Semen

Revue de sémio-linguistique des textes et discours

Revue de sémio-linguistique des discours et des textes

A semiotics and discourse analysis journal

Accéder au site
Semen

Semen, a été fondé en 1983 par Th. Aron et J. Peytard. La revue pose un espace de dialogue et de réflexion, dans le champ des sciences du langage. Les relations de l'analyse du discours, de la linguistique textuelle, de la sémiotique avec différentes disciplines des sciences humaines et sociales connexes telles que la psychanalyse, la philosophie, la sociologie, sont prises en compte, ainsi que les relations avec les sciences de l’information et de la communication. Les problématiques de la textualité et de la discursivité, les relations interdiscursives et intersémiotiques, la perspective de la réception et de l'interprétation, la dimension sociale et idéologique des discours, l'élaboration d'outils d'analyse, les modalités de la construction du sens, constituent des pôles d'intérêt constants.

Semen was founded in 1983 by Th. Aron and J. Peytard. The journal is a focal point for dialogue and reflection in the field of language sciences. The journal also looks at the relations between narrative analysis, textual linguistics, and semiotics with a variety of related disciplines within the humanities and social sciences such as psychoanalysis, philosophy and sociology as well as data and communication sciences. The questions of textuality and discourse theory, inter-discursive and inter-semiotic relations, the perspectives of reception and interpretation, the elaboration of analysis tools, and the modes of meaning construction, the social and ideological dimensions of discourses, the development of tools analysis, the process of meaning are also themes to which the journal regularly returns.

Éditeur

Presses universitaires de Franche-Comté

Service commun d’édition de l’Université de Franche-Comté, les Presses universitaires de Franche-Comté ont vocation à valoriser les recherches et les formations de l’Université de Franche-Comté et, plus généralement, à contribuer à la diffusion de la recherche, des savoirs et de la culture scientifique et technique. Les Presses universitaires de Franche-Comté éditent dans les domaines scientifiques suivants : biologie, santé, sport, environnement ; didactique et pratiques d’enseignement ; droit, économie, gestion ; lettres, sciences humaines et sociales ; sciences du langage et de la communication ; sciences et techniques.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

semen@univ-fcomte.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Andrée Chauvin-Vileno

Rédacteur(s) en chef

Philippe Schepens, Séverine Equoy-Hutin

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

1983-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1983

Date de mise en ligne

02 mai 2007

ISSN format électronique

1957-780X

ISSN format papier

0761-2990

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

semen@univ-fcomte.fr

Adresse postale

Semen
Faculté des lettres
30, rue Mégevand
25030 Besançon Cedex
France

Ville de production

Besançon

Actualités

Nouveau numéro

33 | 2012 – Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire

1re de couverture du numéro 33

Nous connaissions l’existence de notes manuscrites de Benveniste sur Baudelaire, mais elles sont restées introuvables pendant des années. Grâce à Chloé Laplantine, elles viennent d’être publiées chez l’audacieux éditeur de Limoges Lambert-Lucas.Grâce aux travaux menés à l’ITEM autour d’Irène Fenoglio, nous avions déjà pu pénétrer dans l’atelier de Benveniste.Mais la lecture de ces 370 feuillets-Baudelaire est une expérience beaucoup plus troublante. Le grand linguiste s’y livre à une exploration de la langue des Fleurs du Mal(et plus ponctuellement des Petits poèmes en prose), une langue pour laquelle le lecteur-auditeur « doit s’ajuster », « recréer pour son compte les normes et le “sens” ».Baudelaire implique pour Benveniste une « conversion du point de vue » au même titre que les langues amérindiennes d’Alaska qu’il était allé étudier au début des années 1950.Ce qui frappe d’entrée avec ces manuscrits, c’est le décalage par rapport au structura­lisme ambiant des années 1960. Loin des écrits de Roman Jakobson sur la poésie, de Georges Mounin sur René Char ou de Jean Cohen sur la langue poétique, Benveniste est, dans ces notes,d’une étonnante modernité : avec la langue poétique de Baudelaire, c’est une mise en œuvre de la « translinguistique des textes, des œuvres » qu’il engage, comme il en avait annoncé le programme dans le premier numéro de Semiotica; c’est aussi une réflexion sur la langue émotive, menant ainsi à leur terme les propositions de sa linguistique énonciative.