Édito

S'abonner au flux RSS

Emergence
Russ Morris
Licence Creative Commons by-nc-nd

18 janvier 2011

OpenEdition Freemium

Marin Dacos

La création de Revues.org, en 1999, reposait sur une intuition, celle de l’édition électronique ouverte. Elle apparaissait comme une voie de démocratisation de l’accès au savoir et de rayonnement pour les Sciences humaines et sociales. Lancé dans une chambre d’étudiant, le projet a débouché sur la création d’un laboratoire, huit ans plus tard : le Centre pour l’édition électronique ouverte (CNRS, Université de Provence, École des hautes études en sciences sociales et Université d’Avignon). Celui-ci développe désormais trois portails. Revues.org accueille 300 revues et collections de livres. Calenda diffuse les programmes de colloques, de journées d’études et les appels à contribution soumis par la communauté scientifique (plus de 14000 programmes complets). Hypotheses.org est la première plateforme de carnets de recherches en Sciences humaines et sociales (150 carnets). Les carnets de recherche sont la forme académique des blogs. Ils permettent de tenir une forme de séminaire permanent en ligne et de prolonger la conversation scientifique au-delà des murs du laboratoire. L’ensemble de ces portails reçoit en moyenne 1,5 millions de visites par mois.

Depuis le début, nous avons défendu l’idée du “libre accès”, et refusé le vocabulaire de la “gratuité”. En effet, comme tout travail, le travail d’édition a un coût. Or, transposer sur le Web le modèle de l’abonnement classique produit des effets d’invisibilité prononcés [Marin Dacos, Pierre Mounier 2010]. Toute barrière commerciale divise le nombre de lecteurs par cent et conforte les frontières linguistiques et disciplinaires existantes. Le numérique, dès lors, sert à économiser des frais de transport, mais ne modifie pas radicalement l’économie du lectorat. Or, le Web fait passer l’édition électronique d’une économie de la rareté à une économie de l’attention [Herbert Simon, 1971]. Dans le premier cas, c’est l’offre qui est rare relativement à la demande. Dans le second, c’est l’offre informationnelle qui est surabondante et qui conduit à une rareté relative de la demande. Dans une économie où tous les articles et tous les livres sont en ligne, ce qui devient rare, ce sont les lecteurs pour les trouver, les lire et les citer.

Le Web offre une opportunité historique à l’édition scientifique en termes de visibilité, donc de circulation et de fertilisation croisée des savoirs. À condition qu’elle opte pour le libre accès. L’option du libre accès est également beaucoup plus juste. En effet, elle réduit les barrières économiques de l’accès au savoir et rend au citoyen ce qu’il a financé. En 2010, la Grèce n’a plus pu payer ses abonnements aux grands catalogues de revues scientifiques en ligne, Elsevier en tête. On doit s’interroger sur l’efficacité d’un système qui permet à une société hollandaise, Elsevier, de posséder plus de 3000 revues et d’en retirer des bénéfices dignes d’une start-up de la Silicon Valley. Les bénéficiaires de ce système à tendance monopolistique sont les actionnaires d’Elsevier, pas la science, ni l’édition scientifique.

Mais comment financer le libre accès ? Le modèle de la subvention publique, verticale, soumise à l’inertie et aux aléas, est-il le seul possible ? Il existe deux autres voies. La première est celle de l’auteur-payeur, initiée notamment par Public Library of Science (PLOS). L’auteur doit acquitter des frais de publication, qui sont assumés par son laboratoire. Les tarifs sont variables selon les portails, mais ils s’étalent, en général, entre $1000 et $3000. Ce modèle pose des problèmes éthiques évidents et est, par ailleurs, inadapté aux disciplines pauvres que sont les Sciences humaines et sociales.

Le deuxième modèle est appelé freemium. Ce modèle a été développé par les entreprises du Web qui ne pouvaient ou ne voulaient pas miser sur la publicité et souhaitaient s’inscrire dans la logique du libre accès. Il est appliqué avec succès par FlickR, le célèbre site de partage de photographies, et par Skype, le logiciel de téléphonie. Son modèle est simple : en étant gratuits, les services gagnent des millions d’utilisateurs et un faible pourcentage de ces utilisateurs est intéressé par des fonctionnalités Premium, payantes, qui financent la totalité de la plateforme. C’est le sens du mot freemium, qui associe free (gratuit) et Premium (payant pour des fonctionnalités avancées).

C’est cette voie qu’inaugure le Cléo en lançant OpenEdition Freemium le 15 février 2011 (OpenEdition signifie “Tirage illimité” en anglais). Le portail OpenEdition.org mettra en valeur, pour les bibliothèques partenaires, les contenus des trois portails du Cléo augmentés par les fonctionnalités Premium. Celles-ci se décomposent en deux familles. La première repose sur les formats : les articles en HTML sont diffusés en libre accès et les formats PDF et Epub (pour Ipad, Kindle, etc.) sont réservés aux campus ayant acquis le bouquet OpenEdition Freemium. Le deuxième repose sur des services exclusifs ouverts aux bibliothèques abonnées : assistance et formation, alertes par email, fourniture et services de données spécialisés (statistiques de fréquentation par campus, API Calenda, notices UNIMARC...), informations et documentation, association à la gouvernance du projet.

Cette offre garantit une diffusion maximale des textes scientifiques, grâce au libre accès, tout en offrant une opportunité de revenus à l’édition, grâce aux services Premium. En effet, 66 % des revenus issus de ce bouquet seront reversés aux revues et éditeurs partenaires.

Il reste à la communauté scientifique à se prononcer pour un modèle de circulation du savoir, ce qui n’est rien d’autre qu’un choix de société.

 

Références bibliographiques :

Marin Dacos, Pierre Mounier, L’édition électronique, La Découverte, Paris, 2010, 128 p.

Herbert Simon, « Designing organizations for an information rich world », in Martin Greenberger (dir.), Computers, Communications, andthe Public Interest, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1971, p. 37 et 72.