Histoire de l’éducation

Revue consacrée à l'histoire de l'éducation, sur le plan national et international (articles, actualités et compte rendus)

A journal dedicated to French and international history of education

Accéder au site
Histoire de l’éducation

Créée en 1978, et publiée par l’INRP, Histoire de l’éducation propose des articles qui dressent le bilan de l’état et des orientations de la recherche en histoire de l’éducation, en France et à l’étranger. Elle consacre également une large place aux comptes rendus d’ouvrages. Histoire de l’éducation s’adresse aussi bien aux historiens et aux chercheurs en sciences de l’éducation qu’aux enseignants et aux formateurs, qui sont nombreux à chercher, dans le passé de l’éducation, l’une des clés permettant de comprendre ses problèmes actuels.

Created in 1978, and published by the INRP, Histoire de l’éducation proposes articles assessing the state and direction of research into the history of education in and abroad. It also has a broad section devoted to accounts of works. Histoire de l’éducation is aimed at the very many historians, researchers, teachers and trainers of the educational sciences, who are keen to study education in the past to understand education in the present.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

revue.histoire-education@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Philippe Savoie, Emmanuelle Picard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2000-2013

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 3 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1978

Date de mise en ligne

04 juin 2009

ISSN format électronique

2102-5452

ISSN format papier

0221-6280

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation par les pairs

Délai moyen entre soumission et publication

23 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Politique de dépôt

http://heloise.ccsd.cnrs.fr/reviewid/703

Coordonnées

Courriel

revue.histoire-education@ens-lyon.fr

Adresse postale

Histoire de l’éducation
Service d’histoire de l’éducation
45 rue d’Ulm
75230 Paris Cedex 05
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

145 | 2016 – Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles)

Histoire de l'éducation n° 145 (couverture)

Les syndicats sont réputés aujourd’hui, sinon tout-puissants, du moins très influents dans la gestion de la carrière des enseignants. La cogestion qui s’exerce à travers les commissions paritaires est parfois analysée comme un trait d’un système néo-corporatiste ; mais pour caractériser cette situation, c’est parfois le corporatisme, en mauvaise part, qui est évoqué, au risque de faire tomber les luttes menées contre l’ « arbitraire administratif » dans les oubliettes de l’histoire. Il ne s’agit certes pas de restituer, dans un esprit apologétique, la mémoire des luttes menées par les personnels. Conformément au programme de la socio-histoire, il s’agit plutôt de montrer la genèse des idées et des conceptions qui ont abouti à la création d’institutions servant à administrer les hommes. Par ailleurs, le terme de corporatisme peut renvoyer à la « corporation enseignante », dont le souvenir a pu exercer une influence sur la façon dont la profession se représente. C’est pourquoi, associant histoire moderne et histoire contemporaine, nous avons choisi d’inscrire ce dossier dans le temps long. Le sujet peut paraître technique ; mais, croisant histoire administrative et histoire associative (et syndicale), il est bien une histoire d’hommes et de femmes. Au demeurant, on ne doit pas oublier que le but des organisations corporatives a d’abord été la défense du personnel. Négliger les questions dites « corporatives » serait ne pas rendre compte de la réalité du syndicalisme.

Today, unions are seen, if not as all-powerful, then at least very influential in the management of teachers' careers. Co-management by means of joint committees is sometimes regarded as the hallmark of a neo-corporatist system; but, in other instances, it is viewed negatively as a form of corporatism, at the risk of consigning the struggles against “arbitrary bureaucracy” to history. It certainly does not involve apologetically reviving the memory of the struggles waged by the teachers. What it does involve, however, is showing the development, in accordance with the socio-historical context, of the ideas and visions which led to the creation of institutions for managing people. Furthermore, “corporatism” may refer to the corporate origins of the teaching profession, the memory of which may have influenced the way in which the profession represents itself. This is why we have chosen to place this collection of articles into a longer time frame. The subject may seem technical; but it straddles the history of administration and the history of associations and unions, so it is indeed a history of men and women. Moreover, we must not forget that the aim of the corporate organisations was first and foremost to protect the interests of staff. If we were to ignore so-called "corporate" questions, we would be failing to take into account the reality of trade unionism.