Revue des sciences sociales

Revue généraliste pluridisciplinaire croisant sur des dossiers thématiques un thème de société actuel et les apports de la recherche dans ces disciplines

Generalist journal dedicated to the study of present societal topics through pluridisciplinary approach

Accéder au site
Revue des sciences sociales

La Revue des sciences sociales est une revue généraliste pluridisciplinaire (sociologie, ethnologie, démographie, avec des apports de philosophes et d'historiens) qui a pour objectif de croiser, sur un thème de société actuel qui fait l'objet du dossier, les apports des recherches dans ces différentes disciplines. Éditée à Strasbourg, la revue exprime une communauté d'approches dont les contours ont été dessinés par les multiples implications historiques et symboliques de cet ancrage, à la fois régional, dans un pays frontalier marqué par l'histoire, et européen, ouvert à un avenir qui est celui de la rencontre des cultures. L'influence de la réception des auteurs allemands, en particulier de la sociologie compréhensive, amène à accueillir avec un certain intérêt les textes qui s'essaient à penser la place de l'acteur dans l'intelligence du social.

This multidisciplinary review (Sociology, Ethnology, Demography, Philosophy, History) aims to present, around one present societal topic, the various research in these disciplines. Published in Strasbourg, it expresses a community of approaches implied in its localization, a historical and symbolic frontier and an European corssroads, dedicated to the meeting of cultures. The influence of the reception of German authors, and in particular of comprehensive sociology, has sharpened our interest for those texts that try to grasp the actor's role in rethinking society.

Éditeur

Presses universitaires de Strasbourg

Maison d’édition héritière des Publications de la faculté des Lettres de l’université de Strasbourg créées en 1919, les Presses universitaires de Strasbourg (PUS) publient des manuscrits inédits, en français ou en langue étrangère, qui exposent les résultats de recherches individuelles ou collectives. Le catalogue compte huit cents titres et s'enrichit chaque année d'une quarantaine de nouveautés qui relèvent majoritairement des humanités ou des sciences humaines. Au-delà des missions traditionnelles de diffusion et de valorisation de la recherche, les Presses universitaires de Strasbourg sont soucieuses d'élargir leur audience et de conforter leur rôle social, notamment par le développement des publications numériques, la création de nouvelles collections et la mise en place de co-éditions.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

rss@misha.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Michel Deneken, Nicoletta Diasio, Juliette Lelieur

Rédacteur(s) en chef

Virginie Wolff, Vulca Fidolini, Christophe Humbert

Responsable de l'édition électronique

Ersie Leria

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2014-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle (deux fois par an)

Année de création

1972

Date de mise en ligne

12 juillet 2018

ISSN format électronique

2107-0385

ISSN format papier

1623-6572

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Coordonnées

Courriel

rss@misha.fr

Adresse postale

Revue des sciences sociales
Université de Strasbourg
5, allée du général Rouvillois
67083 Strasbourg Cedex
France

Ville de production

Strasbourg

Actualités

Nouveau numéro

63 | 2020 – Enfants. Contraintes et pouvoir d'agir

Couverture de Revue des sciences sociales, n°63 | 2020, Enfants. Contraintes et pouvoir d’agir
ISBN 979-10-344-0053-9

Trente ans après la Convention internationale des droits de l’enfant et bien plus depuis l’émergence d’une sociologie et anthropologie de l’enfance, ce numéro interroge, déconstruit, approfondit et met en miroir la notion d’agency des enfants. Ce concept a été fédérateur au niveau international. Mais quelle a été sa genèse ? Quel est son périmètre ? Quelles formes d’action recouvre-t-il ? Ne risque-t-il pas de voiler les inégalités de condition, les relations asymétriques, les jeux de pouvoir, les possibilités réelles d’expression et d’action des enfants ? Et quelles sont, en revanche, les ressources dont les jeunes disposent dans leurs agissements, les espaces qu’ils se frayent, les marges qu’ils occupent ?

Comme le montre ce numéro, une réponse univoque n’est pas possible. Elle varie suivant les terrains, les disciplines, les communautés scientifiques, les langues employées, les cadres épistémologiques, les méthodes de recherche. Cette interrogation sur le pouvoir d’action et ses limites résonne avec la mobilisation des revues et de l’enseignement supérieur et la recherche face aux menaces qui pèsent sur le service public. Nous ouvrons avec l’éditorial du Collectif des Revues en lutte. Des pages blanches au milieu du volume rappellent les risques qu’encourent les sciences et leur valorisation. La marchandisation de la connaissance, la précarisation des statuts d'emploi, la suppression d'observatoires et d'instituts, la logique managériale qui ne fait qu'aggraver nos conditions de travail, mettent en péril notre capacité, individuelle et collective, à produire et à diffuser des savoirs indépendants, fondés sur des recherches solides, en dialogue avec le monde social. Le fil rouge iconographique est constitué par les mobilisations des jeunes dans le cadre des Fridays for future, des grèves scolaires organisées entre 2018 et 2020, par des collégiens et lycéens manifestant aux quatre coins du globe en faveur de l’action contre le réchauffement climatique. Il nous semble bien refléter les multiples enjeux de ce numéro : analyser le concept d’agency, rappeler sa dimension internationale, réfléchir aux limites auxquelles elle se heurte et la mettre en résonance avec une mise en question plus générale d’un modèle de société.

Nicoletta Diasio