Revue des sciences sociales

Revue généraliste pluridisciplinaire croisant sur des dossiers thématiques un thème de société actuel et les apports de la recherche dans ces disciplines

Generalist journal dedicated to the study of present societal topics through pluridisciplinary approach

Accéder au site
Revue des sciences sociales

La Revue des sciences sociales est une revue généraliste pluridisciplinaire (sociologie, ethnologie, démographie, avec des apports de philosophes et d'historiens) qui a pour objectif de croiser, sur un thème de société actuel qui fait l'objet du dossier, les apports des recherches dans ces différentes disciplines. Éditée à Strasbourg, la revue exprime une communauté d'approches dont les contours ont été dessinés par les multiples implications historiques et symboliques de cet ancrage, à la fois régional, dans un pays frontalier marqué par l'histoire, et européen, ouvert à un avenir qui est celui de la rencontre des cultures. L'influence de la réception des auteurs allemands, en particulier de la sociologie compréhensive, amène à accueillir avec un certain intérêt les textes qui s'essaient à penser la place de l'acteur dans l'intelligence du social.

This multidisciplinary review (Sociology, Ethnology, Demography, Philosophy, History) aims to present, around one present societal topic, the various research in these disciplines. Published in Strasbourg, it expresses a community of approaches implied in its localization, a historical and symbolic frontier and an European corssroads, dedicated to the meeting of cultures. The influence of the reception of German authors, and in particular of comprehensive sociology, has sharpened our interest for those texts that try to grasp the actor's role in rethinking society.

Éditeur

Presses universitaires de Strasbourg

Maison d’édition héritière des Publications de la faculté des Lettres de l’université de Strasbourg créées en 1919, les Presses universitaires de Strasbourg (PUS) publient des manuscrits inédits, en français ou en langue étrangère, qui exposent les résultats de recherches individuelles ou collectives. Le catalogue compte huit cents titres et s'enrichit chaque année d'une quarantaine de nouveautés qui relèvent majoritairement des humanités ou des sciences humaines. Au-delà des missions traditionnelles de diffusion et de valorisation de la recherche, les Presses universitaires de Strasbourg sont soucieuses d'élargir leur audience et de conforter leur rôle social, notamment par le développement des publications numériques, la création de nouvelles collections et la mise en place de co-éditions.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

rss@misha.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Michel Deneken

Rédacteur(s) en chef

Virginie Wolff, Vulca Fidolini, Christophe Humbert

Responsable de l'édition électronique

Nicoletta Diasio

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2016-2018

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1972

Date de mise en ligne

12 juillet 2018

ISSN format électronique

2107-0385

ISSN format papier

1623-6572

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Coordonnées

Courriel

rss@misha.fr

Adresse postale

Revue des sciences sociales
Université de Strasbourg
5, allée du général Rouvillois
67083 Strasbourg Cedex
France

Ville de production

Strasbourg

Actualités

Nouveau numéro

60 | 2018 – Dépasser les frontières

Couverture de Revue des sciences sociales, n°60 | 2018
ISBN 979-10-344-0016-4

Avec ce numéro, la Revue des sciences sociales continue d’affirmer son choix éditorial, invitant les lecteurs et lectrices à l’exploration et au décentrement du regard, tant par les sujets abordés dans les articles composant le dossier thématique, que par l’architecture de cette nouvelle édition. Les contributions donnent à voir des expressions plurielles du dépassement des limites géographiques. Créées et actualisées dans et par les pratiques quotidiennes, les frontières se font, se défont et se transforment à mesure qu’elles sont franchies, sans jamais cesser d’agir sur nos façons de penser et de faire. L’article proposé dans « Chantiers de recherche » nous offre une autre manière de voyager entre les langues et les cultures. Dans le prolongement de ces observations, une nouvelle rubrique intitulée « Revues d’ailleurs », propose de s’ouvrir à d’autres modes d’intelligibilité du social et met à l’honneur dans ce numéro-ci, Traditiones, une revue slovène d’anthropologie.
Rencontrer d’autres communautés scientifiques, c’est aussi prendre conscience des réalités auxquelles sont confronté·e·s les chercheur·e·s d’ailleurs, comme nos collègues d’Amérique Latine, qui ont perdu de nombreuses archives et documents de travail lors de l’incendie du Museu National de Rio de Janeiro et de la Bibliothèque Francisca Keller. Cet évènement nous renvoie à la disparition, au cours des siècles, de lieux de savoir tels que la Bibliothèque municipale de Strasbourg bombardée en août 1870 lors du siège de la ville par les armées prussiennes ; la Bibliothèque nationale et universitaire de Sarajevo, Vječnica, détruite par les forces serbes de Bosnie en 1992, ou encore la Bibliothèque centrale de Mossoul, victime de Daech, en février 2015.
Ces réflexions, croisant la thématique des frontières avec celle de la mémoire, nous ont amenés au choix iconographique,
Traces de frontières, qui complète ce numéro. Prises en 2018 à Berlin, ces images montrent quelles formes peut prendre l’idée du dépassement des frontières dans une ville dont le territoire a été divisé pendant 28 ans. Elles révèlent le travail de valorisation des vestiges de l’ancien mur érigé entre la RDA et Berlin-Ouest et montrent comment la ligne de démarcation s’est transformée, en prenant un nouveau sens au cours de l’histoire. Ces empreintes laissées dans le présent apparaissent comme le souvenir d’une ancienne séparation, mais aussi comme le témoin d’un dépassement de frontières. Presque invisible, sans s’effacer totalement, l’ancien tracé reste matériellement inscrit de diverses manières : certaines pièces du mur façonnent toujours la ville, en s’imposant de par leur taille et leurs graffitis, devenant des vitrines maintes fois photographiées par les passants. D’autres segments, au contraire, se fondent discrètement dans le paysage urbain. Ces souvenirs en morceaux s’inscrivent dans un projet de société visant à privilégier la construction de ponts à celle de murs.
Sortir de l’entre-soi, c’est aussi apprendre à composer avec les façons d’écrire d’ici et de là-bas : après avoir éprouvé le « dépassement des frontières » de façon intense, en surmontant les obstacles liés à la traduction des contextes, des idées, mais aussi des normes éditoriales, c’est avec joie que l’équipe de rédaction livre ce numéro.


Virginie Wolff