Corela

Cognition, représentation, langage

Revue de sciences du langage

Accéder au site
Corela

Corela est une revue de sciences du langage. Elle publie des contributions semestrielles sur des thèmes ouverts, qui abordent des questions de langues : grammaire, lexique, syntaxe, phonologie ; mais aussi de langage, de représentation, de modélisation, de sémantique. Dans une seconde section thématique, Corela accueille divers travaux : actes de colloque ou de journée d’études, résultats d’un groupe de recherche, compte rendu de manifestations scientifiques...

Éditeur

Cercle linguistique du Centre et de l'Ouest - CerLICO

Association loi 1901 regroupant des scientifiques des universités du Grand Ouest de la France et ayant pour objet de favoriser le développement de la recherche en linguistique

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Gilles Col

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2003-2019

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

semestrielle

Année de création

2001

Date de mise en ligne

09 juillet 2014

ISSN format électronique

1638-573X

Langues de publication

Français, English

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

12 semaines

Coordonnées

Adresse postale

Corela
Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bâtiment A5
5 rue Théodore Lefebre
86000 Poitiers
France

Ville de production

Poitiers

Actualités

Nouveau numéro

17-1 | 2019 – Vol. 17, n°1

Le présent numéro réunit quatre articles : 

Dans le cadre de la « Théorie de la Relation Interlocutive (Douay & Roulland 2014) » qui considère le langage comme un système auto-organisé et auto-référent,  Catherine Douay et Daniel Roulland (UP à contresens) partent du constat qu’il n’est pas possible de réduire le signifié du morphème anglais UP (vs DOWN) à l’expression d’un « mouvement vertical vers le haut » car les valeurs non spatiales sont très nombreuses. Et présentant les diverses valeurs de ce morphème comme interlocutives, définissant des « cadres réceptifs » ou « configurations » qui orientent et modulent l’interprétation contextuelle, ils soutiennent  que UP a une valeur relationnelle unique et invariante, quelle que soit la base affectée ou la relation mise en cause, et qu’il n’y a rien au niveau systémique qui signifie « vers le haut ». Ils postulent que les caractéristiques de C1 (configuration interlocutive 1) dont relève UP le rendent apte à évoquer l’émergence ou la saillance, qui pourront à la faveur de certains contextes où prédomine l’interprétation spatiale ou physique, être interprétées dans le sens d’un mouvement vertical vers le haut.

L’article de Valérie Amary (Copular sentences and Binding Theory: the case of French and Principle C) s’oppose aux idées répandues sur la base des études de l’anglais selon lesquelles le principe C ne s’applique pas aux phrases copulatives et soutient que ceprincipe s’applique bel et bien aux phrases copulatives françaises. Ainsi, distinguant entre phrases prédicationnelles (en “est”) et les autres types de phrases copulatives (identificationnelles, identité, spécificationnelles) nécessitant la présence du démonstratif neutre “ce/c’”, il montre qu’en conformité avec le principe C, seule la structure en ce/c’ est acceptable en français.

L’article d’Elodie Martin (Franglais : la marque de fabrique de la presse à scandale française) aborde un genre journalistique : la presse à scandale, appelée également « les tabloïdes » pour tenter de comprendre pourquoi et comment le journaliste français de la presse people est amené à insérer des mots anglais dans son discours. Il propose une analyse des lexèmes anglais insérés dans les gros titres, les titres, et les articles des tabloïdes et en conclut que l’économie du langage et l’identité de groupe constituent les principales motivations de cette pratique.

Enfin, l’article de Mohamd Hossein Otroshi, Kamyar Abdoltajedini et Marzieh Mehrabi (Impacts du ratage de cible sur la production des voyelles nasales françaises par les apprenants iraniens) s’appuyant sur la prononciation des voyelles nasales du français chez 4 étudiants de première année universitaire (3 filles et 1 garçon) d’un âge moyen de 19 ans, aborde l’effet du contexte phonétique sur les formants articulatoires des voyelles nasales françaises, puis l’effet sur la qualité d’une bonne prononciation (production) et enfin sur l’identification des écarts figurant dans les productions des 4 étudiants. Les résultats montrent non seulement que la production des voyelles nasales françaises dans le contexte vide pose problème au public étudié mais aussi que les voyelles nasales produites par les 4 apprenants sont bien affectées par un écart de prononciation (par rapport à la prononciation dite standard) dans le contexte phonétique.

Les propositions d’articles pour le numéro 2 du volume 17 de la revue Corela sont à envoyer à Daniel Roulland avant le 15 septembre 2019.