La Révolution française

Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française

Revue de l'Institut d'histoire de la Révolution française promouvant les travaux sur la période révolutionnaire

The journal of the Institut d'histoire de la Révolution française promoting research on the revolutionary period

Accéder au site
La Révolution française

Soutenue par l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et le CNRS, La Révolution française met à la disposition de la communauté scientifique les travaux (journées d'étude, rencontres, tables rondes…) réalisés à l'IHRF. Organisée selon les modalités d'une revue à comité de lecture, cette publication, ouverte sur les problématiques et les terrains de recherche les plus divers, cherche à multiplier les perspectives et les croisements, à favoriser les franchissements de frontières, à prendre part, en accueillant des contributions originales, aux débats au sein de la communauté élargie des historiens de la Révolution française.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Pierre Serna

Rédacteur(s) en chef

Jean-Luc Chappey

Responsable de l'édition électronique

Héloïse Bocher, Virginie Martin, Clyde Plumauzylle

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2012-2014

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2008

Date de mise en ligne

24 novembre 2009

ISSN format électronique

2105-2557

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Adresse postale

La Révolution française
17, rue de la Sorbonne
75231 Paris cedex 05
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

7 | 2014 – Poètes et poésie en révolution

Couverture-LRF7-2014

En s’interrogeant sur le statut du poète en Révolution, les réflexions rassemblées dans ce dossier s’emparent d’un objet qui a longtemps pâti d’une mauvaise réputation et dont la longue disgrâce historiographique n’a pris fin qu’assez récemment. La production poétique du tournant des Lumières a en effet souffert très tôt de nombreux préjugés. S’agissant des poètes révolutionnaires, la subordination à « un dogme social qui préexiste à leurs créations » leur a depuis longtemps valu un discrédit analogue à celui qui frappera, en d’autres temps, les romanciers à thèse. À cette disqualification de poètes longtemps regardés comme de simples et trop dociles « rouages de l’État » (et préfigurant à ce titre, comme le suggère Paul Bénichou, les enrôlements totalitaires du XXe siècle) s’ajoute encore le long désintérêt pour la routine classicisante des poètes de l’Empire ou de la Restauration. (Lire la suite)