Variations

Revue internationale de théorie critique

Revue de sociologie consacrée à la théorie critique contemporaine, associant traductions et articles inédits

Journal of contemporary critical theories, combining translations and unpublished articles

Accéder au site
Variations

Variations. Revue internationale de théorie critique publie des auteurs inspirés de la Théorie critique de l’Ecole de Francfort, des théories critiques contemporaines (sociologie critique, cultural studies, gender studies) en accordant une place centrale aux traductions littéraires et à l’inédit.

Variations. International journal for critical theories publishes authors linked to the Francfurt School and contemporary critical theories (critical sociology, cultural studies, gender studies), making a special effort to translate articles in French and to select unpublished articles.

Éditeur

Les amis de Variations

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

variations@revues.org

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Alexander Neumann

Rédacteur(s) en chef

Lucia Sagradini

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2006-2013

Politique d'édition électronique

Revue éteinte

Périodicité

semestrielle

Année de création

2001

Date de mise en ligne

14 mars 2012

ISSN format électronique

1968-3960

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

variations@revues.org

Adresse postale

Variations
45, rue Polonceau
75018 Paris
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

18 | 2013 – « La poésie est une arme chargée de futur »

« La poésie est une arme chargée de futur » - Variations n°18

« La poésie est une arme chargée de futur. » (« La poesia es un arma cargada de futuro »), titre d'un poème de Gabriel Celaya, repris et chanté par Paco Ibañez, indique que des formes apparemment extérieures à la politique peuvent créer des brèches porteuses de bouleversements, permet d'interroger la définition de la politique, parce que la poésie est parole. « C'est à peine qu'ils nous laissent dire que nous sommes qui nous sommes ! » dit Ibañez dans sa chanson des années 1970 — qu'il vient de reprendre à la demande de jeunes indignés qui veulent exister malgré l'absence d'un avenir tracé. « Ce sont des mots que nous répétons en les sentant nôtres, et ils volent. Ils sont plus que ce que l'on entend. Ils sont les plus nécessaires : ce qui n'a pas de nom. Ils sont des cris dans le ciel, et sur la terre ce sont des actes. » (« Son palabras que todos repetimos sintiendo, como nuestras, y vuelan. Son más que lo mentado. Son lo más necesario : lo que no tiene nombre. Son gritos en el cielo, y en la tierra son actos ») [...]