Gradhiva

Revue d'anthropologie et d'histoire des arts

Revue d'histoire et d'anthropologie publiée par le musée du quai Branly

A history and anthropology journal published by the Quai Branly Museum

Accéder au site
Gradhiva

Depuis 2005, le musée du quai Branly reprend la publication de la revue Gradhiva. La revue représente un lieu de débats sur l’histoire et les développements actuels de l’anthropologie fondés sur des études originales et la publication d’archives ou de témoignages. Gradhiva privilégie aussi l’étude et l’analyse d’objets réels ou symboliques ainsi que des problématiques muséologiques et anthropologiques. Surtout, elle est ouverte à de multiples disciplines : l’ethnologie, l’esthétique, l’histoire, la sociologie, la littérature ou encore la musique. Elle s’attache enfin à développer par une iconographie souvent inédite et singulière une interaction entre le texte et l’image.

Since 2005, the publication of the Gradhiva review has been taken over by the Quai Branly Museum. The journal provides a focal point for debates about the history and current developments of anthropology based on unpublished studies, archives and first-hand accounts. Gradhiva also privileges the study and analysis of real or symbolic objects as well as museological and anthropological questions. Above all, the journal is open to a whole range of disciplines: ethnology, aesthetics, history, sociology, literature and music. It is keen to develop, through previously unpublished and unusual iconography, an interaction between texts and images.

Éditeur

Musée du quai Branly

Au cœur du Paris des musées, voisin du Louvre et du musée du quai d’Orsay, à quelques minutes des Grand et Petit Palais, du Palais de Tokyo et du musée d’art moderne de la Ville de Paris, le musée du quai Branly occupe un site exceptionnel sur les rives de la Seine, au pied de la tour Eiffel. Les arts d’Afrique, d’Océanie, d’Asie et d’Amérique s’inscrivent dorénavant au centre du grand circuit historique et artistique de la capitale. Le musée du quai Branly est un établissement culturel novateur : à la fois musée, centre d’enseignement et de recherche, et espace à vivre pour les publics. Construit sur l’un des derniers terrains disponibles au cœur de Paris, le concept architectural de ce projet original est signé par Jean Nouvel.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

gradhiva@quaibranly.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Stéphane Martin, Daniel Fabre, Yves Le Fur, Anne-Christine Taylor

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2005-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 3 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1986

Date de mise en ligne

12 décembre 2008

ISSN format électronique

1760-849X

ISSN format papier

0764-8928

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai entre soumission et publication

50 semaines

Coordonnées

Courriel

gradhiva@quaibranly.fr

Adresse postale

Gradhiva
Musée du quai Branly
Département de la recherche et de l’enseignement
222 rue de l’Université
75343 Paris cedex 07
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

22 | 2015 – Cosmos

Cosmos
ISBN 978-2-35744-092-0
248 pages - 71 illustrations - 20 €

Comment appréhender le cosmos, cette énormité comprenant l’univers terrestre et les objets célestes ? Comment le visualiser ? Le tenir dans ses mains ?

Figurant des systèmes de relations organisant un tout, les cosmologies constituent, de long temps, des sujets d’étude privilégiés par l’anthropologie. On les trouve communément sous la forme de représentations totalisantes (comme un mandala, ou un globe), ou bien sous la forme d’objets contenant le cosmos (comme un chaudron). Pour user d’autres terminologies, elles peuvent se décliner en « cosmogrammes », qui traitent le cosmos comme une entité indépendante et autonome, ou en « objets cosmiques », qui contiennent le cosmos. Ou, pour le formuler encore autrement, ces cosmologies dévoilent des vues « panoptiques », qui permettent d’ « embrasser facilement d’un seul coup d’œil », ou bien des vues « oligoptiques », offrant de la totalité qu’elles cherchent à exprimer des vues partielles, mobiles, connectées à d’autres. L’anthropologie, mais aussi l’histoire des savoirs modernes et l’anthropologie des sciences et des techniques, sont ainsi rompues aux objets et dispositifs rendant possible de tenir le cosmos dans ses mains ou de l’avoir devant ses yeux, rendant possible de le contempler, de le maîtriser et de l’expérimenter. Quels sont, néanmoins, les petits opérateurs nécessaires à de telles manœuvres ?

En proposant d’approcher les cosmologies autrement que comme des représentations du cosmos, les auteurs de ce nouveau numéro de Gradhivainvitent à suivre les lentes, patientes, souvent laborieuses, parfois confuses, élaborations du cosmos, en s’intéressant aux ingrédients ou composants, ainsi qu’à leurs modes de liaison. Comment le cosmos est-il capté – plutôt que capturé ? Quels en sont les révélateurs ? Qu’est-ce-qui, localement, est capable de servir d’indicateur de changements qui nous dépassent (comme les changements atmosphériques) ?