Revue internationale d'éducation de Sèvres

Revue internationale d'éducation de Sèvres

La Revue internationale d’éducation de Sèvres est une revue spécialisée dans le champ de l’éducation et de la formation à travers le monde. Elle est éditée par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP). Elle publie en langue française trois numéros par an pour un public de responsables de l’éducation, d’universitaires et de chercheurs en sciences de l’éducation, sciences politiques, sociologie, histoire, géographie, philosophie...

La majorité des auteurs sont étrangers et les numéros sont thématiques. La revue propose également des ressources documentaires dans le champ des politiques éducatives ou des pratiques pédagogiques. Depuis sa création en 1994, la revue a publié 900 auteurs issus de 100 pays et de plusieurs disciplines.

Elle est référencée dans l'European Reference Index for the Humanities (ERIH Plus).

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

revue@ciep.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Daniel Assouline

Rédacteur(s) en chef

Alain Bouvier, Marie-José Sanselme

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

1994-2013

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trois numéros par an

Année de création

1994

Date de mise en ligne

19 juillet 2012

ISSN format électronique

2261-4265

ISSN format papier

1254-4590

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par le comité éditorial

Délai entre soumission et publication

14 semaines

Coordonnées

Courriel

revue@ciep.fr

Adresse postale

Revue internationale d'éducation de Sèvres
CIEP
1 avenue Léon Journault
92318 Sèvres Cedex
France

Ville de production

Sèvres

Actualités

Nouveau numéro

70 | 2015 – Les langues d’enseignement, un enjeu politique

Couverture RIES n°70

Pourquoi l’enseignement en basque progresse-t-il au Pays basque espagnol ? Parle-t-on encore malais à Singapour ? Qui étudie en français aujourd’hui en Algérie ? L’estonien est-il menacé en Estonie ? Pourquoi la France n’a-t-elle pas ratifié la Charte des langues régionales ou minoritaires ? Et en Inde, pourquoi des parents choisissent-ils de scolariser leurs enfants en anglais ?

Ces interrogations, parmi d’autres, émergent de la lecture du numéro 70 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres consacré au choix des langues d’enseignement. Elles montrent qu’à l’évidence, ce choix est une question éminemment politique, qui dépasse largement le cadre des politiques éducatives.

Les dix études qui composent ce dossier portent sur des contextes aussi différents que l’Algérie, le Burkina Faso, les Comores, l’Estonie, la France, l’Inde, le Paraguay, le Pays basque espagnol, Singapour, et la politique du Conseil de l’Europe.

Elles font apparaître le constat suivant : aujourd’hui, le choix de la langue d’instruction n’est plus seulement le fait des pouvoirs publics ou des politiques officielles. Il subit désormais l’influence de facteurs et d’acteurs multiples, qui manifestent plus ou moins, selon les contextes, leur adhésion à une politique commune ou au contraire cherchent à la contourner.

Des stratégies de différenciation sociale sont mises en place par des groupes aux intérêts divers, pour répondre aux enjeux du monde contemporain : employabilité et circulation professionnelle, obligation de résultats, privatisation et diversification de l’offre de formation, ou encore affirmation identitaire et reconnaissance de langues minoritaires dans la scolarisation.

Partout l’arrivée en force d’acteurs nouveaux dans les débats, qu’il s’agisse des pouvoirs politiques régionaux, des parents, mais aussi des organisations internationales, change la donne, y compris au niveau des systèmes éducatifs.

Why is Basque-language teaching on the increase in the Spanish Basque Country? Is Malay still spoken in Singapore? Who studies in French in modern-day Algeria? Is the Estonian language under threat in Estonia? Why has France not ratified the European Charter for Regional or Minority Languages? And, in India, why do parents choose English-language schooling for their children?

These are some of the questions that emerge from the reading of Issue 70 of the Revue internationale d’éducation de Sèvres, which focuses on the choice of languages of instruction. They show that this choice is clearly an eminently political one, which goes well beyond the scope of educational policies alone.

The 10 studies in this dossier cover contexts as diverse as Algeria, Burkina Faso, the Comoros, Estonia, France, India, Paraguay, the Spanish Basque Country, Singapore, and Council of Europe policy.

They reveal that, today, the choice of language of instruction is no longer the prerogative of public authorities and official policies alone. It is also influenced by multiple factors and actors, which, to varying degrees, depending on the context, manifest their support for a common policy or, on the contrary, seek to circumvent it.

Groups with diverse interests deploy strategies of social differentiation in order to respond to the issues of the modern-day world: employability and occupational mobility; the obligation to produce results; the privatization and diversification of training provision; or identity affirmation and the recognition of minority languages in school systems.

Around the world, the influx of new actors in debates – whether they be regional-level public authorities, parents, or international organizations – is producing change, including within education systems.

An issue coordinated by the linguist Daniel Coste (Ecole normale supérieure de Lyon) and the sociologist Abdeljalil Akkari (University of Geneva).
 

¿Por que aumenta la enseñanza en vasco en el país Vasco español? ¿Aún se habla malayo en Singapur? ¿Quién estudia francés actualmente en Argelia? ¿El estonio está amenazado en Estonia? ¿Por que Francia no ha ratificado la Carta Europea de las Lenguas Regionales o Minoritarias? ¿Por qué hay padres en India que deciden escolarizar a sus hijos en inglés?

Estas preguntas, entre otras, surgen de la lectura del número 70 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres dedicada a la elección de las lenguas de enseñanza. Todas ellas demuestran que, por lo que parece, esta elección es una cuestión eminentemente política que supera ampliamente el marco de las políticas educativas.

Los diez estudios que componen este dossier abarcan contextos tan distintos como los de Argelia, Burkina Faso, las Comores, Estonia, Francia, India, Paraguay, el País Vasco español, Singapur y la Política del Consejo de Europa.

La constatación que surge de ellos es la siguiente: en la actualidad, la elección del idioma de instrucción no depende solamente de los poderes públicos ni de las políticas oficiales, sino que está sometida a la influencia de múltiples actores y factores que manifiestan, según los contextos, más o menos adhesión a una política común o, al contrario, intentan eludirla.

Grupos con intereses distintos ponen en marcha estrategias de diferenciación social para responder a los retos del mundo contemporáneo: empleabilidad, y circulación profesional, obligación de resultados, privatización y diversificación de la oferta de formación, e incluso afirmación de la identidad y reconocimiento de las lenguas minoritarias en la escolarización.

Por todas partes, la llegada masiva de nuevos actores a los debates, tanto poderes políticos regionales, como padres u organizaciones internacionales, ha cambiado la situación, y también a escala de los sistemas educativos.

Un número coordinado por Daniel Coste, lingüista, Escuela Normal Superior de Lyon, y Abdeljalil Akkari, sociólogo, Universidad de Ginebra