Diasporas

Circulations, migrations, histoire

Revue d'histoire consacrée aux phénomènes diasporiques, aux migrations et aux minorités ethniques ou religieuses

A history journal dedicated to diasporic phenomena, migration, and ethnic/religious minorities

Accéder au site
Diasporas

Revue semestrielle fondée en 2002, Diasporas est consacrée à l’histoire des phénomènes diasporiques et plus largement des migrations et des minorités ethniques ou religieuses. Elle aborde ainsi des thèmes tels que les circulations, les contacts et transferts culturels, la construction de réseaux transnationaux. Croisant initialement histoire et sociologie, Diasporas se centre désormais sur l'histoire dans le temps long, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, à travers les aires culturelles les plus variées.

Diasporas was founded in 2002 and is published biannually. It is dedicated to the history of diasporic phenomena, migration and the histories of ethnic and religious minorities. The journal includes articles on themes such as the circulation of people, objects and ideas, inter-cultural contact and cultural transfer, and the construction of transnational networks. While initially situated at the intersection of history and sociology, Diasporas now focuses on history over the long duration with coverage from Antiquity to the contemporary era in order to include the widest range of different epochs.

Éditeur

Presses universitaires du Midi

Les Presses universitaires du Midi (PUM) sont un service commun de l’université Toulouse - Jean-Jaurès (UT2J). Créées en mai 1987, elles ont pour mission de participer à la promotion et à la diffusion de la recherche en lettres, en langues, en sciences de l’homme et de la société et en sciences de l’ingénieur, que celle-ci soit produite au sein de l’université Toulouse - Jean-Jaurès ou dans d’autres universités et centres de recherche français ou étrangers.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

revue.diasporas@univ-tlse2.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Isabelle Lacoue-Labarthe, Mathilde Monge

Rédacteur(s) en chef

Mathieu Grenet

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2011-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2002

Date de mise en ligne

30 septembre 2015

ISSN format électronique

2431-1472

ISSN format papier

1637-5823

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

26 semaines

Coordonnées

Courriel

revue.diasporas@univ-tlse2.fr

Adresse postale

Diasporas
Presses universitaires du Mirail
Université de Toulouse II Jean-Jaurès
5, allée Antonio Machado
31058 Toulouse cedex 9
France

Ville de production

Toulouse

Actualités

Nouveau numéro

34 | 2019 – Nations et empires

Diasporas 34 | Nations et empires
ISBN 978-2-8107-0658-7

Longtemps considéré à l’aune des modèles grecs et juifs, et des revendications que certains groupes portaient pour un État-nation aux XIXe et XXe siècles, le rapport entre diasporas, nations et État-nation a longtemps semblé évident. La prolifération des études diasporiques et la nouvelle histoire des empires a fini par rendre ce rapport plus complexe et compliqué.

Ce volume met en perspective les époques modernes et contemporaines, les espace européens, américains et africains : comment imaginait-on « nation » et « État » dans l’Europe de l’époque moderne, puis avec les révolutions atlantiques et l’émergence de l’État-nation vers la fin du XVIIIe siècle ? À l’époque moderne, les empires utilisaient des groupes diasporiques, des « nations étrangères », dans le processus d’expansion européenne. Elles devenaient « des agents et des victimes des empires » (J. Israel). Qu’en est-il, pour les XIXe et XXe siècles, de l’exil des « nationalistes » italiens ou polonais à Paris et à Bruxelles qui produisent des « nationalismes » internationaux (M. Isabella) et mettent ainsi en avant l’aspect transnational des nationalismes ? Et qu’en est-il des contextes postcoloniaux de la deuxième moitié du XXe siècle ?

Les contributions de ce numéro, qui envisage une approche chronologique large (du XVe au XXIe siècle), permettront de faire dialoguer des champs historiographiques, histoire de l’Europe moderne, histoire de l’État-nation du XIXe siècle, États africains postcoloniaux de la deuxième moitié du XXe siècle, qui ne se croisent que rarement.