Moussons

Recherches en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est

Revue comparative et interdisciplinaire consacrée à l’ensemble du Sud-Est asiatique

Comparative and interdisciplinary journal covering the entire Southeast Asian region

Accéder au site
Moussons

Créée en 1999, Moussons porte son regard sur le Sud-Est asiatique (insulaire et continental) et ses marges indiennes et chinoises. Revue comparative et interdisciplinaire, elle accueille l'ensemble des sciences humaines et sociales, plus particulièrement l’anthropologie, la sociologie et l’histoire contemporaine. Revue biannuelle, Moussons publie, en français et en anglais, des articles, des notes de recherche et des comptes rendus d’ouvrages. La revue dispose d'un comité de lecture international.

Created in 1999, Moussons cover the entire Southeast Asian region as well as surrounding areas. A comparative and interdisciplinary review, it focuses on all the social sciences (particularly anthropology, sociology and contemporary history). Moussons publishes twice a year articles, reviews on recent books, review articles and note on subjects of specific interest, in either English or French. The journal has an international editorial board.

Éditeur

Presses Universitaires de Provence

Les Presses Universitaires de Provence éditent et diffusent des ouvrages issus des travaux de recherche menés à l'Université de Provence.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

irasia-moussons@univ-amu.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Guy Faure

Rédacteur(s) en chef

Philippe Le Failler, Michel Dolinski

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2001-2016

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1999

Date de mise en ligne

15 octobre 2012

ISSN format électronique

2262-8363

ISSN format papier

1620-3224

Langues de publication

Français, English

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

48 semaines

Coordonnées

Courriel

irasia-moussons@univ-amu.fr

Adresse postale

Moussons
Moussons
IrAsia
Maison Asie Pacifique
Aix-Marseille Université
3 place Victor Hugo
13 003 Marseille
France
13003 Marseille
France

Ville de production

Marseille

Actualités

Nouveau numéro

30 | 2017 – Le patrimoine au Cambodge

Couverture Moussons 30
ISBN 979-10-320-0135-6
254 pages

La disparition constante des traces du passé proche dans la capitale Phnom Penh conduit à se questionner sur la valeur du patrimoine contemporain dans le Cambodge d’aujourd’hui. Le pays arbore sur son drapeau la représentation des temples d’Angkor, référence commune à un prestigieux passé, lointain et indépassable. Mais son histoire contemporaine est segmentée de mémoires concurrentes qui produisent chacune leurs propres formes de représentations. Les conflits politiques actuels s’enracinent dans ces représentations et empêchent la formulation d’un consensus quant à ce qui mérite d’être conservé et transmis aux jeunes générations. Dans un contexte de transformations majeures des relations sociales et de l’environnement propres à la transition économique, les Cambodgiens évoluent dans un chantier urbanistique permanent qui voudrait signifier l’avènement d’une nouvelle ère. Celle-ci peut-elle s’embarrasser de tels conflits mémoriels ? Ce numéro entend rendre compte des pratiques et usages du patrimoine contemporain par les Cambodgiens qui, dans ce contexte, revendiquent des formes d’appropriation différentiées de leurs identités. Il s’agit de s’interroger sur les rituels qui restituent la relation au passé pour résoudre les enjeux du présent. La patrimonialisation offre en effet une forme de sacralisation qui peut être exploitée comme un argument de défense des acquis mais aussi de promotion des pratiques sociales. En valorisant le caractère patrimonial de ces pratiques, conçues comme traditionnelles et donc identitaires, les acteurs de ces rituels risquent cependant de les figer dans un folklorisme désincarné. Leur efficience passe alors par la transformation des enjeux de leur performance pour de nouveaux publics.