SociologieS

Revue internationale des sociologues de langue française, généraliste et ouverte à la diversité théorique et méthodologique

An international journal of French speaking sociologists, opened to theoretical and methodological diversity

Revista internacional de los sociólogos de lengua francesa, revista generalista y abierta a la diversidad teórica y metodológica

Accéder au site
SociologieS

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa nouvelle rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers son autre nouvelle rubrique, « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales dans sa rubrique « Expériences de recherche », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).
La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l’InSHS du CNRS.

SociologieS is the journal of the International Association of French-speaking Sociologists (AISLF) and as such publishes articles by its members, by authors involved in AISLF activities and more generally by sociologists world-wide, mainly writing in French. It aims to promote shared reflexion and remain open to a diversity of theoretical positions and methodological perspectives, chiefly through its classic ‘Théories et recherches/Theory and research’ section and its more recent ‘Grands résumés/Essential abstracts’ section; it also focuses on keeping up with questions currently being addressed in French sociology through the section entitled ‘Dossiers/Files’. Young researchers are given a voice in the ‘Premiers textes/First texts’ section and state-of-the-art research in ‘Expériences de recherche/Research experiments’. Another of the journal’s goals is to bring a new dynamic to the Francophone academic field by translating into French or republishing old or forgotten texts (in ‘Découvertes/redécouvertes//Discoveries/rediscoveries’) or by generating debate and discussion about the theoretical, methodological and institutional challenges that face Francophone sociology (in Débats/Discussion).

The journal is published with the support of the Swiss Academy of Humanities and Social Sciences and the Institute of Humanities and Social Sciences (InSHS) of the French National Centre for Scientific Research (CNRS).

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

sociologies@revues.org

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via WorldCat

Directeur de la publication

Marc-Henry Soulet

Rédacteur(s) en chef

Jean-Louis Genard

Responsable de l'édition électronique

Odile Saint-Raymond

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2006-2017

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Publication à flux continu

Année de création

2006

Date de mise en ligne

01 juillet 2007

ISSN format électronique

1992-2655

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

24 semaines

Coordonnées

Courriel

sociologies@revues.org

Adresse postale

SociologieS
Odile SAINT RAYMOND
Université de Toulouse Jean Jaurès
Maison de la recherche - Bureau RE 316
5 allées Antonio-Machado
31058 Toulouse Cedex 9
France

Ville de production

Toulouse

Actualités

Nouveaux articles

L’espace social des mobilités périurbaines

Le périurbain est défini par la maison-jardin et, indissociablement, par la voiture. Si, dans le contexte de densification de ce territoire, les modes de déplacement se compliquent, faisant une place au vélo et à la marche, aux transports collectifs et au covoiturage, la voiture reste le dispositif spécifique de production du périurbain et plus précisément du périurbain pavillonnaire. Mais les mobilités des habitants relèvent aussi d’autres logiques : une dispersion marquée des lieux d’activi...

Enquêter sur l’« emploi des seniors » quand on est « une petite jeune de 25 ans » : un terrain dans un rapport social d’âge

Si l’âge est peu pris en considération dans les retours réflexifs sur les enquêtes de terrain, il constitue un élément structurant des relations entre enquêtés et enquêteur. À partir d’une recherche menée par « une petite jeune de 25 ans » sur l’« emploi des seniors », l’article montre comment l’analyse des relations d’enquête permet de mettre en évidence un rapport social d’âge. En tenir compte permet, d’une part, de se distancier des enjeux et des malaises liés au terrain et fournit, d’autr...

Penser l’âge dans l’enquête et ses enjeux

Ce Dossier de SociologieS s’inscrit dans le prolongement d’une journée d’étude intitulée « L’âge dans la relation d’enquête : “jeunes chercheurs” face à leurs “vieux  enquêtés” » , qui s’est déroulée en janvier 2013 à l’EHESS, dans le cadre des activités du Groupe Vieillissements du réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société. Cette journée visait à réfléchir aux relations d’enquête qui se nouent autour de l’âge entre enquêteurs et enquêtés et comment celles-ci s’inscrivent dans des rapport...

Le pavillon n'est pas la maison

Le pavillon moderne ordinaire doit beaucoup, comme architecture, à l’emprunt imaginaire aux « folies » aristocratiques du xviiième et aux arguments d’hygiène disséminés au xixème siècle. Ils en ont fait un objet isolé dont on peut faire le tour. Cette disposition de forme s’accorde à merveille avec le vivre « tranquille » de l’habitant du pavillon et sa répugnance pour la mitoyenneté de la maison urbaine. Pourtant, comme forme d’habitat, le pavillon surconsomme le foncier, le raréfie et l’enc...

Le désenchantement pavillonnaire

L’article se centre sur des familles vivant dans des pavillons implantés aux confins d’une grande métropole régionale située au nord-est de la France. À partir d’entretiens approfondis menés au domicile d’une vingtaine de ménages dans le cadre de plusieurs recherches réalisées au début des années 2010, le propos interroge le quotidien de familles qui ont voulu accéder à tout prix et à n’importe quel prix à une maison souvent située dans un lotissement. Ce faisant, il est question de montrer c...

L’utopie du middle landscape américain

« Les maisons et les automobiles sont d’égales créations de l’imagination liées à un grand rêve » expliquait Reyner Banham (1971) dans Los Angeles, « le rêve du homestead urbain, […] d’une vie plaisante hors des conditions sordides de la ville de type européen ». Décoder ce rêve auquel est associée la maison suppose que l’on retourne aux fondements même d’une culture de l’habiter spécifique aux États-Unis, qui trouve ses racines dans les premières implantations sur les terres du Nouveau Monde...

Les trajectoires résidentielles des pavillonnaires

L’habitat pavillonnaire est une forme urbaine privilégiée par les ménages français depuis plusieurs décennies. Pourtant, les trajectoires résidentielles des pavillonnaires sont diversifiées et concernent une population qui n’en est pas moins hétérogène. À partir de la littérature et de travaux empiriques, cette contribution revient sur l’intérêt d’une approche par les trajectoires résidentielles et met en avant les facteurs qui relient l’ensemble des habitants qui, à un moment ou un autre de ...

Pavillon, maison de ville, maison en bande, gated community : quatre figures de l’individualité habitée

Les contraintes apportées à l’émiettement périurbain au nom de la ville durable ne changent rien aux aspirations à l’habitat individuel manifestées par les mêmes segments de la population depuis un demi-siècle quoique, pour un grand nombre de pavillonnaires, les commodités de la citadinité entrent en tension avec celles de la périurbanité. Il faut donc interroger les questions d’altérité, d’individualité et d’intimité si l’on veut donner des réponses cohérentes à des demandes contradictoires....

La maison individuelle au prisme de l’historiographie anglo-américaine : un contraste marqué entre le xxe et le xxie siècle

Au cours des décennies 1970 et 1980, de nombreux travaux de sociologues et d’historiens anglo-américains ont pris la « maison individuelle » (entourée d’un jardin) comme objet d’étude pour la représenter comme vecteur central de l’urbanisation et de la suburbanisation de la société dès le xixème siècle. Ils ont souligné le rôle de l’État fédéral pour expliquer sa diffusion sur l’ensemble du territoire national et ont démontré combien ce « modèle » avait réussi à incarner l’American Way of Lif...

Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées

Les Français, en matière d’habitat, préfèrent la maison individuelle. Cette préférence est, dans les études, souvent révélée à partir des données INSEE faisant état de la progression du parc de logements individuels. Cette préférence est également déclarée par les personnes interrogées. Le pavillon, souvent décrié au regard de certaines conséquences environnementales et déceptions familiales, se situe incontestablement au plus haut des préférences lorsque celles-ci sont exprimées librement de...