Études platoniciennes

Revue consacrée à l’actualité de la recherche sur Platon et la tradition platonicienne

Accéder au site
Études platoniciennes

Études platoniciennes est une revue consacrée à l’actualité de la recherche sur Platon et la tradition platonicienne. Son ambition est de favoriser le pluralisme des langues, des disciplines et des méthodes de lecture. Chaque numéro rassemble un choix d’études sur un thème de recherche ou une œuvre, la livraison annuelle du « Bulletin Platonicien » qui propose un compte rendu des ouvrages récents, ainsi que la « Bibliographie platonicienne » où sont recensés toutes les publications liées aux études platoniciennes.

Éditeur

Société d’Études Platoniciennes

La Société d'Études Platoniciennes, fondée en 2001 s'efforce de promouvoir les études platoniciennes.  Elle a créé une publication annuelle, les Études platoniciennes, qui rassemble  des études consacrées à l'œuvre de Platon et à l'ensemble de la tradition platonicienne.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

sep@agalma.net

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Jean-François Pradeau

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2004-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

annuelle

Année de création

2004

Date de mise en ligne

23 mai 2014

ISSN format électronique

2275-1785

Langues de publication

Français, English

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

48 semaines

Coordonnées

Courriel

sep@agalma.net

Adresse postale

Études platoniciennes
Société d’Études Platoniciennes
76 avenue de la République
75011 Paris
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

15 | 2019 – Le Parménide de Platon

Papyrus contenant Parmenide 152 b-d

Dans la perspective du Symposium Platonicum qui se tiendra à Paris du 15 au 19 juillet 2019 qui porte sur le Parménide de Platon, la Société d’Études Platoniciennes co-organisait avec le Trinity Plato Centre à Dublin, deux journées d’études portant sur le Parménide de Platon (24 et 25 mars 2018 : « Plato’s Parmenides in relation to Plato’s other Dialogues », et les 29 et 30 mai 2018 : « La cosmologie dans le Parménide de Platon »). Ce numéro des Études Platoniciennes publie le texte de dix des communications qui y furent présentées.

Dans les deux parties de son Parménide, Platon nous décrit un Parménide qui se donne pour objet l’être comme totalité des choses qui nous entourent, c’est-à-dire le monde comme ensemble de tous les ensembles des choses, un monde qui peut être aussi bien pensé que perçu. En cela, il n’est pas infidèle à une lecture possible du Poème du Parménide historique : les fragments I à VIII (1 à 50, décrivant l’être saisi par la pensée, se trouvent du côté de la vérité, alors que les fragments suivants (VIII 51-61) à XIX), qui décrivent l’être saisi par les sens, se situent du côté de l’illusion, et donc de l’erreur. Platon, lui, reprend pour son propre compte cette opposition entre l’être saisi par la pensée et l’être saisi par les sens, qui est un mélange d’être et de non-être, c’est-à-dire le devenir, mais il reconfigure cette opposition en la situant à deux niveaux de réalité séparés, ce faisant reconnaissant une certaine réalité aux êtres que la seconde partie du Poème rejetait dans l’illusion. Chez Platon, l’être devient la réalité véritable qui se situe en un lieu accessible au seul intellect, et le devenir qui caractérise notre monde devient l’objet des sens qui ne perçoivent une réalité qui ne consiste qu’en images de la réalité véritable, et se trouve du côté de l’opinion qui dérive de la sensation. On comprend dès lors que, dans ce contexte, le problème devienne celui de la participation du sensible à l’intelligible. En en confiant l’exploration au personnage de Parménide, Platon invite le maître d’Elée à reprendre à nouveau frais la question de leur articulation.