Revue italienne d’études françaises

Littérature, langue, culture

Revue consacrée à la littérature, la langue et la culture françaises

Accéder au site
Revue italienne d’études françaises

La Revue italienne d’études françaises revendique son appartenance à la tradition de la « francesistica » italienne et s’adresse à tous les chercheurs dans le domaine de la littérature, de la langue et de la culture françaises.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

rief.redaction@gmail.com

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Francesco Fiorentino

Rédacteur(s) en chef

Barbara Sommovigo

Responsable de l'édition électronique

Marta Ingrosso, Serena Peregro

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2011-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Annuelle

Année de création

2011

Date de mise en ligne

27 mars 2015

ISSN format électronique

2240-7456

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

10 semaines

Coordonnées

Courriel

rief.redaction@gmail.com

Adresse postale

Revue italienne d’études françaises
Seminario di Filologia Francese
c/o Fondazione Primoli Via Zanardelli
1/C 00186 Roma
Italia

Ville de production

Roma

Actualités

Nouveau numéro

10 | 2020 – La vérité et ses ruses

Le numéro 10 de la Revue italienne d’études françaises paraît dans une période terrible : la plus grande partie du monde avait depuis longtemps oublié les pandémies et n’imaginait pas mener un tel combat contre des virus comme au temps de la peste, du choléra, de la grippe espagnole. Cette situation dramatique n’a cependant pas arrêté les recherches littéraires et linguistiques, comme en témoignent les très nombreuses visites que notre Revue a eues cette année et la richesse de ce 10e numéro.

Nous y présentons les contributions du Colloque organisé à Naples en novembre 2019 par le Seminario di Filologia francese, La vérité et ses ruses. Comme l’écrivent Valeria Sperti et Federico Corradi qui ont édité ces articles, « si la critique exprime des doutes sur la pertinence de la notion de vérité appliquée au domaine littéraire, la littérature, elle, n’a jamais renoncé entièrement, ne serait-ce que sur le mode problématique du doute voire de la dénégation, à s’interroger sur sa possibilité de saisir et d’exprimer à sa manière le vrai. Tous les écrivains qui font l’objet de ces articles manifestent, chacun à sa manière, une tension vers la vérité ».

La section Mélanges s’ouvre sur un article qui enquête un des enjeux majeurs du débat méthodologique actuel, à savoir le rapport entre l’herméneutique et la recherche quantitative ; l’article est signé par Franco Moretti, l’un des protagonistes de la recherche internationale dans ces deux domaines. Comme à l’accoutumée la section est constituée d’articles, en ordre chronologique, qui se penchent sur certains auteurs de la littérature française, cette fois-ci du XVIIIe à nos jours (Fuzelier, Stendhal, Giono, Aragon, Proust, Jauffret, Perec, Garréta).

Dans la rubrique Le point sur, Francesca Lorandini présente un dossier qui aborde le cas Houellebecq, écrivain scandaleux à grand public et en même temps romancier qui marque une nouvelle tendance romanesque anti-formaliste.

La rubrique Seuils poétiques réunit les traductions réciproques de poètes italiens qui vivent en France et de poètes français, en dialogue entre eux.

Bien qu’elle soit attentive à l’actualité, notre revue croit fermement que les études littéraires ne peuvent pas se focaliser exclusivement sur la contemporanéité ou la quasi-contemporanéité. Conformément à cette ligne éditoriale qui est la nôtre, les contributions de ce numéro portent sur une temporalité plus vaste. Nous sommes donc spécialement heureux de publier dans la rubrique Relectures une page, traduite en français, de l’un des maîtres de la critique italienne du siècle dernier, Giovanni Macchia, qui, dans le domaine des études françaises (de la littérature des origines au vingtième siècle) a été un point de référence incontournable pour diverses générations de chercheurs. Dans l’étude que nous publions, Macchia aborde l’un de ses écrivains préférés, Baudelaire, en tant que critique de Flaubert.