Pratiques

Linguistique, littérature, didactique

Pratiques

Née en 1974 à l’initiative d’un collectif d’enseignants de français dans le secondaire, la revue Pratiques avait pour objectif l’appropriation critique des théories linguistiques et littéraires (sémiotique du récit, linguistique de l’énonciation,  l’oral, théorie de l’orthographe, etc.), dans le but de rendre plus cohérentes les pratiques professionnelles des enseignants de français. Au fil des changements institutionnels (création des IUFM qui prennent en charge la formation initiale et continue des enseignants), la revue, tout en conservant sa vocation pluridisciplinaire (linguistique, littérature, didactique) s’est orientée vers un lectorat de chercheurs et de spécialistes. Les champs disciplinaires couverts sont, outre les théories linguistiques du texte, la poétique du style, l’anthropologie de la littérature et la didactique de la langue et des discours.

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

publications@pratiques-cresef.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

André Petitjean

Rédacteur(s) en chef

Caroline Masseron

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2008-2015

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1974

Date de mise en ligne

09 décembre 2014

ISSN format électronique

2425-2042

ISSN format papier

0338-2389

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

publications@pratiques-cresef.fr

Adresse postale

Pratiques
8 rue du Patural
57000 Metz
France

Ville de production

Metz

Actualités

Nouveau numéro

167-168 | 2015 – L'exception (revue et corrigée)

couverture Pratiques 167-168

En 2005, le numéro de Faits de Langues consacré à l’exception observait le phénomène à travers les rapports établis entre les théories linguistiques et l’expérience. Il nous a semblé souhaitable de revenir aujourd’hui sur ces formes exclues qui ont peu bénéficié de l’intérêt des linguistes, en élargissant notre intérêt à des questionnements discursifs et épistémologiques à propos des fonctionnement et signification non seulement de l’exception et de ses manifestations linguistiques, mais aussi de l’exclusion de formes comme principe normatif ou régulateur d’un système. Dans ce collectif, la notion d’exception a été travaillée selon : une approche historique et épistémologique ; une étude des formes linguistiques rendant compte de l’exclusion et de l’exception ; une analyse des types de constructions syntaxiques ou des figures de style considérées comme des déviances, des fautes (voire des formes obsolètes)au regard des normes grammaticales, esthétiques et sociales ; une observation des genres de discours et des scripturalités spécifiques et l’hypothèse de traits de style particuliers liés à des configurations textuelles ou matérielles (par exemple, le SMS) ; une perspective didactique, avec un travail sur les représentations qui permet de cerner les contours du « bon usage » (ou perçu comme tel) par les usagers mêmes, notamment dans une perspective contrastive ou dans les pratiques rétroactives en classe.