La Révolution française

Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française

Revue de l'Institut d'histoire de la Révolution française promouvant les travaux sur la période révolutionnaire

The journal of the Institut d'histoire de la Révolution française promoting research on the revolutionary period

Accéder au site
La Révolution française

Soutenue par l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et le CNRS, La Révolution française met à la disposition de la communauté scientifique les travaux (journées d'étude, rencontres, tables rondes…) réalisés à l'IHRF. Organisée selon les modalités d'une revue à comité de lecture, cette publication, ouverte sur les problématiques et les terrains de recherche les plus divers, cherche à multiplier les perspectives et les croisements, à favoriser les franchissements de frontières, à prendre part, en accueillant des contributions originales, aux débats au sein de la communauté élargie des historiens de la Révolution française.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Pierre Serna

Rédacteur(s) en chef

Jean-Luc Chappey

Responsable de l'édition électronique

Alexis Darbon

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2012-2018

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2008

Date de mise en ligne

24 novembre 2009

ISSN format électronique

2105-2557

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Délai moyen entre soumission et publication

52 semaines

Coordonnées

Adresse postale

La Révolution française
17, rue de la Sorbonne
75231 Paris cedex 05
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

13 | 2018 – Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840)

Couverture LRF 13 – 2017

Les sciences et les techniques ont particulièrement participé et bénéficié des renouvellements historiographiques dont la question des traductions a été l’objet, comme il a été dit dans l’introduction générale des actes du colloque « Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840) » (voir le numéro précédent de la revue, 12|2017). Jusqu’alors, hormis les retraductions de la science grecque en latin à partir de l’arabe au Moyen Âge, puis dans les langues vernaculaires à partir du latin ou du grec à la Renaissance, ou les traductions de quelques grands textes emblématiques de la « révolution scientifique » moderne, cette question avait été négligée par les historiens des sciences et des techniques, tandis que les traductologues se tenaient à l’écart de spécialités apparemment trop complexes ou rébarbatives. Depuis deux décennies surtout, grâce à la question plus large des transferts culturels signalée plus haut, celles des langues savantes, de la translation et de l’adaptation de textes scientifiques d’un espace linguistique à un autre se sont posées, assez naturellement pour les espaces culturellement les plus éloignés, puis au sein même de la mosaïque linguistique européenne et de ses prolongements coloniaux non négligeables.