Itinéraires

Littérature, textes, cultures

Revue étudiant l’émergence de nouveaux espaces littéraires, en termes d’aires culturelles, de supports, d’idéologie, de représentation du sujet

Accéder au site
Itinéraires

Itinéraires. Littérature, textes, cultures étudie la littérature et ses points de contact avec les autres sphères culturelles. D’héritage francophoniste, la revue accorde toujours une large place aux littératures francophones et postcoloniales. Elle publie également des numéros thématiques représentatifs des différentes perspectives auxquelles s’ouvre le centre de recherche Pléiade. Des approches théoriques s’orientent notamment vers une réflexion sur la fiction, les genres (textuels ou sexuels) ou la transmédialité. Des domaines tels que les écritures de soi ou les textualités numériques sont explorés. Circulation, avant-garde, nouveaux espaces : de manière générale, la revue cherche à repérer des phénomènes d’émergence littéraires et culturels.

Éditeur

Pléiade

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

itineraires-ltc@univ-paris13.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Christèle Couleau, Magali Nachtergael

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2008-2018

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

quadrimestrielle

Année de création

2008

Date de mise en ligne

10 février 2015

ISSN format électronique

2427-920X

ISSN format papier

2100-1340

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

20 semaines

Coordonnées

Courriel

itineraires-ltc@univ-paris13.fr

Adresse postale

Itinéraires
CENEL – Université Paris 13
99 avenue Jean-Baptiste Clément
93430 Villetaneuse
France

Ville de production

Villetaneuse

Actualités

Nouveau numéro

2018-1 | 2018 – Le manifeste à travers les arts : devenirs d’un genre indiscipliné

Image d'accroche du numéro 2018-1

Littérature, arts plastiques, cinéma, poésie, théâtre, architecture : tous les domaines de la création ont pour objet commun le manifeste. Texte-action protéiforme et iconoclaste, il s’inscrit à la fois dans l’histoire de sa discipline tout en bousculant ses codes, en un geste performatif d’indiscipline. Véritable « agent provocateur », remède contre la normativité qui a connu son heure de gloire à l’époque des avant-gardes, le manifeste est d’abord le texte par excellence de l’engagement de l’artiste, de l’utopie et de la révolte, questionnant sans cesse les entrelacs de l’artistique et du politique.
Ses usages contemporains, néanmoins, invitent à questionner la forme même du genre et sa subversion fondamentale : pratiqué souvent en solitaire plutôt qu’en groupe, transformé en installation, performance ou catalogue d’exposition, voire détourné à des fins publicitaires, le manifeste véhicule une imagerie de la protestation qui se fait parfois mise en scène et par là, remise en question de tout ce qu’il entendait initialement rejeter. À qui profite le manifeste ? Quels discours et engagements sert-il ? Lui est-il encore possible d’être indiscipliné ? C’est à ces questions que tente de répondre le présent numéro.

Literature, arts, cinema, poetry, theatre, architecture… all creative domains have in common the manifesto. An iconoclastic and multiform action-text, it is both in line with the history of its discipline while rewriting its rules in an undisciplined gesture. It is not only a true “agent provocateur,” a remedy against standardisation which had its hour of glory at the time of the avant-garde, but also a text that shows the artists’ engagement, their utopia and their revolts, and constantly challenges the links between the arts and politics.
Its contemporary usage, nonetheless, lead us to question the form of the genre itself and its fundamentally subversive character: often practised solitarily rather than in a group, transformed into an art installation, a performance, an exhibition catalogue, or even diverted for the purpose of advertising, the manifesto conveys an image of protest that sometimes ends up being just a show, thereby bringing back into the picture that which it was initially designed to reject. So who benefits from the manifesto? Which messages and engagements is it trying to put over? Can it still be undisciplined? These are some of the questions the present issue addresses.