Catalogue des publications

Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines

Revue promouvant les études comparatives sur les sociétés et cultures passées et présentes de l'Asie du Centre et du Nord

A journal promoting comparative studies on past and present societies and cultures in Northern and Central Asia

Accéder au site

Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines

La revue Études Mongoles a été fondée en 1970 par Roberte Hamayon. Réalisée dans le cadre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Paris-X jusqu’en 2000, elle l’est aujourd’hui dans le cadre de l’École Pratique des Hautes Études. Son domaine s’est élargi à la Sibérie en 1976, puis à l’Asie centrale et au Tibet en 2004, pour devenir Études Mongoles & Sibériennes, Centrasiatiques & Tibétaines (EMSCAT). EMSCAT publie, en français ou en anglais, des travaux originaux de chercheurs français et étrangers. La ligne éditoriale englobe : articles courants, notes de terrain, notes critiques, comptes-rendus, résumés de thèses, ainsi que des numéros thématiques éventuellement confiés à des « éditeurs invités ». La revue est annuelle. Les articles reçus sont soumis à deux rapporteurs extérieurs et revus par au moins deux membres du comité de rédaction.

 

Études Mongoles was founded in 1970 by Roberte Hamayon to explore issues in Mongolian Studies. Up to 2000, it was produced in tandem with the Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Paris-X, today it operates with the École Pratique des Hautes Études. It expanded its fields of research to Siberia in 1976, then to Central Asia and Tibet in 2004 when it became Études Mongoles & Sibériennes, Centrasiatiques & Tibétaines (EMSCAT). EMSCAT is produced in French and English and publishes original work by French and foreign researchers—articles, field work, critical observations and accounts, thesis synopses, as well as thematic issues entrusted to guest editors. The journal appears once a year. Articles received are submitted to two exterior readers and reread by at least two members of the editorial committee.

Responsable(s)
Katia Buffetrille, Roberte Hamayon
URL sur Revues.org
http://emscat.revues.org
Catégories francophones
Ethnologie ; anthropologie, Anthropologie culturelle, Religions, Histoire des religions, Histoire culturelle, Asie centrale
Catégories anglophones
Sociology & Anthropology, Anthropology, Area Studies, Arts & Humanities, Asian Studies, Religion

En savoir plus

Labels

  • Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès
Barrière mobile
RSS
S'abonner
Contact
roberte.hamayon@ephe.sorbonne.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites
Via le Sudoc | Via WorldCat
Directeur de la publication
Katia Buffetrille
Rédacteur(s) en chef
Roberte Hamayon
Responsable de l'édition électronique
Sandrine Ruhlmann
Type de support
Papier et électronique
Etat de la collection
2009-2014
Politique d'édition électronique
Publication en libre accès après un délai de restriction de 1 an
Périodicité
Annuelle
Année de création
1970
Date de mise en ligne
18 mars 2009
ISSN format électronique
2101-0013
ISSN format papier
0766-5075
Langue de la publication
Français

Coordonnées

Courriel
roberte.hamayon@ephe.sorbonne.fr
Adresse postale
Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines
Centre d’études mongoles et sibériennes
190 avenue de France
75013 Paris
France
Ville de production
Paris

Actualités

Dernier numéro en ligne

Nord-Asie 4 | 2014 – Chanter, s'attacher et transmettre chez les Darhad de Mongolie

couverture Nord-Asie 4
ISBN 979-10-92565-00-03

  Chanter, s’attacher et transmettre chez les Darhad de Mongolie esquisse les contours du monde musical et sonore mongol. Dans les confins septentrionaux du pays où vivent les Darhad, comme partout ailleurs en Mongolie, l’attachement au chant, à la musique et aux sonorités de la nature est perçu comme une dimension pérenne et constitutive de l’ethos culturel. En s’appuyant sur des documents historiques, sur la littérature mongole et sur des recherches de terrain, Laurent Legrain inscrit ses analyses dans la temporalité longue de l’histoire du pays ainsi que dans celle, plus courte, de la socialisation de l’enfant. La première partie de l’ouvrage explore en détail les processus qui ont présidé à l’installation conjointe d’un répertoire et d’une « ethnie » darhad attentive aux spécificités phonologiques, stylistiques et musicales de ses chansons populaires. L’auteur se tourne ensuite vers l’univers sonore qui imprègne les steppes mongoles et, en suivant les enfants sur les pâturages ainsi que dans les classes de chant et de musique, analyse l’émergence d’une sensibilité exacerbée aux sonorités de la nature, aux inflexions de la voix humaine et aux mélodies des chants. L’ouvrage est accompagné d’un CD musical reprenant les principaux enregistrements qu’il a réalisés entre 2001 et 2005 chez les Darhad ainsi que des extraits des premières sessions d'enregistrement de musique mongole effectuées à Moscou en 1935.