Corpus Eve

Émergence du vernaculaire en Europe

Revue multilingue d'étude des langues vernaculaires en Europe du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle

Multilingual journal studying vernacular languages in Europe from the Middle Ages to the end of the 17th century

Accéder au site
Corpus Eve

Corpus Eve est une revue électronique pluridisciplinaire associant l’étude de l’histoire en général, celle de la langue, du droit et des institutions, de la littérature, des sciences, des religions et de la musique. Publiés à flux continu, les articles traitent de la langue vernaculaire en Europe de son apparition jusqu’au XVIIe siècle. Les travaux présentés sont répartis entre ceux relevant du domaine officiel, des arts et sciences, et ceux relevant de la défense et de l’illustration du vernaculaire. Sont également proposés, des actes de colloques, de journées d’études et de conférences. Plurilingue, Corpus Eve aborde les domaines géo-linguistiques anglais, allemand, espagnol, français et italien dans leurs spécificités. 

Éditeur

Université de Savoie

L'Université de Savoie est un acteur territorial, régional et transfrontalier, majeur du développement social, économique et culturel. Pluridisciplinaire, elle propose tous les cursus (de la licence au doctorat), en formation initiale, continue, en alternance ou en Validation des Acquis de l'Expérience (VAE), sur place ou à distance.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

sabine.lardon@univ-lyon3.fr

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Denis Varaschin

Rédacteur(s) en chef

Sabine Lardon

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2013-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Publication à flux continu

Année de création

2014

Date de mise en ligne

17 décembre 2014

ISSN format électronique

2425-1593

Langues de publication

Français, Español, English, Italiano, Deutsch

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Coordonnées

Courriel

sabine.lardon@univ-lyon3.fr

Adresse postale

Corpus Eve
Université Jean Moulin – Lyon 3
Sabine Lardon – revue Corpus Eve
7, rue Chevreul
69007 Lyon
France

Ville de production

Chambéry

Actualités

Nouveaux articles

Les Six Livres de la République de Jean Bodin (1576). La première citation des Serments de Strasbourg

Cette étude s’insère dans le cadre du projet « Historiographie des Serments de Strasbourg ». En 1576, Jean Bodin est le premier à citer les Serments de Strasbourg que lui a montrés Claude Fauchet. Il les mentionne et cite dans le chapitre « De la seureté et droits des aliances, et traitez entre les Princes » de son traité de philosophie politique Les Six Livres de la République (chapitre I, viii devenu ensuite V, vi à partir de 1577).

Le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) et le Declin de la maison de Charlemagne (1602) de C. Fauchet. Réflexion linguistique et considération historiographique autour des Serments de Strasbourg

C. Fauchet accorde une place privilégiée aux Serments de Strasbourg dans ses deux œuvres que sont le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans et le Declin de la maison de Charlemagne : alors que dans la première, cet écrit s’intègre dans une démarche linguistique visant à prouver l’ancienneté et l’autonomie de la langue romane ; la deuxième double cette réflexion d’une considération historiographique rappelant combien le lien rattachant les Français aux Francs et ...

L’Histoire de France de Bernard de Girard Du Haillan (1585). Les Serments de Strasbourg comme miroir des princes

Cette étude s’insère dans le cadre du projet « Historiographie des Serments de Strasbourg ». Les Serments de Strasbourg sont mentionnés dans l’édition augmentée de L’Histoire de France de Bernard de Girard Du Haillan (1585, la dernière du vivant de l’auteur), amenant un profond remaniement de l’histoire des fils de Louis Ier (dit le Pieux ou le Débonnaire). Les Serments sont considérés par l’historiographe du roi non pas pour leur intérêt linguistique mais pour leur dimension morale : du fait...

L’Annotation « De l’Ancienne langue françoise » aux Commentaires de Cesar des guerres de la Gaule (1589) de Blaise de Vigenère. Les Serments de Strasbourg au service de la « deffence et illustration » du français

Cette étude s’insère dans le cadre du projet « Historiographie des Serments de Strasbourg et elle a comme objet les réflexions sur l’origine de la langue française que Blaise de Vigenère a développées dans l’édition de 1589 de sa traduction du De Bello Gallico de Jules César. Le texte des Serments de Strasbourg, transcrit et traduit, sert à prouver que l’ancienne langue des Gaulois, modifiée par le contact avec le latin, donna origine à une langue vernaculaire identifiée d’abord avec les dial...

Le De literis et lingua Getarum sive Gothorum de Bonaventura Vulcanius (1597). Les Serments de Strasbourg au service de la défense et illustration des langues germaniques

Cette étude, qui s’insère dans le cadre du projet Historiographie des Serments de Strasbourg, est consacrée aux deux ouvrages sur les Goths publiés par Bonaventura Vulcanius en 1597 : un recueil de textes historiographiques et une petite monographie sur la langue gothique dans laquelle l’humaniste insère sa transcription des Serments de Strasbourg. Les finalités de cette entreprise sont aussi bien archéologiques qu’idéologiques, car Vulcanius s’inscrit dans un vaste courant de recherche visan...

Le Discours en forme de dialogue, contenant un abrégé familier de la philosophie d’Aristote, pour l’ornement de nostre langue françoise de François de Neufville, abbé de Grandmont [1584]. Une illustration ambiguë de la langue française et de la philosophie d’Aristote

Le Discours en forme de dialogue, contenant un abregé familier de la Philosophie d’Aristote, pour l’ornement de nostre langue Françoise est un traité peu connu de François de Neufville, publié en 1584 et non réédité depuis. Comme son titre l’indique, l’auteur s’inscrit dans le débat de l’époque pour défendre la capacité de la langue française à traiter de questions philosophiques. Pour autant, ce dialogue philosophique aux enjeux complexes amène à une prise de position ambiguë et nuancée.

La traduction de L’Harmonie des Evangiles (Die Evangelienharmonie) de Tatien (Tatien) (830) : simple décalque du latin ou témoignage des spécificités du vieux-haut-allemand ? 

Il s’agit ici de montrer la complexité d’un texte qui présente à la fois la version en latin et sa traduction en vha [vieux haut allemand], sur deux colonnes, dans la même page. La façon dont la traduction en vha a été caractérisée et utilisée dans la recherche en linguistique historique, sur le vha, et dans l’appréciation de la littérature vernaculaire en langue allemande, est unique en son genre dans l’histoire de l’allemand.

L’épître dédicatoire au roi de La Tragedie d’Euripide, nommée Hecuba, Traduicte de Grec en rhythme Françoise de Guillaume Bochetel (1544). Une réflexion sur la langue et sur les finalités des réécritures en français de tragédies classiques

Guillaume Bochetel, dans l’épître dédicatoire « Au Roy, mon souverain seigneur », rappelle les caractéristiques du genre tragique. La modestie affichée de son entreprise de traduction peut alors cacher une ambition plus haute, dans la mesure où l’adaptation d’Euripide en français atteste la capacité de la langue s’élever à un style grave et sublime, d’autant plus que la traduction se fait ponctuellement aussi recréation.

Le traicté intitulé la concorde des deux langages de Jean Lemaire de Belges. La question du vernaculaire dans un contexte de rivalité politique et linguistique franco-italienne

Notice biographique

La vie de Jean Lemaire de Belges nous est essentiellement connue à travers les indices qui jalonnent ses œuvres et plusieurs informations demeurent incertaines. Jean Lemaire est né à Belges, actuel Bavay (commune française du Nord), probablement en 1473, si l’on se réfère à l’épître dédicatoire du premier livre des Illustrations de Gaule :

À ceste cause, en ce temps heureux et prospere de la monarchie de ton geniteur, Empereur des Chrestiens, que tou...