Sud-Ouest européen

Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest

Revue de géographie relative à l’ensemble du Sud-Ouest de l’Europe

Academic journal of geography dedicated to the South-West Europe

Accéder au site
Sud-Ouest européen

Sud-Ouest Européen est une revue interuniversitaire de géographie qui a pour vocation de publier la production scientifique, de géographes principalement, relative à l’ensemble du Sud-Ouest de l’Europe. Dans ce cadre territorial, elle accueille également de façon croissante les travaux de de chercheurs espagnols et portugais. La revue est publiée par les Instituts de Géographie des universités de Toulouse, Bordeaux, Pau et Perpignan. A partir de 1998, elle a pris la suite de la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest fondée en 1930 par Daniel Faucher, à Toulouse.

Sud-Ouest Européen is an academic journal published by Institutes of Geography of Toulouse, Bordeaux, Pau and Perpignan. In 1998, she took over the RGPSO founded in 1930 by Daniel Faucher in Toulouse. The journal aims to publish scientific production, mainly geographers, on the whole of South-West Europe. In this territorial framework, it also hosts increasingly the work of researchers from Spain and Portugal. Indeed, the change of name of the journal shows a clear commitment to greater openness on the Iberian Peninsula, which is also reflected in the international scientific committees and editorial. The journal also publishes theoretical texts or under other geographic areas provided they are integrated into a thematic issue.

Sud-Ouest Européen es una revista académica publicada por los Institutos de Geografía de la Universidad de Toulouse, Burdeos, Pau y Perpignan. En 1998, se hizo cargo de la RGPSO fundada en 1930 por Daniel Faucher en Toulouse. La revista tiene como objetivo publicar producciones científicas, principalmente geógrafos, sobre todo el sur-oeste de Europa. En este marco territorial, el trabajo de los investigadores españoles y portugueses son cada vez más numerosos. De hecho, el cambio de nombre de la revista muestra un claro compromiso con una mayor apertura en la Península Ibérica, que se refleja también en los comités científicos internacionales y editoriales. La revista también publica textos teóricos sobre o debajo de otras zonas geográficas, siempre que se integran en una cuestión temática.

Éditeur

Presses universitaires du Midi

Les Presses universitaires du Midi (PUM) sont un service commun de l’université Toulouse - Jean-Jaurès (UT2J). Créées en mai 1987, elles ont pour mission de participer à la promotion et à la diffusion de la recherche en lettres, en langues, en sciences de l’homme et de la société et en sciences de l’ingénieur, que celle-ci soit produite au sein de l’université Toulouse - Jean-Jaurès ou dans d’autres universités et centres de recherche français ou étrangers.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Philippe Dugot, Vincent Berdoulay, Mayté Banzo, David Giband

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2009-2015

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

semestrielle

Année de création

1998

Date de mise en ligne

25 février 2014

ISSN format électronique

2273-0257

ISSN format papier

1276-4930

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en simple aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

8 semaines

Coordonnées

Adresse postale

Sud-Ouest européen
Université de Toulouse II-le Mirail
Département de géographie
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex 9
France

Ville de production

Toulouse

Actualités

Nouveau numéro

40 | 2015 – Infrastructures de transports et conflits

Couverture SOE n°40
ISBN 978-2-8107-0448-4
20 × 26 cm - 161 p.

Au développement des infrastructures de transports s’attache un paradoxe qui, sans être nouveau, semble aller croissant : alors que les besoins d’une société d’hypermobilité appellent à une amélioration constante, leur remise en cause n’a jamais été aussi systématique. L’actualité donne le témoignage récurrent des oppositions, parfois violentes, à tel projet d’aéroport, de tunnel, d’autoroute ou de LGV. Certes, les projets d’infrastructures de transport ne sont pas les seuls à être le théâtre de telles manifestations. C’est le lot plus large de nombreux équipements du territoire dans le domaine de l’aménagement rural, de l’énergie ou du tourisme. Ceci étant, les infrastructures de transport cristallisent de fortes oppositions. On évoque alors rapidement le phénomène bien connu de nimby (Not In My BackYard ou « pas derrière chez moi »). Sans doute est-ce vrai et sans doute ne doit-on pas toujours balayer d’une accusation d’égoïsme socio-territorial cette réactivité citoyenne. Mais les projets d’infrastructures de transport posent aussi des questions plus larges que celles d’un simple localisme paysager. Leur rejet interroge la pertinence d’une mobilité sans limite, faisant fi d’impacts environnementaux allant bien au-delà de la sauvegarde d’un scarabée ou d’une grenouille, érigés comme autant de nouveaux totems d’une « nature » sacralisée. On pense à la qualité de l’air notamment. À l’inverse, ces oppositions perdent de vue ­parfois la dimension économique plus large de tel ou tel équipement, oubliant en outre que celui-ci peut également être l’occasion de reposer les termes modaux de certaines mobilités. La conflictualité, loin de n’être qu’une étape dilatoire, n’est-elle pas aussi un moment indispensable à l’acceptabilité du projet voire à son amélioration ?

Ce numéro ne peut avoir la prétention d’embrasser la totalité de cette thématique. Par exemple, point de contributions autour des ports maritimes et des aéroports. L’approche dominante par les infrastructures routières et ferroviaires permet néanmoins d’envisager le fond de la conflictualité. Dans la ligne éditoriale de la revue, les exemples développés le sont dans le Sud-Ouest français et la péninsule Ibérique, laissant une place à la question pyrénéenne. Au fil de la dizaine d’articles sont ainsi envisagés plusieurs points de controverses ­autour du déploiement du ferroviaire, qu’il s’agisse de LGV, au Pays basque, entre Perpignan et Barcelone, entre ­Bordeaux et Toulouse, ou de lignes plus classiques mais relançant l’hypothèse polémique d’un franchissement des ­Pyrénées. Ce numéro est aussi l’occasion d’une mise au point sur la politique des infrastructures de transport, pour le moins surprenante, menée par les autorités espagnoles. À une autre échelle, sont abordées des problématiques plus urbaines, qu’il s’agisse des hésitations entourant le développement du vélo à Saragosse, du déploiement d’une nouvelle ligne de bus à Toulouse ou, pour sortir du seul déplacement de voyageurs, d’une réflexion autour de la logistique urbaine dans le centre-ville toulousain. Deux articles nous font quitter le ­Sud-Ouest européen, l’un abordant les débats autour de l’agrandissement de la gare ferroviaire de Genève, tandis que l’autre, trouvant un écho particulier avec les Pyrénées proches, évoque les contestations nées du projet du tunnel de base du Brenner dans les Alpes.