Textyles

Revue des lettres belges de langue française

Revue de synthèse pour la recherche, la documentation et l’enseignement des lettres belges

Academic journal for research, documentation and education about Belgian literature

Accéder au site
Textyles

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, est une revue semestrielle, comprenant un dossier consacré à une œuvre ou à une problématique, des varias, des comptes rendus d’ouvrages critiques et une bibliographie exhaustive des publications critiques de l’année écoulée dans le domaine des lettres belges. Elle constitue ainsi un véritable organe de synthèse pour la recherche, la documentation et l’enseignement des lettres belges, en Belgique et à l’étranger.

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, is an academic journal, published twice a year, including a dossier on a work or a problem, varia, critical book reviews and a comprehensive bibliography of critical publications of the past year in the field of Belgian literature. It is therefore a real organ of synthesis for research, documentation and education about Belgian literature in Belgium and abroad.

Éditeur

Le Cri

Depuis 1981, les éditions Le Cri publient essentiellement des ouvrages à caractère littéraire, de la fiction à l’histoire, de la poésie à l’essai, elles tentent à la fois de faire s’épanouir de nouveaux talents et de promouvoir des œuvres du patrimoine à travers ses collections.

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Laurence Brogniez

Responsable de l'édition électronique

Ingrid Mayeur, Björn-Olav Dozo

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

1988-2015

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

semestrielle

Année de création

1985

Date de mise en ligne

27 juin 2013

ISSN format électronique

2295-2667

ISSN format papier

0776-0116

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Adresse postale

Textyles
Pierre Piret
Rue des Six Heures, 11
1457 Nil-Saint-Vincent
Belgique

Ville de production

Nil-Saint-Vincent

Actualités

Nouveau numéro

46 | 2015 – Figurations de la vie littéraire

Textyles, n°46 (2015)
ISBN 978-2-8759-3045-3
230 p.
[…] Si l’usage des clés est si fréquent, c’est que l’image du monde littéraire est partout grimaçante. La fictionnalisation des lieux, des personnages et des discours prête à merveille à la satire. Il n’est guère surprenant, à cet égard, que tant Muno que Baillon, Mockel et Detrez mettent volontiers en scène des conflits et des querelles entre leurs personnages. La fiction est un moyen privilégié pour régler ses comptes et pour donner vie à l’entrechoquement des idées. Le journal intime offre un autre espace de choix pour les déclarations incendiaires ou venimeuses : Jean Muno ne s’en prive pas, comme le montrent à partir de corpus différents David Vrydaghs et Renata Bizek-Tatara, non plus que Paul De Wiespelaere.
Un aspect qui traverse les articles réunis ici est peut-être le plus proprement belge de tous. Il s’agit du rapport à ce qui excède le littéraire. Les romans du XIXe siècle que Marianne Michaux a pris pour objet d’étude dans son article sont particulièrement représentatifs à cet égard, dans la mesure où tous jouent sur la confrontation entre le monde de l’art (littérature, peinture, théâtre) et le monde social. Que ce soit dans Soeur et Frère de Joseph Gaucet, dans Maubert de Henri Colson ou dans Le Directeur Montaque de Dominique Keiffer, cette confrontation ne se produit pas selon une axiologie opposant la bohème fantasque mais dévouée à un art autonome et la bourgeoisie utilitariste et castratrice ; par l’intermédiaire de la figure de l’artiste (ou plus tard de celle du journaliste chez Baillon) se dit plutôt une recherche de réussite sociale apaisée quoique déceptive, une lutte qui consiste moins à s’opposer à la société dans son ensemble qu’à tâcher d’y trouver une place, la plume ou le pinceau à la main. On retrouve cette tension et cette difficulté à se situer pour le poète entre deux grands types d’écrivains, le surréaliste d’un côté et le fonctionnaire de l’autre, dans l’analyse que livre Daphné de Marneffe du roman de Franz Hellens. Condamné à la marginalité au-dehors et au malaise identitaire au-dedans, l’écrivain belge doit avant tout négocier sa propre existence problématique. Les figurations du monde littéraire s’ajoutent ainsi à l’arsenal dont disposent les chercheurs pour mieux en comprendre les formes et les formulations.
[Extrait de la présentation]