Philosophie antique

Problèmes, Renaissances, Usages

Revue de philosophie ancienne

Journal in Ancient Philosophy

Accéder au site
Philosophie antique

Avant la création de Philosophie antique en 2001, il n’existait en France aucune revue consacrée exclusivement à la philosophie ancienne. Philosophie antique reste la seule revue française ouverte aux travaux portant sur toutes les écoles et périodes de la philosophie ancienne, ainsi que sur toutes les formes de sa réception jusqu’aujourd’hui. Sa finalité première est d’offrir aux travaux français dans ces domaines le lieu de publication dont ils manquaient auparavant, mais y sont aussi publiés régulièrement des articles venant d’autres pays, soit en français, soit dans une autre langue (en anglais le plus souvent). Chaque numéro de la revue comporte un dossier thématique, indiqué par son titre, mais comporte également une section varia où trouvent leur place des articles non sollicités, la revue se faisant ainsi l’écho des recherches en cours qui sans elle pourraient rester inaperçues. Philosophie antique contribue également à l’information de ses lecteurs en publiant dans chacun de ses numéros des comptes rendus développés d’ouvrages importants parus dans la discipline.

Before Philosophie antique was launched in 2001, there was no scientific periodical solely devoted to ancient philosophy in France. Philosophie antique therefore remains the only French journal open to scholarly works on any aspect of ancient philosophy and its reception from the Middle Ages up to now. The foremost aim of the journal is of course to provide scholars writing in French with a place of publication. Yet, the journal regularly includes papers from foreign scholars, written in French or (most frequently) in English. Each issue of the journal includes a thematic section, with a title, and a varia section, with papers sent to the editors but not called for. Thanks to this varia section,the journal can thus publish on-going scholarly work that otherwise might go unnoticed. Philosophie antique also provides readers with reviews of important recent scholarly books in the field.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

revuephilosophieantique@cnrs.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Thomas Bénatouïl, Jean-Baptiste Gourinat, Michel Narcy

Responsable de l'édition électronique

Julie Giovacchini, Juliette Lemaire

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2011-2017

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an

Périodicité

Annuelle

Année de création

2001

Date de mise en ligne

20 novembre 2018

ISSN format papier

1634-4561

Langues de publication

Français, English, Italiano

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

52 semaines

Coordonnées

Courriel

revuephilosophieantique@cnrs.fr

Adresse postale

Philosophie antique
Université de Lille 3,
UMR STL,
3 rue du Barreau,
BP 30199
59654 Villeneuve d'Ascq cedex
France

Ville de production

Villeneuve d'Ascq

Actualités

Nouveau numéro

18 | 2018 – L’athéisme antique

L’athéisme antique
ISBN 978-2-7574-2372-1
16 x 24 cm

En un sens très facile à délimiter, l'athéisme antique est pourtant très difficile à distinguer des notions voisines que sont l’impiété et l’agnosticisme. Platon, dans les Lois, distingue trois formes d’impiété : la croyance que les dieux n’existent pas, celle qu’ils ne se préoccupent pas des hommes, celle qu’on peut les fléchir par des prières et des sacrifices. En un sens, il va de soi que l’athéisme correspond à la première forme d’impiété : c’est la croyance que les dieux n’existent pas. Cependant, au Ve s., dans le théâtre d’Euripide comme dans les écrits des sophistes, le constat que les dieux ne se préoccupent pas des hommes et que les hommes peuvent mal agir sans punition divine conduit à des critiques des dieux où il est difficile de départager impiété et athéisme. Parallèlement, très peu de penseurs dans l’Antiquité sont connus pour avoir explicitement soutenu que les dieux n’existent pas. Il est dès lors difficile de distinguer l’athéisme qui rejette l’existence des dieux de l’agnosticisme qui se contente de soutenir la difficulté d’être certain de leur existence ou de l’impiété qui doute de leur providence. Physiciens et sophistes, d’autre part, expliquent comment les hommes ont conçu la notion des dieux sans pour autant remettre en cause l’existence de ces derniers : l’explication par Prodicos de l’apparition de la religion, comme l’analyse démocritéenne des mécanismes de la croyance peuvent être soupçonnées d’athéisme mais n’être au contraire qu’une rationalisation de la religion. C’est sur toutes ces ambiguïtés que ce numéro entend faire la lumière.