Pratiques

Linguistique, littérature, didactique

Pratiques

Née en 1974 à l’initiative d’un collectif d’enseignants de français dans le secondaire, la revue Pratiques avait pour objectif l’appropriation critique des théories linguistiques et littéraires (sémiotique du récit, linguistique de l’énonciation,  l’oral, théorie de l’orthographe, etc.), dans le but de rendre plus cohérentes les pratiques professionnelles des enseignants de français. Au fil des changements institutionnels (création des IUFM qui prennent en charge la formation initiale et continue des enseignants), la revue, tout en conservant sa vocation pluridisciplinaire (linguistique, littérature, didactique) s’est orientée vers un lectorat de chercheurs et de spécialistes. Les champs disciplinaires couverts sont, outre les théories linguistiques du texte, la poétique du style, l’anthropologie de la littérature et la didactique de la langue et des discours.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

publications@pratiques-cresef.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

André Petitjean

Rédacteur(s) en chef

Caroline Masseron

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2008-2017

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1974

Date de mise en ligne

09 décembre 2014

ISSN format électronique

2425-2042

ISSN format papier

0338-2389

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

publications@pratiques-cresef.fr

Adresse postale

Pratiques
8 rue du Patural
57000 Metz
France

Ville de production

Metz

Actualités

Nouveau numéro

173-174 | 2017 – Le déjà-là dans l'écriture

Couverture Pratiques 173-174

Le présent numéro met l’accent sur le fait que l’écriture, comme toute activité de production verbale, tire ses ressources des expériences langagières vécues par le sujet. Il a paru intéressant de s’intéresser à ce phénomène sous l’angle de l’appropriation et de la transformation par le scripteur d’un substrat initial, qu’il mobilise de lui-même ou qui lui est fourni, et d’examiner cela pour affiner la compréhension que nous avons des mécanismes de production d’écrit et d’acquisition des compétences scripturales.

Une telle thématique ouvre la voie à des approches très diverses, marquées par l’empreinte de conceptions différentes de la compétence scripturale et de son acquisition.  Aussi, les dix-neuf articles de ce numéro, qui s’intéressent tous au substrat préexistant à l’écriture – le déjà-là –  et à son traitement l’envisagent-ils de deux points de vue différents, selon qu’ils se focalisent préférentiellement sur la transformation opérée par le scripteur lorsqu’il mobilise un substrat langagier pour produire son propre discours, ou qu’ils s’interrogent sur la manière dont ce substrat est mis à disposition du scripteur. La confrontation de ces points de vue, si elle génère de nouveaux questionnements, a aussi vocation à nourrir la réflexion de tous les professionnels s’intéressant à l’apprentissage de l’écriture.