Revus

Revija za ustavno teorijo in filozofijo prava

Revue de théorie constitutionnelle et de philosophie du droit

Journal for constitutional theory and philosophy of law

Accéder au site
Revus

Revus est la première revue de théorie constitutionnelle et de philosophie du droit en Europe du Sud-Est. Elle fournit un lieu d’échange unique entre juristes de la région, en publiant des contributions dans différentes langues. L’un de ses objectifs est d’établir ainsi des passerelles entre les juristes académiques de la région, et entre ceux-ci et les juristes d’autres régions du monde.
La revue couvre un champ très large, autour des fondements de nos cultures juridiques : droit constitutionnel, droit international public, théorie et philosophie du droit, droits fondamentaux, État de droit et démocratie. La rédaction de Revus encourage des propositions d’articles qui témoignent d’une réflexion théorique et aussi de perspectives comparatistes.

Revus is the first journal for constitutional theory and philosophy of law in South-East Europe. The journal provides a unique regional legal forum by publishing contributions in various languages. One of its purposes is to build a bridge between legal scholars from the region and abroad. It covers a wide range of fields, encompassing the foundations of our legal cultures: constitutional law, international public law, theory and philosophy of law, human rights, rule of law and democracy. The Editors of Revus encourage contributions which exhibit theoretical reflections and comparative perspectives.

Éditeur

Klub Revus

 Centre de recherche sur la constitutionnalité et la démocratie en Europe

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

klub@revus.eu

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Rédacteur(s) en chef

Andrej Kristan, Luka Burazin

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2003-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Deux fois par an

Année de création

2003

Date de mise en ligne

30 mai 2013

ISSN format électronique

1855-7112

ISSN format papier

1581-7652

Langues de publication

English, Slovenščina, српски језик, Deutsch, Español, Italiano, Hrvatski, Français

Coordonnées

Courriel

klub@revus.eu

Adresse postale

Revus
Partizanska cesta 6
SI
4000 Kranj
Slovénie

Ville de production

Kranj

Actualités

Nouveau numéro

24 | 2014 – Le réalisme scandinave dans tous ses états

Revus (2014) 24

En dépit de la littérature relativement abondante à son sujet, quelle que soit la langue dans laquelle on pratique la théorie du droit (laquelle, pour le bonheur du plus grand nombre, ne se limite pas à l’anglais), le réalisme scandinave reste assez mal connu. On n’en retient bien souvent que quelques bribes : lutte contre la métaphysique, empirisme, démystification, idéologie des juges, faits, fictions, prédictions… On ne manque pas non plus de rappeler quelques critiques, plus ou moins sévères, qui lui ont été adressées dans le passé (dont certaines ne manquaient d’ailleurs pas d’humour). Les contributions que rassemble ce volume mettent toutes l’accent sur la dimension épistémologique du programme des réalistes scandinaves au travers de ses principaux protagonistes que furent Hägerström, Olivecrona et Ross. 

L’enjeu, rappelons-le, était de contester tant la théorie positiviste des sources du droit que la conception jusnaturaliste classique faisant du droit positif le prolongement d’une morale propre à la nature humaine. Cette critique des sources constitue le point de départ de toutes les réflexions des réalistes et demeure une constante chez eux. C’est en cherchant à comprendre notre propre compréhension du droit qu’ils en viennent à explorer la dimension socio-psychologique et linguistique du phénomène juridique. Ce faisant, ils se distinguaient des autres juristes qui se réclamaient, à la même époque, du réalisme (aux États-Unis ou en France). 

Si le succès du mouvement peut sembler limité, il n’en demeure pas moins qu’ils ont su provoquer des changements profonds dans la façon d’aborder la science du droit et ils continuent encore de nourrir une réflexion sur les conditions de possibilité d’une telle science.