Conserveries mémorielles

Revue transdisciplinaire

Revue internationale d'études interdisciplinaires sur la mémoire

International journal of multidisciplinary studies on memory

Accéder au site
Conserveries mémorielles

Fondée en 2006 à l’initiative de Bogumil Jewsiewicki dans le cadre de la Chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire, Conserveries mémorielles est, depuis 2010 accueillie par le Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT) à Québec et par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) à Paris. Jocelyn Létourneau (professeur à l’Université Laval) et Henry Rousso (directeur de recherche au CNRS) sont aujourd’hui les directeurs de cette publication animée par de jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales.

Conserveries mémorielles est une revue scientifique avec comité de lecture ne publiant que des textes originaux.

Depuis sa fondation, Conserveries mémorielles a pour ambition d’explorer différents champs de la mémoire. Elle sollicite la collaboration de chercheurs provenant de tous les domaines des sciences humaines. Elle entend privilégier les thématiques pouvant être abordées dans une perspective internationale et transdisciplinaire. Les auteurs sont invités à proposer des textes en anglais ou en français en réponse aux appels à contribution diffusés par la revue.

Conserveries mémorielles was founded in 2006 by Bogumil Jewsiewicki, then holding the Canada Research Chair in Comparative History of Memory, established at Laval University (Quebec city). Since 2010, the journal has been hosted by the Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT), Laval University and the Institut d’histoire du temps présent (IHTP), CNRS in Paris. Jocelyn Létourneau (Professor à l’Université Laval) and Henry Rousso (Senior Researcher at the CNRS) are currently directors of the journal, along with young scolars in human studies.

Conserveries mémorielles is a scientific peer-reviewed journal, in witch only original works are published.

Since its creation, Conserveries mémorielles is dedicated to browse different fields of memory. Researchers from all disciplinary horizons take part to the elaboration and writing of the articles. The journal allows a large space to international approach. Authors should submit texts in English or in French called for papers by Conserveries mémorielles.

Éditeur

CELAT

Centre interuniversitaire d’études sur les lettres les arts et les traditions

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

c.memorielles@celat.ulaval.ca

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Jocelyn Létourneau, Henry Rousso

Rédacteur(s) en chef

Vincent Auzas

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2006-2017

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Annuelle

Année de création

2005

Date de mise en ligne

08 janvier 2010

ISSN format électronique

1718-5556

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

14 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Licence

Creative Commons - Attribution-NoDerivs 3.0 Unported - CC BY-ND 3.0

Coordonnées

Courriel

c.memorielles@celat.ulaval.ca

Adresse postale

Conserveries mémorielles
Chaire de recherche du Canada en Histoire Comparée de la Mémoire,
CELAT,
Pavillon Charles de Koninck,
1030 avenue des Sciences humaines,
Local 5173, Université Laval,
G1V 0A6 Québec
Canada

Ville de production

Québec, Paris

Actualités

Nouveau numéro

#21 | 2017 – Vivre-ensemble: traces, expressions, temporalités

Think Pink

 Nous voudrions dédier ce numéro à la mémoire de Daniel Arsenault, membre du CELAT pendant de nombreuses années et source d’inspiration pour chacun de nous.

Le Centre interuniversitaire d’étude des lettres, des arts et des traditions (CELAT), qui contribue depuis 1944 au développement des connaissances sur l’histoire et la culture de la société québécoise et favorise la production de savoir destiné au monde universitaire, tourne en 2017 une page importante de son histoire. En effet, le thème du « vivre-ensemble à l’épreuve de la pluralisation croissante des sociétés », qui anime le Centre depuis 2011, tire à sa fin. Ainsi, ce numéro spécial de Conserveries mémorielles propose des contributions variées autour de la question du vivre-ensemble afin de souligner cette étape importante. Fruit de la réunion de deux activités de diffusion scientifique organisées par les étudiants du CELAT – la journée d’étude Si près, si loin : les temporalités du vivre-ensemble tenue le 16 mars 2015 à l’Université du Québec à Montréal et le colloque étudiant Traces et expressions du vivre-ensemble organisé les 10 et 11 mars 2016 à l’Université Laval (Québec) -, il présente les réflexions de jeunes chercheurs universitaires des deuxième et troisième cycles. Dans le cadre de cette publication électronique, la notion de vivre-ensemble devient alors le pivot d’analyses théoriques et pratiques et évolue à travers des champs de pensée aussi différents que complémentaires. Nous considérons ainsi l’espace qui nous est offert ici comme un forum où la transdisciplinarité prend tout son sens et navigue entre les sciences humaines et les mondes des arts. Le tout apportera sans doute une nouvelle résonnance aux écrits des chercheurs chevronnés du CELAT qui réfléchissent à ces problématiques depuis une dizaine d’années déjà. Cette mise en commun de nos réflexions permet de tisser des liens, paver une voie entre nos recherches et nos créations, selon plusieurs focales possibles.

François Gagnon (Université du Québec à Montréal) ouvre ce numéro en abordant ses recherches sur le patrimoine littéraire sous une formule imagée, celle d’une poésie qu’il construit par le jeu des mots et la répétition d’un temps historique en s’appuyant sur les œuvres de Jean-Marc Desgent et de Jacques Rancière. Poursuivant, Estelle Grandbois-Bernard (Université du Québec à Montréal) développe une réflexion sur la conscience des lieux ou, plus précisément, sur la mémoire qu’évoque l’absence d’éléments ayant constitué ces derniers. C’est donc la notion des lieux de mémoire issue des travaux de l’historien Pierre Nora qu’elle convoque et illustre par sa présentation de plusieurs cas d’étude. De son côté, le travail de recherche-création de Jérémie Bellemare (Université du Québec à Chicoutimi) pose la question de la transformation de l’espace en un lieu emblématique par le biais d’interventions artistiques. À ce titre, l’artiste présente THINK PINK, son installation déployée en 2015 qui investissait l’espace urbain, celui du pont Sainte-Anne de la ville de Saguenay. Par ailleurs, Ingrid Valent (Université du Québec à Montréal) présente ses réflexions quant aux modalités de médiation artistique favorisant la diversité culturelle dans l’espace muséal. Dans un monde qui définit l’oralisme comme une marque supérieure d’évolution, elle s’interroge sur les initiatives d’accompagnement mises en place dans les institutions muséales québécoises pour intégrer les personnes ayant un handicap auditif. En continuant, Véronique Stahn (Université du Québec à Montréal) se questionne sur les politiques culturelles mises de l’avant depuis 1880 par le Musée des beaux-arts du Canada. Comment les concepts de nation, de mémoire et de transmission du patrimoine ont-ils été mobilisés pour faire de ce musée un moteur de l’identité nationale en accord avec les discours qui s’y rattachent depuis le XIXe siècle ? Finalement, nous avons invité Madeleine Pastinelli, Magali Uhl et Khadiyatoulah Fall, respectivement directrice du CELAT, directrice du CELAT-UQAM et directeur du CELAT-UQAC, à dresser un bilan de plusieurs années de recherche sur le vivre-ensemble menées par les chercheurs et la relève universitaire du CELAT. Cette conclusion permettra d’envisager d’autres avenues inédites de recherche et d’engager de nouveaux dialogues interdisciplinaires pour les années futures.

La publication d’un numéro de Conserveries mémorielles spécialement composées d’articles issus de la journée d’étude Si près, si loin : les temporalités du vivre-ensemble et du colloque interuniversitaire Traces et expressions du vivre-ensemble permettra donc de conserver un souvenir de ces moments, de l’ensemble des traces qui ont mené au résultat que nous vous dévoilons aujourd’hui. Dans cet esprit de déambulation transdisciplinaire favorable à la réflexion, la section Carnet de colloques propose à la fin de ce numéro trois mises en mots et en images de Philippe Denis, Marie-Charlotte Franco et Marie-Ève Goulet. De formes libres, ces pérégrinations exposent le fruit de réflexions personnelles sur le rapport à l’espace et au temps. Des photos des deux événements ponctuent le numéro et illustrent les échanges qui ont eu lieu entre étudiant.e.s, post-doctorant.e.s et professeur.e.s.

Pour conclure, nous aimerions remercier plusieurs personnes qui nous ont permis de mener ce projet à terme. Notre reconnaissance première va à la revue Conserveries mémorielles et tout particulièrement à Monsieur Vincent Auzas qui, face à la qualité des textes, a proposé avec enthousiasme de leur donner la forme d’un numéro. Nous voudrions également souligner et remercier tous les étudiants dont la patience et la présence répétée ont grandement participé au succès de cette publication. Nous pensons aussi à plusieurs chercheurs du CELAT qui nous ont offert leur support intellectuel et logistique : Madeleine Pastinelli, Magali Uhl, Ève Lamoureux, Célia Forget, Mariza Rosales Argonza, Alexis Martig et Sofia Arsenii. Notre gratitude va ensuite qu’à l’Association des étudiant.e.s à la maîtrise et au doctorat en muséologie de l’UQAM (AEMDM), l’Association facultaire des étudiant.e.s en art de l’UQAM (AFÉA), l’Institut du patrimoine de l’UQAM et l’Association des cycles supérieurs en histoire de l’art de l’UQAM (ACSHA). Enfin, nos pensées vont aux nombreux.ses évaluateurs.trices qui ont travaillé dans l’ombre et dans des délais restreints. La rédaction et la publication scientifique d’Actes étant impossible sans le travail acharné et l’enthousiasme d’un nombre important de collaborateurs.trices et de correcteurs.trices, qu’ils et elles en soient remercié.e.s.