Catalogue des publications

Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires

Revue consacrée à l’étude du fait religieux

A journal dedicated to religious studies

Accéder au site

Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires

Les Cahiers d’Études du Religieux. Recherches interdisciplinaires sont l’émanation des activités du Centre interdisciplinaire d’Études du Religieux (CIER) au sein de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier (MSH-M). Ils diffusent, dans des numéros thématiques, les communications présentées lors des différents séminaires.
Conçus comme un espace de recherche partagé, les Cahiers d’Études du Religieux ont pour objectif de favoriser la collaboration, sur le plan diachronique, des spécialistes de périodes allant de l’Antiquité aux sociétés d’aujourd’hui pour saisir dans toute sa complexité le fait religieux. Les sciences de l’Antiquité, l’histoire, les littératures et civilisations européennes et méditerranéennes, le droit, la théologie sont conviés afin que, multipliant les points d’observation du même phénomène, elles contribuent à une meilleure compréhension des sociétés contemporaines et de leurs trajectoires.

The Cahiers d’Études du Religieux. Recherches interdisciplinaires is produced by the Centre interdisciplinaire d’Études du Religieux (CIER) of the Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier (MSH-M). The aim of the publication is to encourage the diachronic collaboration of specialists in religious studies covering Antiquity to the present day. Input is welcome from classicists, historians, legal experts, theologians and specialists in European and Mediterranean literature and civilisations to encourage different perspectives of similar phenomena and to offer a better understanding of contemporary society. While Cahiers d’Études du Religieux provides an outlet for the interdisciplinary seminars organised by the CIER, the journal is also open to contributions from outside.

Responsable(s)
Béatrice Bakhouche, Anita Gonzalez-Raymond
URL sur Revues.org
http://cerri.revues.org
Catégories francophones
Religions, Histoire des religions
Catégories anglophones
Religion

En savoir plus

Labels

  • Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès
Open access
Newsletter
S'abonner
RSS
S'abonner
Contact
cerri@revues.org

Informations bibliographiques

Directeur de la publication
Paul Pandolfi
Rédacteur(s) en chef
Béatrice Bakhouche, Anita Gonzalez-Raymond
Responsable de l'édition électronique
Philippe Hugot
Type de support
Électronique
Etat de la collection
2007-2014
Politique d'édition électronique
Publication en libre accès
Périodicité
Trois numéros par an
Année de création
2006
Date de mise en ligne
14 décembre 2010
ISSN format électronique
1760-5776
Langue de la publication
Français

Coordonnées

Courriel
cerri@revues.org
Adresse postale
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires
MSH-M
17 rue de l’Abbé de l’Épée
34090 Montpellier
France
Ville de production
Montpellier

Actualités

Dernier numéro en ligne

Numéro spécial | 2014 – Les conversions religieuses en Méditerranée

Dans les sociétés contemporaines, le fait de changer de religion demeure un processus qui a des répercussions importantes aux niveaux individuels, collectifs ainsi qu’une dimension proprement politique, à laquelle les États ne sont pas indifférents. La conversion religieuse équivaut bien souvent à changer une part de son identité, à se désolidariser d’un groupe d’appartenance initial avant de retisser des liens sociaux avec des individus, des croyances et des institutions autres. Les convertis et les sociétés dans lesquelles ils évoluent, découvrent ou inventent différents modes de négociation, qui dépendent entre autre des positions de l’État vis-à-vis de ces changements, donc de l’histoire politique et sociale, des contextes juridiques, des représentations sociales sur la religion, sur la laïcité, le politique, ainsi que sur la place du groupe et celle de l’individu.

Les études sur les conversions religieuses à travers le monde ont été riches et nombreuses en sciences sociales depuis les vingt dernières années[1]. Au cours d’un Atelier thématique de recherches interdisciplinaires (2012-2013, au sein du LabexMed[2]) nous avons souhaité nous appuyer sur ces travaux, d’une part pour recentrer les questionnements à l’ère méditerranéenne afin d'explorer la diversité des situations présentes (Europe du sud, Maghreb, Machrek) et d’autre part, pour interroger les manières dont les systèmes juridiques et politiques interagissent à toutes les échelles, avec le fonctionnement de la société. Ce numéro des Cahiers d’études du religieux – recherches interdisciplinaires en est le témoignage.

Deux dimensions ont émergé de nos discussions et ont guidé l’écriture de chacun des articles : la dynamique à l’œuvre entre l’engagement individuel des convertis et les relais institutionnels d’une part ; et le pari méthodologique de travailler à partir d’un (ou des) moments de « mise en visibilité » du processus de conversion, d’autre part.

 

Une dynamique comparative entre parcours individuels et ancrages institutionnels

Puisque les conversions relèvent à la fois de l’intimité de l’individu dans son rapport au divin et d’un rapport au monde et à la société, elles doivent être, selon nous, analysées au regard des grandes transformations contemporaines qui ont travaillé en profondeur les sociétés méditerranéennes, tels que les circulations de migrants (maghrébins en Europe, subsahariens au Maghreb, Machrek et en Europe), les bouleversements de régimes politiques et les évolutions juridiques qui peuvent en découler (les dites « révolutions arabes »). Ainsi, en nous intéressant aux manifestations actuelles du phénomène et aux cadres juridiques dans lesquels il prend place, notre questionnement articule différentes échelles dans chacune des contributions présentées. Ces croisements synchroniques et diachroniques autorisent également des rapprochements entre des terrains d’études variés. Par exemple, ce numéro offre des comparaisons inédites à propos des conversions au christianisme évangélique dans des sociétés majoritairement musulmanes (en Tunisie avec l’article de Katia Boissevain et en Égypte avec celui de Fatiha Kaouès) ce qui met au jour des configurations sociales spécifiques (le poids des coptes égyptiens dans les controverses politico-religieuses par exemple).

Enfin, un apport supplémentaire de ce numéro des Cahiers d’études du religieux – recherches interdisciplinaires est de présenter la notion de conversion dans l’intégralité du spectre de ses définitions. Outre l’acception « classique » de passage d’une religion à une autre, seront abordées également les décalages ou discordances entre conversion intime et conversion « officielle » chez les nouveaux musulmans de France (Myriam Laakili) ou des conversions successives au gré des étapes de migrations (Julie Picard et Sophie Bava). En effet, ces dernières peuvent être étudiées comme un processus de conversion dans la mesure où elles mettent en jeu le franchissement de frontières entre groupes d’appartenances plus ou moins distincts et qu’elles sollicitent des normes et des règles morales et religieuses revisitées. Dans ce même souci d’extension de la notion, Loïc Le Pape se penche sur la volonté de certains individus et groupes religieux d’instiller à leurs contemporains des comportements sociaux plus en accord avec leurs préceptes, dans un but de « conformisation religieuse » des pans de société par le biais d’une tentative de conversion de l’université tunisienne par des groupes d’étudiants salafistes.

 

Un  « moment » de la conversion, enjeu méthodologique et épistémologique

Chacun des articles de ce numéro traite à sa façon d’un « moment » de la conversion. Bien entendu, il ne s’agissait pas d’isoler « le » moment, comme si ce moment initial et unique de la conversion existait. Nos analyses ne se situent pas à cet embranchement ou comme le dirait A. Abbott, à ce « turning point », cette bifurcation. En effet, à supposer qu’un tel moment existe bien dans une conversion religieuse (ce dont il est légitime de douter), il est peut-être à chercher du côté de la représentation d’un événement individuellement vécu, en dehors du questionnement sociologique. Or, dans nos travaux, ce sont précisément nos regards sociologiques (au sens large), qui nous autorisent à choisir un « moment », non pas tant pour ce qu’il signifie aux yeux des individus eux-mêmes, mais plutôt en fonction de ce qu’il peut nous apprendre.

D’un point de vue épistémologique, il s’agit donc d’isoler une séquence analytique que nous pouvons appeler le « moment pertinent » ou la « mise en visibilité ». Si le fait d’isoler ce segment comporte bien une dimension artificielle, nous postulons que la description fine de celui-ci a une valeur heuristique : en effet, certaines séquences du processus de conversion – plus que d’autres – ont valeur de nœuds de sens et sont au cœur d’enjeux qui impliquent de manière forte l’individu(s) et l’institution(s) qui y sont engagés.

Sur le plan méthodologique également, la démarche visant à isoler un segment de réalité (que celui-ci soit pris dans une échelle temporelle courte ou longue) nous est apparue pertinente car elle nous a permis d’interroger nos travaux et nos matériaux en faisant un pas de côté par rapport à nos angles d’approches habituels. L’idée du « segment temporel » et de la « mise en visibilité » nous a autorisé à mettre en marche l’interdisciplinarité des auteurs en prenant un même objet d’étude et un angle comparable, déclinable en fonction de nos terrains de recherche. Ce cadrage fort, a rendu visible l’articulation complexe entre les convertis et leur environnement, entre l'intime et l'institutionnel. En circonscrivant l’angle d’approche sur ces moments nodaux, nous avons contraint l’interdisciplinarité de notre équipe à tendre vers un but commun, tout en nous appuyant sur nos disciplines propres. Nous pourrions dire que l’interdisciplinarité s’exerce donc ici a minima, à la faveur d’un objet et d’un angle commun, plutôt qu’en essayant d’emprunter les concepts ou méthodes propres aux différentes traditions scientifiques des auteurs.

 

Dans ce numéro thématique, les auteurs traitent de ces deux questions en portant leur attention sur des séquences situées et appréhendées à des échelles différentes. Myriam Laakili et Katia Boissevain s’attachent à des parcours individuels à partir desquels elles interrogent la mise en visibilité d’une nouvelle pratique rituelle (prier à la mosquée pour un converti musulman (M. Laakili), se faire baptiser pour un converti au protestantisme évangélique (K. Boissevain)). Julie Picard et Sophie Bava interrogent également des parcours individuels au prisme des péripéties d’une route migratoire et des recompositions religieuses qui en découlent. D’autres auteurs ont répondu à la demande du numéro à une échelle plus large, en retraçant une histoire collective afin d’analyser les interactions entre l’engagement individuel et les cadres institutionnels d’une conversion religieuse comme Fatiha Kaouès en Égypte, ou Loïc Le Pape en Tunisie qui tente d’appliquer la notion de conversion à un espace physique qui subit des moments de crise. De même, Vincente Fortier nous rappelle que les conversions religieuses sont uniquement portées à la connaissance des juges français lors de crises, dans les rares moments où les conversions religieuses rencontrent la sphère du droit, qu’il s’agisse de droit de la famille ou droit du travail.

Ce numéro des Cahiers d’études du religieux – recherches interdisciplinaires vise donc à montrer – à nouveau – la fécondité méthodologique d'une focale resserrée pour étudier les conversions religieuses dans les sciences humaines et sociales, sans renoncer à deux principes majeurs de nos métiers : la comparaison et la confrontation disciplinaire.



[1] Plusieurs numéros récents des Cahiers d’études du religieux – recherches interdisciplinaires proposent un état des lieux des études sur la conversion religieuse : voir les n°6 et 7 (2009), 8 (2010), 9 (plus un numéro spécial « jeunes chercheurs », 2011) et 10 (2012).

[2] Ce travail a été réalisé dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed – Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée portant la référence 10-LABX-0090. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02.