Cahiers d’Asie centrale

Revue pluridisciplinaire dédiée à la recherche en science humaine et sociale dans l'aire centrasiatique

A multidisciplinary journal focusing on the study of Central Asia

Accéder au site
Cahiers d’Asie centrale

Publication de l’Institut Français d’Études sur l’Asie centrale, les Cahiers d’Asie centrale présentent les résultats de recherches en sciences humaines et sociales dans l’aire centrasiatique. Appréhendant un espace placé au carrefour des mondes russe, turc, chinois et iranien, cette revue pluridisciplinaire aide à la compréhension de ses réalités et de ses mutations. Elle propose une multiplicité de points de vue, en conjuguant des articles écrits par des chercheurs locaux et occidentaux.

 

The Cahiers d’Asie centrale is published by the Institut Français d’Études sur l’Asie centrale, and presents humanities and social science research into the Central Asian area. It is a multi-disciplinary journal that examines the territories at the crossroads of the Russian, Turk, Chinese and Iranian worlds in order to help grasp its realities and developments. It offers multiple perspectives, combining articles written by local and western researchers.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

ifeacadm@gmail.com

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Olivier Ferrando

Responsable de l'édition électronique

Aïnazil Joldosheva

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

1996-2014

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an

Périodicité

Annuelle

Année de création

1996

Date de mise en ligne

21 avril 2009

ISSN format électronique

2075-5325

ISSN format papier

1270-9247

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Coordonnées

Courriel

ifeacadm@gmail.com

Adresse postale

Cahiers d’Asie centrale
IFEAC
153/1 rue Panfilova
720040 Bichkek
Kirghizstan

Ville de production

Bichkek

Actualités

Nouveau numéro

25 | 2015 – L’eau en Asie centrale

Couverture
ISBN 978-2-84743-131-5

Asie centrale est terre de contrastes et de paradoxes. Comme son nom l’indique, cette Asie se situe au cœur du continent le plus massif, ce qui lui confère sa tonalité aride bien reconnaissable à l’extension des vastes étendues désertiques. En dépit de cette aridité continentale, la région n’est pas pour autant dépourvue d’eau, car de puissants fleuves la traversent et fécondent des cités entourées d’oasis parfois millénaires et de vastes périmètres irrigués développés depuis plus d’un demi-siècle. Ce singulier paradoxe de l’abondance de l’eau au cœur de l’immensité aride tient à l’existence d’un puissant encadrement montagnard méridional étiré de la Caspienne à la Chine. Les montagnes jouent le rôle de château d’eau pour les territoires de plaine et de piémont où se concentrent les sociétés humaines.
Pour autant, la question de l’eau en Asie centrale est désormais source de préoccupations. Sa disponibilité ne cesse de diminuer sous l’effet combiné de la croissance démographique, des progrès du développement urbain et des activités extractives. Il en résulte une inéluctable augmentation de la mobilisation de la ressource ainsi qu’une dégradation de la qualité des eaux, avec l’accroissement des rejets. La pénurie se mesure à l’aune de la disparition des écosystèmes humides (région de l’Aral, du Balkhach et du bas Tarim) et au recul des terres irriguées dans certaines régions d’Ouzbékistan, du Turkménistan et du Xinjiang.
Cette menace du manque d’eau exacerbe les réactions concurrentielles entre secteurs économiques (agriculture irriguée, hydroélectricité, demande urbaine ou industrielle), mais surtout entre États. Comme l’eau en Asie centrale a surtout pour caractéristique d’être internationale en raison de l’existence de nombreux cours d’eau transfrontaliers, la question du partage de l’eau est source de tensions. Il règne à l’heure actuelle une lutte d’intérêt entre les États montagnards de l’amont (Kirghizstan, Tadjikistan), pourvoyeurs de la ressource, et les États de l’aval, surtout consommateurs de la ressource (Ouzbékistan, Turkménistan, Kazakhstan).
Ce numéro présente huit contributions qui explorent la problématique générale de la gestion de la ressource, laquelle nécessite de se pencher sur les acteurs, les usages, les pratiques et les territoires de l’eau. Les analyses riches et variées sont portées par des chercheurs occidentaux et centrasiatiques qui recouvrent un large spectre disciplinaire (géographie, histoire contemporaine, économie, ethnologie, anthropologie, science politique, droit international). Elles invitent à débattre des tensions liées à l’eau qui relèvent surtout d’une crise de gouvernance.

Central Asia is a land of contrasts. This Asia is at the heart of the most massive continent, which gives its dry tone recognisable to the extension of its large desert stretches. Despite this continental aridity, the region is not lacking water. Powerful rivers have irrigated and fertilised ancient oasis cities and large agricultural lands for over half a century. This singular paradox of water profusion in the heart of an arid vastness is made possible thanks to a strong mountain range stretching from the Caspian Sea to China. Mountains are a water tower for plains and piedmonts concentrating human societies.
For all that, water has become a source of concern in Central Asia. Its availability has never stopped declining because of population growth, urban development and mining activities. This results in an inevitable increase of water withdrawal and a deterioration of water quality. The shortage can be measured through the disappearance of wetland ecosystems (regions of Aral, Balkhash and lower Tarim) and the decline of irrigated land in some regions of Uzbekistan, Turkmenistan and Xinjiang.
The threat of water scarcity exacerbates competitive responses between economic sectors (irrigated agriculture, hydropower, urban and industrial demand), but most importantly between states. In Central Asia water has an international dimension because of the existence of many transboundary rivers. The issue of water sharing is a source of tension, in particular between upstream states providing the resource (Kyrgyzstan, Tajikistan), and downstream states consuming it (Uzbekistan, Turkmenistan, Kazakhstan).
This issue of Cahiers d’Asie centrale regroups eight contributions, which explore water management through actors, uses, practices and water territories. The rich and varied analyses are provided by Western and Central Asian researchers from a wide disciplinary spectrum (geography, contemporary history, economics, ethnology, anthropology, political science, international law). They invite us to discuss water-related tensions falling mainly within a governance crisis.