Socio-anthropologie des judaïcités

Dire, faire et penser les mondes juifs

L’objectif de ce carnet est au moins triple :

  • mettre en dialogue les recherches en sociologie et anthropologie du fait juif, développées dans différents pays non seulement (en France, en Italie, en Suisse ou en Espagne, en Israël, aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil ou encore en Argentine, mais aussi dans des pays où ces recherches restent plus ou moins marginales et isolées – Maroc, Egypte, certains pays de l’Est…) ;
  • éclairer les recherches conduites dans les aires culturelles diversifiées à partir de l’exemple du monde juif. Ce dernier constitue de fait une sorte de laboratoire pour saisir, dans un monde tout à la fois intensément connecté et confronté à de nouvelles divisions et au renforcement des frontières, tant matérielles que symboliques, les régimes de distinction et d’affiliation, les ancrages locaux et les dynamiques d’extranéité, entre Israël, comme foyer ou référence de la judéité et du judaïsme, et des diasporas aux multiples espaces de référence. Au-delà de la contribution à la compréhension de l’objet « judaïsme », dont les contours doivent continuellement être redéfinis, car constamment retravaillés par la tension entre des centres et des marges de plus en plus nombreuses, la démarche scientifique prend part aux débats des différentes disciplines par un angle d’approche particulièrement approprié ;
  • tout en articulant leur réflexion à celle des sciences historiques dont l’apport est décisif pour saisir la spécificité de l’expérience collective des juifs au sein de l’histoire humaine, mettre en valeur la contribution des sciences de la société (principalement ici : sociologie, anthropologie, science politique et géographie) et des formes alternatives de savoirs (issues de la littérature, du cinéma, de la musique ou de la culture « pop » en sens large du terme), à l’analyse comparative des facettes multiples de l’appartenance juive. Il s’agit de montrer comment cette dernière est traversée par des dynamiques hétérogènes dans ses manières de penser et de mettre en pratique, à l’heure de la mondialisation, le principe de la distinction, au cœur même d’un judaïsme également caractérisé par sa diversité interne. En ce sens, travailler sur les mondes juifs, c’est aussi comprendre comment leur dynamisme et leur maintien à travers le temps se sont aussi peut-être abreuvés aux sources de cette diversité qui, loin de détruire l’idée d’unité, a au contraire paradoxalement contribué à la nourrir.

The goal of this carnet is at least threefold:

  • the first goal is to combine research works developed in the filed of sociology and anthropology related to Jewish studies, in different countries. Not only ailing from European or American (both north and south) countries, but also from countries where Jewish studies still play a marginal and isolated role (Morocco, Egypt, certain eastern countries...);
  • another goal is to inform researches conducted in other subjects, starting from the cases considered in the field of Jewish studies. In a world that is both extremely connected and at the same time confronted with new divisions and the strengthening of borders, both material and symbolic, this carnet constitutes a kind laboratory not only to grasp forms of distinction and affiliation, but also dynamics of local integration and marginality, between Israel, considered as the central reference for Jewishness and Judaism, and diasporas with their multiple affiliations and spaces of reference.In addition to contributing to the understanding of the topic "Judaism", whose contours are continuously redefined by the tensions between its center and its margins, the scientific approach here proposed takes part in the debate of different disciplines making use each time of an angle particularly appropriate to each one of them.
  • the third goal is to articulate the debate of social sciences together with that of historical sciences. This practice will be fundamental in order to grasp the specificities of the collective experience of Jews throughout history. This will also help to highlight the contribution from one side of social sciences (here: sociology, anthropology, political science and geography) and from the other of various forms of knowledge (such as: literature, cinema, music or pop culture in the broad sense of the term), to the construction of a comparative analysis of the multiple facets of Jewish identity. A jewish identity that is characterized by multiple dynamics when it comes to define and perform the principle of distinction, at a time of globalization and at the very hearth of Judaism, all the same constantly characterized by its internal differences. In this sense, to work on “the Jewish worlds” means also to understand how their dynamism, and their permanence through time, may have also fed on the sources of this internal diversity which, far from destroying the idea of unity, paradoxically contributed to its nourishment.

Éditeur

OpenEdition

OpenEdition est une infrastructure complète d’édition électronique au service de la communication scientifique en sciences humaines et sociales.

En savoir plus

Informations bibliographiques

Rédacteur(s) en chef

Michele Baussant

Année de création

2017

Date de mise en ligne

18 avril 2017

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

michele.baussant@cnrs.fr

Actualités