Études écossaises

Revue publiant des travaux sur la culture, la société, la politique, la littérature et l'histoire écossaises

A journal presenting research on Scottish culture, society, politics, literature and history

Accéder au site
Études écossaises

Études écossaises est une revue annuelle dont chaque numéro se compose d’une partie thématique et d’un second volet traitant d’aspects divers concernant l’Écosse. Ses centres d’intérêt sont la littérature (ancienne et contemporaine), les études culturelles, la civilisation.

Études écossaises is an annual journal based on a central theme and various aspects relating to Scotland. It focuses particularly on past and contemporary literature, cultural studies and civilisation.

Éditeur

Ellug / Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble

Fondées en 1978 sous la présidence de Jean-Hervé Donnard et à l’initiative de Jean Sgard, les Publications de l’université des langues et lettres de Grenoble, devenues plus tard les Ellug – Éditions littéraires et linguistiques de Grenoble, sont une véritable structure éditoriale reposant sur une politique rigoureuse : évaluation des ouvrages par deux experts, réunions d’un comité pluridisciplinaire, constitution de collections autour de champs de publication originaux et identifiables, choix de publier une majorité de textes proposés par des auteurs extérieurs à l’université, révision des textes par des correcteurs professionnels, travail de fabrication soigné. La qualité éditoriale et scientifique est reconnue au sein du public universitaire français et même au-delà des frontières.

En savoir plus

Services

Politique d'accès

Barrière mobile

RSS

S'abonner

Contact

ellug@u-grenoble3.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

David Leishman

Responsable de l'édition électronique

Héléna Bertrand

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2005-2013

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an

Périodicité

Annuelle

Année de création

1992

Date de mise en ligne

28 janvier 2009

ISSN format électronique

1969-6337

ISSN format papier

1240-1439

Langues de publication

Français, English

Coordonnées

Courriel

ellug@u-grenoble3.fr

Adresse postale

Études écossaises
ELLUG
Université Stendhal
BP 25
38040 Grenoble cedex 9
France

Ville de production

Grenoble

Actualités

Nouveau numéro

17 | 2015 – La poésie écossaise

Études Écossaises n° 17 / 2015
ISBN 978-2-84310-296-7
208 p. - 19 €

Ce numéro consacré à la poésie écossaise du XVIIIe siècle à nos jours vise à mettre en lumière le rôle majeur que les poètes écossais ont joué (et jouent encore), à la fois sur le plan local en tant qu’écrivains nationaux, mais aussi, et à plus grande échelle, sur la scène littéraire internationale. Il apparaît en effet qu’au sein des œuvres d’Allan Ramsay, de James Macpherson, de Jackie Kay ou encore de Kenneth White (pour ne citer qu’eux) les deux pôles du politique et du poétique se conjuguent par principe. Leurs poèmes sont duplices en ce sens qu’ils font cohabiter au sein d’un même espace — celui de la strophe, du vers ou de la seule formule — des thématiques antagonistes enracinées dans la conscience collective d’un peuple bousculé par l’Histoire. Ainsi se mêlent sans cesse, au cœur de ces textes singuliers, l’intérêt pour le local et la tentation du global, l’engagement politique et l’élan poétique, le goût de l’indépendance et le désir d’universalité, le souci identitaire et les questions que soulèvent les réalités de la frontière et de l’altérité. En quoi les œuvres de Ramsay, de Macpherson ou de Douglas Young peuvent-elles être considérées comme de véritables champs d’expérimentations linguistiques où s’affrontent deux logiques culturelles ? Des œuvres dans lesquelles des poètes engagés, par la force d’un langage dense, sublimé, tentent de résoudre la paradoxale division engendrée par l’Acte d’Union de 1707, ce conflit opposant, d’une part, la prégnance d’un héritage proprement écossais et, de l’autre, la volonté d’embrasser les possibles générés par la création du royaume de Grande-Bretagne. Dans quelle mesure les mots de James Thomson, de Robert Burns, de Jackie Kay ou de Kenneth White organisent-ils le brouillage des frontières de la pensée ? Dans quelle mesure opèrent-ils ce phénomène de déterritorialisation si typique de la littérature écossaise ? Telles sont les questions soulevées par ce numéro consacré, au-delà de la seule poésie, aux ramifications sociales, politiques et psychologiques de l’objet poétique.