Tracés

Revue de sciences humaines

Revue interdisciplinaire de sciences humaines et sociales

An interdisciplinary journal of humanities and social sciences

Accéder au site
Tracés

La revue de sciences humaines et sociales Tracés, éditée par ENS Éditions, réunit trois fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines et sociales. Parfois, il s’agit de rendre compte d’un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l’actualité éditoriale ou d’événements politiques. D’autres fois, l’ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé ou dont il est fait un usage mal contrôlé. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est fécond et créateur. 

Tracés, a journal of social sciences and humanities, is published by ENS Éditions. Three times a year, Tracés brings together authors from a variety of disciplines to discuss a topic or a common issue that cuts across the human and social sciences. Sometimes this entails reopening an old debate which has taken a new turn in light of political or editorial developments. At other times the ambition is to submit to a cross-disciplinary examination a notion that a number of intellectual traditions approach independently or loosely. Tracés is strongly convinced that dialogue between disciplines is fruitful and creative. 

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

redactraces@groupes.renater.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Anthony Pecqueux, Christelle Rabier

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Trois fois par an

Année de création

2002

Date de mise en ligne

25 avril 2008

ISSN format électronique

1963-1812

ISSN format papier

1763-0061

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

50 semaines

Coordonnées

Courriel

redactraces@groupes.renater.fr

Adresse postale

Tracés
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

36 | 2019 – Faire époque

Couverture Tracés
ISBN 979-10-362-0182-0

Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Trente Glorieuses… Les époques structurent notre imaginaire temporel et notre appréhension du présent. Catégorie centrale des sciences humaines et sociales, l’époque régit aussi l’expérience ordinaire des acteurs et peut servir de fondement à l’action politique. Elle reste pourtant remarquablement peu interrogée. Au fond, qu’est-ce qu’une époque ? Comment en arrêter les contours ? De quoi est-on contemporain ? Et que produisent les tentatives de périodisation sur notre rapport au temps et à l’histoire ? C’est à l’étude de ces questionnements qu’est consacré ce numéro de Tracés. À travers l’examen d’objets aussi divers que la naissance du capitalisme, l’historiographie du Moyen Âge, la place des femmes dans la Renaissance, la critique du temps présent dans le théâtre des XVe et XVIe siècles, les révolutions caribéennes de la fin du XVIIIe siècle, la périodisation des relations internationales, le sens du temps à l’ère capitaliste, la crise financière de 2008, ou les époques du futur imaginées par la science-fiction, les différentes contributions de ce numéro viennent chacune éclairer un pan de ce phénomène que nous appelons époque. Ce numéro montre ainsi la pluralité des manières de « faire époque », en s’intéressant aux conditions parfois conflictuelles de la genèse des époques, ainsi qu’aux soubassements épistémologiques et politiques de leurs usages.

Antiquity, Middle Ages, Renaissance… Historical epochs structure our imagination and our ways of understanding the present. If epochs are a central category in human and social sciences, they also play a structuring role in the ordinary experience of social actors, and can lead to political action. Yet, epochs remain an understudied phenomenon. What is an epoch ? How to decide where one starts and ends ? What are we the contemporaries of ? And what are the consequences of periodizing attempts on our relationship to time and history ? This special issue of Tracés is precisely dedicated to these questions. The papers gathered in this special issue enlighten the implications of epoch-making through the study of various topics, such as the birth of capitalism, the historiography of Middle Ages, the place of women in the Renaissance, the critique of present time in 15th and 16th centuries’ theater, the Caribbean revolutions at the end of the 18th century, the periodization of international relations, the sense of time in the capitalist epoch, the financial crisis of 2008, or the future epochs depicted by science fiction. Thereby, this special issue shows the multiple ways to conceive an epoch, by studying the conditions of their emergence as well as the epistemological and political implications of their uses.