni che si inscrivono all’interno di una tradizione di contestazione ma «senza far ricorso alla violenza». Nell’analisi dei momenti in cui la società italiana ha dovuto affrontare queste offensive di violenza e nella ricostruzione delle modalità con cui la democrazia ha fronteggiato la sfida terroristica e mafiosa, le reazioni della società civile sono state raramente oggetto di studio: intendiamo, con questo numero della rivista, colmare questo vuoto storiografico.

This issue of Laboratoire italien aims to analyse the reactions of Italian civil society to terrorist and then mafia violence from 1969 to 1992. These violent episodes were initially caused by far-right terrorism and later by far-left radical groups which followed the path of armed struggle. During the 1980s, terrorism and widespread political violence were progressively defeated by the reaction of democratic institutions and the various forms of mobilization coming from civil society. In the meantime, however, since the late 1970s, the South of the country had to face mafia violence. Despite the two phenomena being different and pertaining to different territories, these expressions of violence provoked similar forms of resistance among Italian civil society. They belonged to a tradition of protest but “didn’t resort to violence”. These moments when Italian society had to face violence and when democracy withstood were often studied but the reactions of civil society have never been analysed in depth: this issue aims at filling this historiographic gap.