ELOHI

Peuples indigènes et environnement

Revue analysant les rapports particuliers que les peuples indigènes, partout dans le monde, entretiennent avec leur environnement

Journal analyzing the relationship between indigenous people - throughout the world - and their environment

Revista que analiza las relaciones de los pueblos indígenas (de cualquier parte del mundo) con su entorno natural

Revista que analisa as relações específicas que os povos indígenas de todo mundo estabelecem com seu meio-ambiente.

Accéder au site
ELOHI

ELOHI - Peuples indigènes et environnement est une revue semestrielle dont l'objet d'étude est le rapport particulier que les peuples indigènes, de par la planète, entretiennent avec leur environnement, et les représentations qu'ils s'en font. Comment le sentiment d'indigénéité conditionne-t-il le rapport des peuples et des individus à l'environnement ? Afin d'appréhender cet objet dans sa globalité, la revue se place résolument dans une perspective internationale et pluridisciplinaire, et accueille des contributions en français, en anglais, en espagnol et en portugais.

ELOHI - Indigenous People and the Environment is a bi-annual journal whose object of study is the particular relationship that indigenous people, everywhere in the world, maintain with their environment, and the representations of it that they create. How does the perception of being indigenous determine the bond people and individuals have with the environment ? In order to understand this object under all its aspects, the journal adopts a multidisciplinary and international perspective, and publishes contributions in English, French, Spanish and Portuguese.

ELOHI - Pueblos indígenas y medio ambiente es una revista semestral cuyo objeto de estudio es la relación particular que los pueblos indígenas del mundo entero mantienen con el medio ambiente, y las representaciones que de ello elaboran. ¿En qué medida y de qué manera el sentimiento de ser indígena condiciona dicha relación? Peara aprehender este objeto en sus matices y su globalidad, la revista se sitúa decididamente en una perspectiva internacional y pluridisciplinaria y recibe contribuciones en francés, en inglés, en español y en portugués.

ELOHI - Povos indígenas e meio-ambiente é uma revista semestral cujo objeto de estudo é a relação específica que os povos indígenas de todo o planeta estabelecem com o meio-ambiente, bem como as representações que dele constroem. Como o sentimento de indigenidade condiciona a relação dos povos e dos indivíduos com o meio-ambiente? A fim de apreender esse objeto em sua globalidade, a revista se situa numa perspectiva internacional e pluridisciplinar, recebendo contribuições em francês, inglês, espanhol e português.

Éditeur

Presses universitaires de Bordeaux

Créées en 1983 et situées dans les locaux de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, les Presses universitaires de Bordeaux, maison d’édition publique, publient des livres destinés à un lectorat universitaire constitué de spécialistes, d’étudiants, mais aussi d’enseignants du secondaire et de tout public intéressé par les sciences humaines et sociales ou d’autres spécialités universitaires. Elles contribuent ainsi à la diffusion et à la notoriété de la recherche qui est effectuée dans les universités de Bordeaux par des collections qui en reflètent les domaines d’excellence.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

elohi@u-bordeaux-montaigne.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Antoine Ventura

Rédacteur(s) en chef

Laurence Machet

Responsable de l'édition électronique

Norbert Congard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2012-2015

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2012

Date de mise en ligne

05 avril 2016

ISSN format électronique

2268-5243

ISSN format papier

2431-8175

Langues de publication

Français, English, Español, Português

Coordonnées

Courriel

elohi@u-bordeaux-montaigne.fr

Adresse postale

ELOHI
CLIMAS, MSHA Bureau 36,
Université Bordeaux Montaigne,
10, esplanade des Antilles
33607 Pessac
France

Ville de production

Pessac

Actualités

Nouveau numéro

9 | 2016 – Voyageurs et naturalistes

Dans leur intention de dominer mais aussi de connaître, les Européens ont cherché d’emblée à embrasser toute la réalité américaine avec laquelle ils entraient définitivement en contact suite aux premiers voyages de Christophe Colomb.

Après les missionnaires voyageurs et, parfois, naturalistes, comme ils pouvaient être (ou devenir), de surcroît, linguistes et historiens, aux XVIe et XVIIe siècles, le XVIIIe siècle donna naissance aux voyageurs naturalistes proprement dit. Linné et Buffon, parmi d’autres, mettaient à l’honneur le classement du vivant dans un esprit universaliste qui contribua à une sorte de nouvelle « découverte » de l’Amérique. Celle-ci, parmi d’autres contrées, devint le terrain de voyages scientifiques officiels ou privés, de récoltes de spécimens, d’explorations nouvelles et/ou plus précises, d’interrogations et d’affirmations, parfois fort péremptoires, où s’affichait le sentiment de supériorité des nations éclairées. Au début de la période contemporaine – ayant pour point d’articulation la figure de Humboldt, pour les américanistes–, les voyageurs deviennent plus savants mais demeurent peu spécialisés : ils sont historiens, géographes, anthropologues, juristes, économistes, naturalistes, physiciens, mathématiciens et linguistes. L’histoire naturelle, mais elle n’est pas la seule, en s’attachant à décrire le plus précisément possible, dans la langue du voyageur ou bien en latin, les objets et sujets rencontrés, devient alors un outil d’appropriation symbolique de la nature indigène et, de fait, se mue en un corollaire de la colonisation. Utiliser le système de classification de Linné, en disqualifiant au passage la connaissance séculaire qu’avaient les populations indigènes de leur environnement, c’est « civiliser » une nature que les Européens associaient au chaos, à l’inconnu.

Le dossier de ce numéro se propose d’explorer quelques moments de ces transactions culturelles autour de la diversité biologique, des populations et des vestiges américains dans lesquels certains cherchaient encore des preuves attestant la véracité du récit biblique.