Corpus Eve

Émergence du vernaculaire en Europe

Revue multilingue d'étude des langues vernaculaires en Europe du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle

Multilingual journal studying vernacular languages in Europe from the Middle Ages to the end of the 17th century

Accéder au site
Corpus Eve

Corpus Eve est une revue électronique pluridisciplinaire associant l’étude de l’histoire en général, celle de la langue, du droit et des institutions, de la littérature, des sciences, des religions et de la musique. Publiés à flux continu, les articles traitent de la langue vernaculaire en Europe de son apparition jusqu’au XVIIe siècle. Les travaux présentés sont répartis entre ceux relevant du domaine officiel, des arts et sciences, et ceux relevant de la défense et de l’illustration du vernaculaire. Sont également proposés, des actes de colloques, de journées d’études et de conférences. Plurilingue, Corpus Eve aborde les domaines géo-linguistiques anglais, allemand, espagnol, français et italien dans leurs spécificités. 

Éditeur

Université de Savoie

L'Université de Savoie est un acteur territorial, régional et transfrontalier, majeur du développement social, économique et culturel. Pluridisciplinaire, elle propose tous les cursus (de la licence au doctorat), en formation initiale, continue, en alternance ou en Validation des Acquis de l'Expérience (VAE), sur place ou à distance.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

sabine.lardon@univ-lyon3.fr

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Denis Varaschin

Rédacteur(s) en chef

Sabine Lardon

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2013-2016

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Publication à flux continu

Année de création

2014

Date de mise en ligne

17 décembre 2014

ISSN format électronique

2425-1593

Langues de publication

Français, Español, English, Italiano, Deutsch

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Coordonnées

Courriel

sabine.lardon@univ-lyon3.fr

Adresse postale

Corpus Eve
Université Jean Moulin – Lyon 3
Sabine Lardon – revue Corpus Eve
7, rue Chevreul
69007 Lyon
France

Ville de production

Chambéry

Actualités

Nouveaux articles

L’épître dédicatoire au roi de La Tragedie d’Euripide, nommée Hecuba, Traduicte de Grec en rhythme Françoise de Guillaume Bochetel (1544). Une réflexion sur la langue et sur les finalités des réécritures en français de tragédies classiques

Guillaume Bochetel, dans l’épître dédicatoire « Au Roy, mon souverain seigneur », rappelle les caractéristiques du genre tragique. La modestie affichée de son entreprise de traduction peut alors cacher une ambition plus haute, dans la mesure où l’adaptation d’Euripide en français atteste la capacité de la langue s’élever à un style grave et sublime, d’autant plus que la traduction se fait ponctuellement aussi recréation.

Le traicté intitulé la concorde des deux langages de Jean Lemaire de Belges. La question du vernaculaire dans un contexte de rivalité politique et linguistique franco-italienne

Notice biographique

La vie de Jean Lemaire de Belges nous est essentiellement connue à travers les indices qui jalonnent ses œuvres et plusieurs informations demeurent incertaines. Jean Lemaire est né à Belges, actuel Bavay (commune française du Nord), probablement en 1473, si l’on se réfère à l’épître dédicatoire du premier livre des Illustrations de Gaule :

À ceste cause, en ce temps heureux et prospere de la monarchie de ton geniteur, Empereur des Chrestiens, que tou...

La préface du Tresor de recherches et antiquitez gauloises et françoises, reduites en ordre alphabetique de Pierre Borel (1655). Seconde publication augmentée du texte intégral de la préface

L’étude de la Préface du Tresor de recherches et antiquitez gauloises et françoises de Pierre Borel (1655) montre comment, à la moitié du XVIIe siècle, la nécessité de défendre la langue vernaculaire étant dépassée, l’échange linguistique est envisagé comme un processus normal et inévitable, favorisé par les échanges réciproques entre les peuples, et par conséquent entre les langues et les cultures respectives.

Les préfaces des continuations du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne : les épîtres préfacielles des éditions augmentées par Jean Thierry (1564 et 1572)

Cet article s’insère dans le cadre d’une étude de l’engagement linguistique dans le paratexte des premiers dictionnaires du français et fait suite à l’examen du discours préfaciel des deux éditions du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549). Les épîtres préfacielles de Jacques Dupuys et de Jean Le Frère (de Laval) aux éditions dites de Jean Thierry, respectivement de 1564 et de 1572, montrent désormais un engagement prononcé en faveur du français.

Préfaces, épîtres, opuscules et De la vicissitude ou variété des choses en l’univers de Loys Le Roy : la langue dans l’histoire

Notice biographique et présentation du corpus

De la vie de Loys Le Roy nous ne savons que très peu de choses. Il naît à Coutances en 1510, dans une famille modeste, comme peut le corroborer l’insistance récurrente de sa correspondance sur le manque d’argent et sur le besoin d’être protégé par un grand. Loys Le Roy, dit Regius, reçoit dans sa ville natale une solide formation initiale en grec. Appuyé par l’évêque de Coutances, Guillaume de Cossé, il obtient en 1529 l’une des bourses cré...

Lire les classiques à la Renaissance entre l’Italie et la France : quelques notes sur Homère

« Je veux lire en trois jours l’Iliade d’Homère » : ainsi écrit Ronsard, dans Les Continuations des Amours en 1555. Deux siècles auparavant, en revanche, Pétrarque, dans une lettre à Nicola Sigero, haut fonctionnaire de la cour de Byzance, avouait son impuissance à lire les mystérieux manuscrits que le diplomate lui avait envoyés :

Ton Homère est muet auprès de moi, ou bien moi, je suis sourd auprès de lui. Pourtant je me réjouis à sa seule vue, et souvent je l’embrasse et je ...

L'Homère de Salomon Certon : une traduction « protestante »

Introduction

On sait assez peu de chose sur Salomon Certon. Né en 1552, donc un peu plus vieux que Jean de Sponde (né en 1557), mais plus jeune que Du Bartas (né en 1544), il a sans doute fréquenté la cour de Nérac dans ses belles années (1578-1580) puisqu'on trouve une vingtaine de ses poèmes dans l'Album de poésies de Marguerite de Valois. La lettre X des Lettres touchant quelques points de diverses sciences d'Agrippa d'Aubigné, qui concerne les vers mesurés français, lui est adressé...

La dédicace du Cymbalum mundi de Bonaventure Des Périers (?) (1537). Une défense facétieuse du français.

La dédicace fictive du Cymbalum mundi, dont les circonstances de publication sont des plus mystérieuses, peut être lue comme une défense précoce du français. Présentant l’œuvre comme une traduction, le prétendu Thomas du Clevier affiche, avant Étienne Dolet, le choix de la langue vulgaire contre le latin. L’argument de la traduction, probablement inventé, permet d’introduire l’idée d’une adaptation de la langue écrite à l’époque contemporaine. Le style facétieux de l’épître dédicatoire illust...

Homero en España. La Ulixea de Gonzalo Pérez

El tema de la presencia de Homero en España cuenta con no muchas investigaciones, y muchos capítulos de su historia siguen sin escribir; con todo, podemos ya confiar en algunas obras que nos alumbran el camino: desde el ya clásico estudio de Pallí, que ofrece una primera reseña de las deudas contraídas por la literatura hispánica hacia el épico griego, hasta las aportaciones de Luis Arturo Guichard sobre la Ulyxea de Gonzalo Pérez. A las que hay que sumar las más recientes de Muñoz Sánchez. A...

Le mythe renaissant de Mars par ses épithètes

Au cours du XVIe siècle, en France, les allusions à Mars sont courantes et topiques. L’exemple de Guillaume des Autels est dans ce sens significatif. Il donne, dans son Eloge de la guerre, une image du dieu focalisée sur ses actions destructives qui s’accumulent et devraient même se multiplier suivant son exhortation :

Là quatre chevaulx roux tiroyent en grand vitesse
Le chariot sanglant de Mars, qui en la presse
Rompt, froisse, frappe, abbat de sa meurtriere main
Et ne se peult ...