Catalogue des publications

Anr Transtur

Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du XIXe siècle à nos jours

Accéder au site

 

L’État turc est généralement considéré comme fort, unifié, clairement différencié par rapport au reste de la société et largement imperméable aux demandes sociales. Cette vision ne résiste pourtant pas à l’examen, dès lors que l’on prend acte de l’important décalage entre discours et pratiques, de l’existence de clivages saillants au sein des institutions, et de la « porosité » entre administration et société. Notre ambition est donc de mettre à profit les apports de la sociologie de l’État, de la socio-histoire du politique et de la sociologie de l’action publique pour proposer une lecture des modes de gouvernement et d’administration dans l’Empire ottoman et en Turquie, et de leurs évolutions. Il s’agit de passer d’une analyse statique de l’État à l’étude des manières de gouverner et d’administrer. L’État sera entendu comme un ensemble d’acteurs individuels et collectifs, qu’on tentera de saisir à travers ses pratiques, figures et usages concrets, et en interrogeant ses frontières internes et externes. Nous comptons également décentrer le regard par rapport aux institutions étatiques, pour intégrer à l’analyse d’autres acteurs impliqués dans l’action publique, et analyser leurs interactions. Une approche transdisciplinaire intégrant la science politique, l’histoire, la sociologie et l’anthropologie sera mise en œuvre pour étudier les modes de gouvernement dans leur complexité. Trois axes feront l’objet d’une enquête approfondie. Le premier s’attachera à retracer les évolutions des périmètres et modalités d’intervention de l’État comme facteur et conséquence des transformations de la gouvernementalité. Comment les savoirs, les catégories et les technologies du gouvernement sont-ils produits et reçus ? Le second axe sera consacré à l’étude des phénomènes de fragmentation des institutions et à leur influence sur les pratiques de gouvernement. Nous aborderons la professionnalisation des agents d’État, les phénomènes de perte d’objectivité et de neutralité des pratiques d’État, et enfin le cloisonnement entre institutions. Enfin, le dernier axe s’attacher à étudier les formes de perméabilité de l’action publique aux acteurs non institutionnels et individuels (intermédiaires, acteurs privés, mais aussi usagers) ; il s’agira d’identifier ces acteurs, leurs modes d’implication et d’intervention dans l’action publique, mais aussi d’analyser les savoir-faire mis en œuvre par ces acteurs dans ces interactions. Ces questions seront considérées dans leur historicité – une ambition du projet étant de proposer une chronologie révisée des modes d’administration et de gouvernement, peut-être différente des grandes césures institutionnelles de l’histoire politique turque. Une autre ambition est de proposer une sociologie renouvelée des modes d’administration et de gouvernement, mais aussi des relations entre État et société. Outre l’approfondissement de savoirs sur le cas turc, l’ambition de ce projet est d’apporter des éléments de réponse à des questions d’une portée plus générale. Le cas ottoman et turc est en effet particulièrement heuristique pour analyser les dynamiques de changement des modes de gouvernement et d’administration. Il permet notamment de poser de manière quasiment idéal-typique la question du rôle des influences extérieures dans la mise en place, ou l’évolution, des pratiques de l’État. Enfin, ce travail permettra de tester l’exportabilité des instruments d’analyse de sociologie de l’action publique, éventuellement d’en dévoiler certains angles morts ou présupposés implicites.

 

The Turkish state is often seen as a strong and unified entity that is clearly distinct from the rest of society and largely immune from the social demands. This approach does not stand up to a closer look, if we take into account the important gap between discourses and social practices, the existence of cleavages inside institutions and the multiple links between government and society. Our aim is to use the sociology of the state, the socio-history of politics and the sociology of public policies to give a new reading of the ways the Ottoman Empire and the Turkish Republic were actually administered. Contrary to a more static view of the state and its internal working, our approach is to suppose a more dynamic view of the interactions between the state – understood as a network of individual and collective actors – and other types of agency. Our perspective is transdiciplinary in the sense that political science, history, sociology and anthropology are used to study the state in all its complexity. Three points will be analyzed in more detail. First, the evolution of the administrative field in which the state is in fact intervening and the ways it is intervening. How did administrators learn about society, how did they create the categories they used, and how were administrative techniques produced and used? The second point is about the fragmentation and incoherence of state institutions and the influence of this on public policies. We will look at the professionalization of state agents, the loss of institutional objectivity and of neutrality of the state in contexts of crisis, and the lack of communication between institutions. The third and last point concerns the forms of penetration of institutions by individuals and private institutions, and the variety of transactions that develop as a result. These questions are to be considered in a long-term historical perspective. One of the objectives of the program is to think about a new chronology of modes of public policies. Another goal of the program is to build a general model that goes beyond the cases of the Ottoman and Turkish states and offers a more general reflection about the ways concepts created in Western societies are used elsewhere and the problems that can arise from this.

Responsable(s)
Muriel Girard
Catégories francophones
Anthropologie sociale, Histoire, Sociologie politique, XXe siècle, Moyen-Orient
Catégories anglophones
Political Science & Public Administration, Sociology & Anthropology, Area Studies, History, Humanities; Multidisciplinary

Éditeur

OpenEdition

OpenEdition est une infrastructure complète d’édition électronique au service de la communication scientifique en sciences humaines et sociales.

Accéder au site

En savoir plus

Services

RSS
S'abonner
Contact
muriel.girard@ehess.fr

Informations bibliographiques

Rédacteur(s) en chef
Muriel Girard
Année de création
2011
Date de mise en ligne sur Revues.org
01 mars 2011
Langue de la publication
Français

Coordonnées

Courriel
muriel.girard@ehess.fr
Adresse postale
Anr Transtur
EHESS - CETOBAC
ANR TRANSTUR
190-198 avenue de France
75244 Paris cedex 13
France
Ville de production
Paris

Actualités

Derniers billets en ligne



Ressources électroniques et communication scientifique