Communication et organisation

Revue dédiée à la communication des entreprises, des institutions ou des associations

A journal devoted to corporate and organizational communication

Accéder au site
Communication et organisation

La revue Communication & Organisation est une revue internationale éditée par les Presses universitaires de Bordeaux. C’est une publication du MICA, le laboratoire en Information, Communication et arts de l’Université de Bordeaux. La revue est dédiée à la communication des entreprises, des institutions ou des associations. Elle s’adresse à tous ceux, universitaires, étudiants, et praticiens, qui sont soucieux d’approfondir leur réflexion sur la communication des organisations.

Created in 1991, the Communication & Organisation journal is a quarterly Francophone publication dedicated to communication and organisations in all forms: businesses, institutions, and associations. It is produced by the Information, Communication et Arts Laboratory, MICA, at Bordeaux University.

Éditeur

Presses universitaires de Bordeaux

Créées en 1983 et situées dans les locaux de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, les Presses universitaires de Bordeaux, maison d’édition publique, publient des livres destinés à un lectorat universitaire constitué de spécialistes, d’étudiants, mais aussi d’enseignants du secondaire et de tout public intéressé par les sciences humaines et sociales ou d’autres spécialités universitaires. Elles contribuent ainsi à la diffusion et à la notoriété de la recherche qui est effectuée dans les universités de Bordeaux par des collections qui en reflètent les domaines d’excellence.

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

valerie.carayol@u-bordeaux3.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Valérie Carayol

Rédacteur(s) en chef

Gino Gramaccia

Responsable de l'édition électronique

Norbert Congard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

1992-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 3 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1992

Date de mise en ligne

02 décembre 2010

ISSN format électronique

1775-3546

ISSN format papier

1168-5549

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

valerie.carayol@u-bordeaux3.fr

Adresse postale

Communication et organisation
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
Domaine universitaire
10 Esplanade des Antilles
33600 Pessac cedex
France

Ville de production

Bordeaux

Actualités

Nouveau numéro

48 | 2015 – Les organisations utopiennes

Communication et organisation n°48
16 x 24 cm – 232 pages
Ce dossier, coordonné par Céline Bryon-Portet et Daniel Keller, est consacré aux utopies caractéristiques qui traversent la modernité et la postmodernité, à partir d’essais théoriques ou d’études de cas empiriques. Les textes rassemblés ici privilégient la présentation de ce type d’utopies « pratiquées » ou « concrètes » chères à Jean Séguy et à Ernst Bloch, et dont nous pouvons relever la présence au sein de certaines technopoles, entreprises, institutions publiques, ONG, organisations religieuses et sociétés secrètes, mais aussi à travers des mouvements sociopolitiques, des pratiques culturelles ou professionnelles, des réseaux numériques, des dispositifs techniques ou encore des aménagements urbains… Ils questionnent leurs enjeux et leurs finalités, leurs acteurs et leurs outils, leurs principes fondateurs, leurs discours et leur image, leurs modes d’organisation et de communication…
La notion d’utopie a connu un formidable succès depuis 1516, date à laquelle Thomas More publia son célèbre ouvrage, dépeignant le gouvernement et le mode de vie des habitants d’une île imaginaire, baptisée Utopia. Nombreux furent les auteurs qui emboitèrent le pas de l’écrivain anglais et offrirent au public des récits décrivant des sociétés parfaites : Francis Bacon (La Nouvelle Atlantide), Tommaso Campanella (La Cité du Soleil), Étienne Cabet (Voyage en Icarie), et tant d’autres, se plurent ainsi à exploiter l’ambiguïté du néologisme forgé par More à partir du grec latinisé « u-topia », lequel renvoie autant à un « ou topos », c’est-à-dire un « lieu de nulle part » ou un « lieu qui n’existe pas », qu’à un « eu topos », un « lieu de bonheur ». Si bien que le mot « utopie » en vint à désigner, dans le langage courant, un idéal inaccessible, et qu’au regard de cette nature chimérique, il prit une connotation parfois négative.
La dimension utopique ne saurait donc s’épuiser dans le seul champ du rêve et de l’évasion, ce pour quoi nous préférons, pour notre part, utiliser l’adjectif « utopien » plutôt que le terme « utopique » chaque fois qu’il s’agit de qualifier un modèle de pensée et d’action alternatif, possédant une composante imaginaire mais ne revêtant pas nécessairement un caractère irréaliste. Le propre de l’utopie, en effet, n’est-il pas d’effectuer avant tout une contestation de l’existant, ainsi que le soulignait Karl Mannheim (1956), et à sa suite Paul Ricœur (1997), lesquels lui opposaient l’idéologie, soucieuse de maintenir l’ordre établi ? Les contributions de ce dossier montrent des facettes sensiblement différentes d’un même objet d’étude, attestent de l’incroyable diversité de l’utopie et contribueront sans doute à faire progresser l’état de la recherche autour de ce thème protéiforme.