Tracés

Revue de sciences humaines

Revue de sciences humaines et sociales étudiant les objets en contexte

A humanities and social sciences journal examining subjects in context

Accéder au site
Tracés

La revue de sciences humaines Tracés, éditée par ENS Éditions, réunit deux fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines. Parfois, il s’agit de rendre compte d’un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l’actualité éditoriale ou d’événements politiques. D’autres fois, l’ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé ou bien encore tenter des rapprochements plus spéculatifs autour d’un terme aux usages mal contrôlés. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est non seulement possible mais fécond.

Tracés, a journal of social science and the humanities, is published by ENS Éditions. Twice a year, Tracés brings together authors from a variety of disciplines to discuss a theme or common problem that cuts across the human sciences. Sometimes this entails reopening an old debate which has taken a new turn in light of political or editorial developments. At other times the ambition is to bring a cross-disciplinary examination to bear on a notion that a number of intellectual traditions approach in a disorderly manner. More speculatively, an attempt might be made to reconcile the ill defined applications of a given term. Tracés’ deeply held conviction is that dialogue between disciplines be not only possible but fruitful.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

redactraces@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Olivier Faron

Rédacteur(s) en chef

Yaël Kreplak, Anton Perdoncin

Responsable de l'édition électronique

Édouard Gardella, Paul Costey

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2002

Date de mise en ligne

25 avril 2008

ISSN format électronique

1963-1812

ISSN format papier

1763-0061

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

redactraces@ens-lyon.fr

Adresse postale

Tracés
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

31 | 2016 – Méfiance

Tracés n° 31
ISBN 978-2-84788-860-7
15 x 23 cm

Alors que la confiance est de longue date un objet d’investigation légitime des sciences humaines et sociales, et que son invocation comme remède aux maux de la vie politique, économique ou psychique, est omniprésente dans la sphère publique, son antonyme, la méfiance, est relativement rarement analysé pour lui-même. Bien souvent, la méfiance est simplement considérée comme une absence ou un défaut de confiance, comme un manque à combler et elle n’est que très rarement appréhendée en propre. C’est donc une notion doublement négative, à la fois au sens où elle est définie en creux, et au sens où elle est pensée comme une force destructrice.

Le présent numéro souhaite au contraire la construire comme un objet propre d’investigation. Oscillant entre prudence, vigilance, doute, soupçon et peur, elle structure une multitude de situations et d’interactions sociales, mais semble régulièrement insaisissable, tant ses frontières sont mouvantes. Les contributions rassemblées ici s’efforcent précisément d’en cerner les contours, sans la figer dans une définition préétablie, en faisant varier les contextes, les situations géographiques, les époques, les milieux, mais également les méthodes et les types de regards (historique, anthropologique, sociologique, psychanalytique…), mais toutes ont en commun la volonté de faire émerger la méfiance comme une dimension structurante, parfois nécessaire, des relations humaines et sociales.

Trust has long been a central object of social scientific analysis, and is just as present in the wider public sphere where it is consistently invoked as a solution to the ills of political, economic and psychological life. Mistrust, in contrast, has rarely been analysed on its own terms. When it is discussed, it is often treated as little more than an absence or a failure of trust, a lack that simply needs to be overcome. It is, then, a doubly negative concept: negative in the technical sense that it is only defined as an absence of something else, and negative in that it is typically presented as a destructive or corrosive social force.

This special issue aims instead to establish mistrust as a legitimate object in its own right. Shifting between prudence, vigilance, doubt, suspicion and fear, mistrust structures countless social situations and interactions, but seems to remain a fundamentally slippery object. The articles presented here endeavour not to provide a precise definition of the phenomenon, but to describe its contours across a range of different contexts, eras and geographical cadres, and from a range of methodological and disciplinary perspectives (historical, anthropological, sociological, psychoanalytical). What they share is a desire to engage with mistrust as a structuring and perhaps necessary dimension of human and social relations.