Tracés

Revue de sciences humaines

Revue de sciences humaines et sociales étudiant les objets en contexte

A humanities and social sciences journal examining subjects in context

Accéder au site
Tracés

La revue de sciences humaines Tracés, éditée par ENS Éditions, réunit deux fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines. Parfois, il s’agit de rendre compte d’un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l’actualité éditoriale ou d’événements politiques. D’autres fois, l’ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé ou bien encore tenter des rapprochements plus spéculatifs autour d’un terme aux usages mal contrôlés. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est non seulement possible mais fécond.

Tracés, a journal of social science and the humanities, is published by ENS Éditions. Twice a year, Tracés brings together authors from a variety of disciplines to discuss a theme or common problem that cuts across the human sciences. Sometimes this entails reopening an old debate which has taken a new turn in light of political or editorial developments. At other times the ambition is to bring a cross-disciplinary examination to bear on a notion that a number of intellectual traditions approach in a disorderly manner. More speculatively, an attempt might be made to reconcile the ill defined applications of a given term. Tracés’ deeply held conviction is that dialogue between disciplines be not only possible but fruitful.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

redactraces@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Olivier Faron

Rédacteur(s) en chef

Yaël Kreplak, Anton Perdoncin

Responsable de l'édition électronique

Édouard Gardella, Paul Costey

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2002

Date de mise en ligne

25 avril 2008

ISSN format électronique

1963-1812

ISSN format papier

1763-0061

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

redactraces@ens-lyon.fr

Adresse postale

Tracés
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

30 | 2016 – L’expérience minoritaire

Tracés n° 30
ISBN 978-2-84788-791-4
15 x 23 cm

L’approche de la question minoritaire en termes d’expérience vise à se garder de toute présupposition de passivité des minoritaires. Ce numéro propose d’étudier non seulement la position sociale des minoritaires, mais aussi leur propre positionnement et vécu par rapport au cadre qui les stigmatise et par rapport à leur propre identité. En partant de la façon dont ces assignations sont vécues, et dont elles peuvent être rejetées, intériorisées, retournées, une approche en termes d’expérience cherche à identifier les subjectivations spécifiques auxquelles l’expérience sociale de l’assignation minorisante peut donner lieu.

Dès lors, comment rendre compte du contenu d’une expérience minoritaire, s’il ne s’agit plus uniquement de circonscrire, de l’extérieur, une position sociale et politique ? Comment les expériences minoritaires prennent-elles sens par rapport au cadre normatif majoritaire et aux dispositifs de pouvoir ? De quels enjeux et quels effets de savoir et de pouvoir la définition d’une condition comme minoritaire est-elle porteuse ? Comment le partage du majoritaire et du minoritaire s’opère-t-il et se reconfigure-t-il ? Comment fonctionnent les pratiques minoritaires dans différents contextes socio-culturels ? Quels rapports à l’espace public et aux temps sociaux entretiennent les minorités ? Quels sont les corps minoritaires produits par les dispositifs de pouvoir et mis en question par l’enquête ou la fiction ?

Pour examiner cet ensemble de questions et de perspectives ouvertes par le couple notionnel de « l’expérience minoritaire », ce numéro rassemble un ensemble de contributions aux terrains et sources diverses. Les auteur‑e‑s ont construit le matériau de leur recherche sur les minoritaires dans les archives judiciaires, dans des séries d’entretiens semi-directifs, dans des enquêtes ethnographiques, dans des œuvres politiques et poétiques, dans un examen critique des historiographies, ou même dans leur histoire personnelle.

Calling on the notion of experience to approach minority groups aims at keeping at bay any assumption of passivity regarding minority groups. This issue therefore examines not only the social situation of minorities, but also their experience of stigma, their positioning towards producers of stigma and their conception of their own identities. Looking at how assigned identities and characteristics are experienced, and how they may be rejected, interiorised, appropriated or overturned, experience-based approaches seek to identify the specific forms of subjectivation to which the experience of assigned identities may lead.

From then on, what account may one give of the content of minority experiences, when the idea is no longer to circumscribe, from the outside, a social and political position? How do minority experiences make sense in relation to the majority normative framework and the apparatuses of power? What is at stake in terms of knowledge and power, when a group is defined as a minority? How is the divide between majority and minority achieved and reconfigured? How do minority practices operate in a variety of social and cultural contexts? What is the minorities’ relation to the public space and to social time? How do power apparatuses produce minority bodies, which can be questioned through research or fiction?

To explore this set of questions and perspectives opened up by the coupling of the two notions of minority and experience, this issue brings together a number of contributions based on diverse fieldwork and sources. The authors collected the material for their research on minority groups through semi-structured interviews, through ethnographical surveys, in judicial archives, in political and poetic works, in a critical study of historiography or even in their own personal histories.