Féeries

Revue consacrée aux contes merveilleux de la langue française du XVIIe au XIXe siècle.

A journal specialised in research on French fairy tales from the 17th to the 19th century.

Accéder au site
Féeries

Créée en 2003 par l'UMR LIRE (Littérature, idéologie, représentations), Féeries se consacre au conte merveilleux de langue française, du XVIIe au XIXe siècle. Chaque numéro est consacré à un thème et présente un compte rendu de la littérature critique sur le genre. La ligne défendue par la revue est celle d'une approche résolument littéraire.

Created in 2003 by the UMR LIRE (“Literature, ideology, and representations”) Féeries is devoted to the study of the French language fantasy tale from the 17th to the 19th century. Each issue is organised around a theme and presents an overview of the critical literature of the genre. The journal has a resolutely literary approach.

Éditeur

Ellug / Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble

Fondées en 1978 sous la présidence de Jean-Hervé Donnard et à l’initiative de Jean Sgard, les Publications de l’université des langues et lettres de Grenoble, devenues plus tard les Ellug – Éditions littéraires et linguistiques de Grenoble, sont une véritable structure éditoriale reposant sur une politique rigoureuse : évaluation des ouvrages par deux experts, réunions d’un comité pluridisciplinaire, constitution de collections autour de champs de publication originaux et identifiables, choix de publier une majorité de textes proposés par des auteurs extérieurs à l’université, révision des textes par des correcteurs professionnels, travail de fabrication soigné. La qualité éditoriale et scientifique est reconnue au sein du public universitaire français et même au-delà des frontières.

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

ellug@u-grenoble3.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Anne Defrance

Responsable de l'édition électronique

Héléna Bertrand

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2004-2013

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an

Périodicité

Annuelle

Année de création

2003

Date de mise en ligne

27 avril 2007

ISSN format électronique

1957-7753

ISSN format papier

1766-2842

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

ellug@u-grenoble3.fr

Adresse postale

Féeries
ELLUG
Université Stendhal
BP 25
38040 Grenoble cedex 9
France

Ville de production

Grenoble

Actualités

Nouveau numéro

12 | 2015 – À la croisée des genres

Féeries - n°12 / 2015
ISBN 978-2-84310-306-3
210 pages - 19 €

Le numéro 12 de Féeries rassemble huit articles de spécialistes du romantisme, du naturalisme et de la fin de siècle, qui envisagent d’un point de vue générique la confrontation du merveilleux et du moderne et explorent l’interaction entre le modèle du conte de fées et les poétiques de la modernité.

L’article de Vérane Partensky propose d’abord une mise en perspective du recours au merveilleux à l’échelle du siècle : la conversion du conte de fées, ressenti comme anachronique, en roman s’inscrit dans un processus de subjectivisation qui déplace le merveilleux vers la représentation poétique elle-même. Paule Petitier, questionnant les pôles contradictoires de l’Histoire et du conte, analyse l’historicisation du merveilleux chez Nodier, Michelet et Sand et montre que l’émergence du fantastique répond au refoulement de l’Histoire récente. Pierre Laforgue étudie à son tour la question de l’Histoire dans Sylvie en lisant le détour nervalien par la féerie comme une critique politique et un dépassement des crises contemporaines. Le lien entre tradition du conte et modernité romanesque pose ainsi la question de leur compatibilité, que Julie Anselmini examine dans un article sur les réemplois du conte chez Sand et Barbey. À partir d’une relecture des Contes féeriques et de Minette, Jean-Louis Cabanès met en évidence la dialectique de l’idéal et de l’illusion qui sous-tend l’œuvre de Banville. Chantal Pierre s’attaque frontalement aux avatars du conte dans le roman naturaliste et expose le recours inattendu à la tradition merveilleuse chez Zola et chez Goncourt. Les deux derniers articles sont consacrés aux genres scéniques. Olivier Bara retrace la fortune du Petit Chaperon rouge et de Cendrillon à l’opéra-comique au début du XIXe siècle en dégageant l’appropriation de Perrault par la scène néo-classique et romantique. Centrée sur la fin de siècle, la contribution de Sophie Lucet montre comment la Belle au bois dormant, allégorie de la création littéraire, se trouve prise entre une tentation spectaculaire et l’ambition poétique du pessimisme fin-de-siècle qui, de Régnier à Maeterlinck, opte pour l’illusion et le sommeil et rendort la Belle.