Laboratoire italien

Politique et société

Revue consacrée à l'étude de l'Italie passée et présente comme un lieu privilégié d'étude du politique

A journal specialised in Italian politics, past and present

Accéder au site
Laboratoire italien

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour tous ceux qui s’intéressent à l’Italie en tant que « laboratoire politique ». Concevoir un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu d’élaborations et de réalisations multiples du politique. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan méthodologique, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts, loin de toute volonté d’idéalisation. Unité d’objet, pluralité de perspectives : tout se tient dans la constitution du politique. Laboratoire italien est publié avec la collaboration du CERPPI (ENS) et du Dipartimento di scienze giuridiche dell’Università di Trento.

The aim of Laboratoire italien is to provide a focus for thinking and debate for all those interested in Italy as a “political laboratory”, from the Middle Ages to the present day. The term “political laboratory” in relation to Italy implies considering the country in its diversity and pluralism, as a locus for multiple developments and achievements in politics. The idea of Italy as “laboratory”, on the methodological scale, also means promoting analyses based on experiment and experience, as much as on texts and concepts, without idealising, through a plurality of perspectives on a single object, politics. Laboratoire italien is published with the collaboration of the CERPPI (ENS) and the Dipartimento di scienze giuridiche dell’Università di Trento.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

jlfournel@magic.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Jean-Louis Fournel, Matteo Palumbo, Romain Descendre

Responsable de l'édition électronique

Aurélie Blanc

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2001-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2000

Date de mise en ligne

07 juillet 2011

ISSN format électronique

2117-4970

ISSN format papier

1627-9204

Langues de publication

Français, Italiano

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par le comité éditorial

Délai moyen entre soumission et publication

60 semaines

Coordonnées

Courriel

jlfournel@magic.fr

Adresse postale

Laboratoire italien
ENS - Lettres et Sciences humaines
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon CEDEX 07
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

24 | 2020 – Écritures de la déportation

Au-delà du succès tardif de Primo Levi, le témoignage littéraire en Italie de l’expérience de la Shoah ou de la déportation a été apporté par un nombre significatif d’hommes et de femmes. Ces témoignages apparurent dès 1945 et, parmi ceux-ci, certains sont dus à des femmes étrangères qui choisirent la langue italienne pour narrer l’expérience des Lager et qui insistèrent sur les aspects de la déformation du corps, de la nourriture, du rapport à la mère et du refus de la maternité. Ne manquent pas non plus les récits d’enfants cachés afin d’échapper à la capture et à la mort ; ou des expériences uniques comme celle de Luce d’Eramo, qui voulut expérimenter volontairement la vie des Lager ou, comme Helga Schneider, qui découvrit être la fille d’une criminelle nazie. Mais outre les déportés juifs, les déportés politiques firent eux aussi entendre leurs voix, au moyen de différents genres littéraires, allant de l’autobiographie à la fiction ; les reportages sur le ghetto de Varsovie ou les romans sur la rafle du ghetto de Rome ont eux aussi contribué à insérer la Shoah dans la mémoire culturelle italienne. Il nous semble important de revenir sur ces thèmes aujourd’hui, au moment où la vérité historique est mise en doute par le racisme et par les artifices rhétoriques de la « post-vérité ».

Al di là del successo tardivo di Primo Levi, la testimonianza letteraria in Italia sull’esperienza della Shoah o della deportazione è stata condotta da un numero significativo di uomini e donne. Le testimonianze iniziarono fin dal 1945 e alcune di queste sono dovute a donne straniere che assunsero l’italiano come lingua per narrare l’esperienza dei Lager e che hanno insistito sugli aspetti della deformazione del corpo, del cibo, del rapporto con la madre e del rifiuto della maternità. Non mancano le narrazioni di bambini nascosti per farli scampare alla cattura e alla morte; o esperienze uniche di chi, come Luce d’Eramo, volle provare volontariamente la vita dei Lager, o, come Helga Schneider, ha scoperto di essere figlia di una criminale nazista. Ma oltre allo sterminio degli ebrei anche i deportati politici fecero sentire la loro voce, con generi letterari diversi, dall’autobiografia alla fiction; e anche i reportages dal ghetto di Varsavia o i romanzi sulla retata nel ghetto di Roma hanno contribuito a inserire la Shoah nella memoria culturale italiana. Ci sembra importante tornare su questi temi nei nostri tempi, quando la verità storica viene messa in dubbio dal razzismo e dagli artifici retorici della post-verità.

Beyond Primo Levi’s well-known contributions on the topic, a significant number of other men and women have provided a literary testimony from Italy on the experience of the Holocaust and the Deportation. Beginning in 1945, a number of these testimonies were narrated by women from other countries who chose Italian as the language to recount the experience of the Lager. These women insisted on treating topics like the deformation of the body, food, their relationships with their mothers and the refusal of motherhood. We also have narratives from individuals who, as children, were secretly hidden in order to save their lives. Unique stories, like that of Luce d’Eramo, who purposely chose to experience the horrors of life in an extermination camp, or Helga Schneider, who discovered she was the daughter of a Nazi war criminal, can also be found amongst these narratives. Beyond autobiography, different literary genres, including fiction, were used by political deportees to shed light on their experiences, while the reportages from the Warsaw ghetto and the novels on the round-up in the Rome ghetto also contributed to introduce the Holocaust into the Italian cultural memory. It seems important to come back to these topics in this day and age when historical truth is being questioned by racism and post-truth rhetoric.