Histoire de l’éducation

Revue consacrée à l'histoire de l'éducation, sur le plan national et international (articles, actualités et compte rendus)

A journal dedicated to French and international history of education

Accéder au site
Histoire de l’éducation

Créée en 1978, et publiée par l’INRP, Histoire de l’éducation propose des articles qui dressent le bilan de l’état et des orientations de la recherche en histoire de l’éducation, en France et à l’étranger. Elle consacre également une large place aux comptes rendus d’ouvrages. Histoire de l’éducation s’adresse aussi bien aux historiens et aux chercheurs en sciences de l’éducation qu’aux enseignants et aux formateurs, qui sont nombreux à chercher, dans le passé de l’éducation, l’une des clés permettant de comprendre ses problèmes actuels.

Created in 1978, and published by the INRP, Histoire de l’éducation proposes articles assessing the state and direction of research into the history of education in and abroad. It also has a broad section devoted to accounts of works. Histoire de l’éducation is aimed at the very many historians, researchers, teachers and trainers of the educational sciences, who are keen to study education in the past to understand education in the present.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

revue.histoire-education@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Olivier Faron

Rédacteur(s) en chef

Philippe Savoie, Emmanuelle Picard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2000-2011

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trimestrielle

Année de création

1978

Date de mise en ligne

04 juin 2009

ISSN format électronique

2102-5452

ISSN format papier

0221-6280

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

revue.histoire-education@ens-lyon.fr

Adresse postale

Histoire de l’éducation
Service d’histoire de l’éducation
45 rue d’Ulm
75230 Paris Cedex 05
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

138 | 2013 – Apprendre à lire aux débutants dans les pays de langue romane (1750-1950)

Histoire de l'éducation n° 138
ISBN 978-2-84788-500-2
Ce numéro présente une histoire comparée des alphabétisations scolaires. En effet, les enquêtes révélant un illettrisme persistant ont mis à mal les histoires nationales pour qui l’action conjuguée de la loi (obligation scolaire) et de la science (méthodes nouvelles) garantissait une entrée en lecture universelle et irréversible. Plutôt qu’un progrès continu, l’approche historique doit repérer comment de nouveaux usages sociaux font changer à la fois les visées scolaires de la lecture et son enseignement.
Deux conceptions du savoir lire opposent ainsi la literacy anglo-saxonne et l’alphabétisation, concept usuel des pays de langues romanes. Cet écart est-il imputable à l’héritage religieux (catholique vs protestant), aux visées culturelles (lectures d’instruction vs utilitaires), aux langues (latines vs non latines), à des choix didactiques (méthodes) ?
Si le savoir lire n’est pas un invariant, l’analyse comparée des outils peut seule faire percevoir comment le déchiffrage et la compréhension ont (ou non) été articulés dans les pratiques de classe au fil du temps.
Le dossier conçu par E. Rockwell et A-M. Chartier présente des manuels en cinq langues, dans huit pays (Italie, Chili, Mexique, Espagne, Portugal, Brésil, France et États-Unis). Des années 1750 aux années 1950, on voit les décalages temporels entre pays, les techniques innovantes (illustrations, outils d’écriture) et la mise en place, vers 1900, des débats actuels entre « méthodes » (syllabique/phonique/globale). L’unanimité des discours théoriques contraste avec l’hétérogénéité des situations (urbain/rural, langue scolaire/langues locales) et en cherchant à ajuster les prescriptions au terrain, les maîtres modèlent de façon inédite les cultures scolaires nationales.

Issue 138 of Histoire de l’éducation presents a comparative history of beginning reading instruction. Various studies on the enduring problem of illiteracy have undermined the assumption of previous national histories that the joint action of legal requirements (compulsory schooling) and scientific advances in reading instruction (new methods) would guarantee universal and irreversible access to literacy. Rather than assuming continuous progress, the historical approach should seek to understand how novel uses of writing in societies have produced changes in both the purposes of teaching literacy and the means of instruction. For example, two contrasting conceptions of knowing how to read are expressed by the Anglo-Saxon term literacy and the French term alphabétisation (and its equivalents in Romance languages). Can the distinction be attributed to religious heritage (Catholic vs. Protestant), to cultural aims (instructional vs. utilitarian texts), to the origin of languages (Latin vs. non-Latin), or to instructional (didactic) choices?  If “knowing how to read” is not an invariant, a comparative analysis of the instruments used to teach reading might shed light on how decipherment and comprehension were (or were not) articulated in classroom practices at different times, in different contexts. 

The special issue coedited by A-M. Chartier and E. Rockwell presents articles on primers in five languages from eight countries (Italy, Chile, Mexico, Spain, Portugal Brazil, France and the United States) for the years 1750 to 1950. They jointly examine the different phases of change in reading instruction in these countries, the effect of technical innovations (illustrations, writing tools), and towards 1900 the emergence of contemporary debates on reading methods (syllabic, phonic, global or whole word). In these studies, the convergence of theoretical discourses contrasts with the heterogeneity of conditions in which reading was taught (urban/rural milieus, school language/local language). Furthermore they show that in the course of adapting prescriptions to local realities teachers have fashioned national school cultures in unexpected ways.