Tracés

Revue de sciences humaines

Revue de sciences humaines et sociales étudiant les objets en contexte

A humanities and social sciences journal examining subjects in context

Accéder au site
Tracés

La revue de sciences humaines Tracés, éditée par ENS Éditions, réunit deux fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines. Parfois, il s’agit de rendre compte d’un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l’actualité éditoriale ou d’événements politiques. D’autres fois, l’ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé ou bien encore tenter des rapprochements plus spéculatifs autour d’un terme aux usages mal contrôlés. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est non seulement possible mais fécond.

Tracés, a journal of social science and the humanities, is published by ENS Éditions. Twice a year, Tracés brings together authors from a variety of disciplines to discuss a theme or common problem that cuts across the human sciences. Sometimes this entails reopening an old debate which has taken a new turn in light of political or editorial developments. At other times the ambition is to bring a cross-disciplinary examination to bear on a notion that a number of intellectual traditions approach in a disorderly manner. More speculatively, an attempt might be made to reconcile the ill defined applications of a given term. Tracés’ deeply held conviction is that dialogue between disciplines be not only possible but fruitful.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

Newsletter

S'abonner

RSS

S'abonner

Contact

redactraces@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Olivier Faron

Rédacteur(s) en chef

Yaël Kreplak, Anton Perdoncin

Responsable de l'édition électronique

Édouard Gardella, Paul Costey

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2011

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2002

Date de mise en ligne

25 avril 2008

ISSN format électronique

1963-1812

ISSN format papier

1763-0061

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

redactraces@ens-lyon.fr

Adresse postale

Tracés
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

27 | 2014 – Penser avec le droit

Tracés n° 27
ISBN 978-2-84788-582-8
15 x 23 cm

Volontiers entretenu par les juristes, le postulat de l’autonomie du droit et de son « isolement » absolu vis-à-vis du monde social, a longtemps dissuadé les sciences humaines d’appréhender la pensée juridique pour elle-même. Inversement, les facultés de droit – en France tout particulièrement – se montraient d’ordinaire réticentes à intégrer les apports de la sociologie, de l’anthropologie ou de l’historiographie dans leurs cursus. Depuis une vingtaine d’années environ, on assiste à de sensibles évolutions, qui voient les sciences sociales s’aventurer franchement sur le terrain du droit et prendre en charge des questions qui touchent aussi bien aux usages du droit qu’à son fonctionnement spécifique et technique.

En offrant un aperçu de cette reconfiguration actuelle des rapports entre droit et sciences sociales, ce numéro laisse entrevoir quelques dynamiques et chantiers de recherches prometteurs. Plusieurs contributions pointent la manière dont la pensée critique a pu s’enrichir en envisageant le droit non plus comme un simple instrument de domination, mais bien plutôt comme une ressource mobilisable pour qualifier, analyser et contester une situation. D’autres montrent que ce changement de perspective s’accompagne d’une meilleure maîtrise, par les sciences sociales, des opérations du droit (fiction, qualification, etc.) et des spécificités du raisonnement juridique.

Pour mieux saisir le droit, il semble dès lors utile, d’une part, de réconcilier ses usages politiques avec l’analyse de l’outillage technique et formalisé des juristes ; d’autre part, de mieux distinguer les différentes formes de normativité, autrement dit de faire l’histoire comparée du concept et des mutations du droit.

Confronted with lawyers’ long cherished postulate of the autonomy of law and and of its utter « isolation » from the social world, social scientists have often been deterred from investigating legal thought as such. On the other hand, law faculties – particularly French ones —have proved rather reluctant to take up insights from sociology, anthropology and history into their curriculums. However, the last two decades have been witness to significant changes. Setting foot on legal soil, an increasing number of adventurous social scientists have tackled issues regarding both the social uses of law and the technicalities of its machinery. This issue of Tracés gives a snapshot of this changing relationship between law and the social sciences, thereby hinting at promising new prospects for research. Several papers examine how critical thinking has profited from defining law not as a mere instrument of domination, but also as a resource for defining, analysing and occasionally opposing a given situation. Other papers show this shift of perspective to be contingent on a better command of legal operations — e.g. legal fictions or legal qualifications — by social scientists and on their specific understanding of legal reasoning. Getting a better grasp of law might therefore require two tasks: first, combining an attention to the political uses of law with an analysis of the lawyers’ paraphernalia of formal and technical devices; secondly, discriminating more acutely between different types of normativity, in other words offering a comparative history of legal concepts and legal evolution.