Revue des sciences sociales

Revue généraliste pluridisciplinaire croisant sur des dossiers thématiques un thème de société actuel et les apports de la recherche dans ces disciplines

Generalist journal dedicated to the study of present societal topics through pluridisciplinary approach

Accéder au site
Revue des sciences sociales

La Revue des sciences sociales est une revue généraliste pluridisciplinaire (sociologie, ethnologie, démographie, avec des apports de philosophes et d'historiens) qui a pour objectif de croiser, sur un thème de société actuel qui fait l'objet du dossier, les apports des recherches dans ces différentes disciplines. Éditée à Strasbourg, la revue exprime une communauté d'approches dont les contours ont été dessinés par les multiples implications historiques et symboliques de cet ancrage, à la fois régional, dans un pays frontalier marqué par l'histoire, et européen, ouvert à un avenir qui est celui de la rencontre des cultures. L'influence de la réception des auteurs allemands, en particulier de la sociologie compréhensive, amène à accueillir avec un certain intérêt les textes qui s'essaient à penser la place de l'acteur dans l'intelligence du social.

This multidisciplinary review (Sociology, Ethnology, Demography, Philosophy, History) aims to present, around one present societal topic, the various research in these disciplines. Published in Strasbourg, it expresses a community of approaches implied in its localization, a historical and symbolic frontier and an European corssroads, dedicated to the meeting of cultures. The influence of the reception of German authors, and in particular of comprehensive sociology, has sharpened our interest for those texts that try to grasp the actor's role in rethinking society.

Éditeur

Presses universitaires de Strasbourg

Maison d’édition héritière des Publications de la faculté des Lettres de l’université de Strasbourg créées en 1919, les Presses universitaires de Strasbourg (PUS) publient des manuscrits inédits, en français ou en langue étrangère, qui exposent les résultats de recherches individuelles ou collectives. Le catalogue compte huit cents titres et s'enrichit chaque année d'une quarantaine de nouveautés qui relèvent majoritairement des humanités ou des sciences humaines. Au-delà des missions traditionnelles de diffusion et de valorisation de la recherche, les Presses universitaires de Strasbourg sont soucieuses d'élargir leur audience et de conforter leur rôle social, notamment par le développement des publications numériques, la création de nouvelles collections et la mise en place de co-éditions.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

rss@misha.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Michel Deneken

Rédacteur(s) en chef

Virginie Wolff, Vulca Fidolini, Christophe Humbert

Responsable de l'édition électronique

Nicoletta Diasio

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2016-2018

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1972

Date de mise en ligne

12 juillet 2018

ISSN format électronique

2107-0385

ISSN format papier

1623-6572

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Coordonnées

Courriel

rss@misha.fr

Adresse postale

Revue des sciences sociales
Université de Strasbourg
5, allée du général Rouvillois
67083 Strasbourg Cedex
France

Ville de production

Strasbourg

Actualités

Nouveau numéro

59 | 2018 – Performances du paraître

Couverture de Revue des sciences sociales, n°59 | 2018
ISBN 978-2-86820-970-2l

Cette performance Transfigurationest née d’un échec, de ceux que tous les créateurs connaissent. Juin1999 est un mois vide durant lequel rien ne se sort de mes mains. Une idée s'impose : entrer dans ma peinture comme pour l’éprouver de l’intérieur et lui donner vie. Sur ma tête devenue socle, je vais façonner d’autres entités. Inconsciemment, est aussi en moi l’idée confuse du cheval de Troie : prendre place dans la citadelle, en cartographier les moindres recoins. Avec la caméra pour témoin, je commence mon immersion : je me recouvre d’argile, j’efface mon visage et réalise par-dessus une première tête ; j’ouvre deux yeux, une bouche, j’attends. Je la fais vivre. Puis je recommence en épaississant comme en peinture, j’hésite, je trébuche et m’enfonce toujours plus profond. J’ai perdu tous repères et ne suis plus qu’un visage qui recherche sa vraie nature.

Quelque temps après, désireux de saisir le glissement entre mon visage et les séries de masques qui ont été produites, je visionne le film. Je réalise alors que l’exercice m’a ouvert bien d’autres voies. Une fantasmagorie de masques apparaît, masques souvent rêvés dans ma peinture et jamais atteints. Mais l’aspect sans doute le plus fascinant est la mise en évidence du processus même de création et dé-création des masques. À l’instar d'une peinture dont on ne voit que l’image finale, alors même que, « par-derrière », s’est livrée une guerre immense, visuellement passionnante.

Comment ces masques si étonnants, pourtant réalisés en aveugle et n’ayant pour seul repère que le toucher, ont-ils émergé ? L’intrication entre l’œuvre et l’artiste, ici poussée à son paroxysme, faciliterait-elle la conversion des représentations imaginaires sous la forme de masques d’argile, dans une sorte de flux et reflux ?

À la différence de tous les masques, le masque d’argile est mobile, changeant, fluctuant selon les désirs du peintre. (Bien qu’ici, entre le marionnettiste et la marionnette, on ne sache plus très bien qui est acteur). Quelque chose cherche quelqu’un, sans qu'aucun des deux ne soit vraiment définissable. L’Innommable est là, que l’on traque.

Dix minutes sous la terre vous font entrer dans un processus d’incorporation étrange : obscurité, silence, solitude et ressenti d’une tête qui cherche obscurément sa vraie face. Il faut explorer, creuser comme un chien fou, descendre au plus profond. Travailler en aveugle autorise l’expression de la puissance du hasard, libérée du carcan de la mimesis.

Dans Transfiguration, le performeur se masque, mais, comme dans toute mascarade, l'aveuglement sert essentiellement d'outil à la révélation de sa vraie nature. Dans cette performance, le peintre-sculpteur, en dessinant et sculptant sur son corps, est aussi devenu danseur. Recouvrir son corps de terre, redevenir de l’argile, humide et mouvante, m’a fait exploiter un nouvel art du masque mu par des forces qui ne cessent de m’interroger.

Olivier de Sagazan est un artiste peintre, sculpteur et performer français. Il a réalisé plus de cent performances aux États-Unis, en Chine, en Inde et en Europe. Sa performance existentielle Transfiguration a attiré l’attention de nombreux artistes avec lesquels il a collaboré.

Olivier de Sagazan,
peintre sculpteur performer
http://olivierdesagazan.com/

nefdesfous@free.fr