Études de lettres

La revue Études de lettres publie des numéros thématiques faisant alterner linguistique, littératures, philosophie, histoire de l’art... et accorde une place de choix à l’interdisciplinarité.

Accéder au site
Études de lettres

Fondée en 1926, la revue Études de lettres a pour but de faire connaître les activités de recherche menées à la Faculté des lettres de l'Université de Lausanne. Quatre numéros paraissent par année, généralement répartis en trois volumes (deux simples et un double). Tous les volumes sont thématiques et regroupent des contributions de chercheurs rattachés à l’Université de Lausanne et à d’autres universités suisses ou étrangères. Ils abordent des sujets intéressant l'ensemble des sciences humaines, faisant alterner les domaines de référence (linguistique, littératures, philosophie, histoire de l'art, sciences de l’antiquité...) et accordent une place de choix à l'interdisciplinarité.

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

redaction.edl@unil.ch

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Responsable de l'édition électronique

Florence Bertholet

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2009-2011

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 3 ans

Périodicité

4 numéros par an

Année de création

1926

Date de mise en ligne

26 juin 2013

ISSN format électronique

2296-5084

ISSN format papier

0014-2026

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

redaction.edl@unil.ch

Adresse postale

Études de lettres
Université de Lausanne
Bâtiment Anthropole
1015 Lausanne
Suisse

Ville de production

Lausanne

Actualités

Nouveau numéro

2-3 | 2014 – L'orientalisme des marges

Couverture EDL 2014/2-3
ISBN 978-2-940331-35-2
416 pages - 30 CHF

A travers divers exemples oubliés de la critique postcoloniale, cet ouvrage explore la notion des marges, aussi bien géographiques qu’épistémologiques, dans le contexte de l’orientalisme dénoncé par Edward Saïd. Mettant en parallèle le cas anglo-indien, souvent présenté comme un «orientalisme classique», et le cas russo-soviétique, à la fois objet de l’orientalisme occidental et producteur d’un discours «orientaliste», il s’agit de décentrer le regard des espaces impériaux franco-britanniques vers des comparaisons moins traditionnelles. Dépassant le modèle binaire «colonisateur – colonisé», cette approche analyse le mécanisme de la constitution des savoirs (arts, langues, littératures, religions, etc.) et leurs transferts en situation coloniale, ainsi que les appropriations locales et les (ré)inventions de traditions hybrides. Le jeu des regards croisés permet de traduire toute l’ambiguïté des situations qui se sont succédé pendant et après les périodes de domination impériale dans le triangle constitué par l’Inde, la Russie et l’Europe.

Through a number of cases forgotten by postcolonial critique, this book explores the notion of “margins”, geographical as well as epistemological, in the context of Saïd’s orientalism. Bringing together the Anglo-Indian case, often considered as a classical form of orientalism, and the Russo-Soviet case, both an object of Western orientalism and itself a producer of orientalist discourses, the study invites a shift in perspective from imperial Franco-British spaces towards less traditional comparisons. Going beyond a binary model, which opposes “colonizers” and “colonized”, the approach analyzes the mechanisms of knowledge production (arts, languages, literatures, religions etc.) and their transfers in colonial settings, as well as local appropriations and (re)inventions of hybrid traditions. Crossing perspectives in such a way helps to analyze the ambiguity of situations that unfolded during and after periods of imperial domination in the triangle of India, Russia and Europe.