Histoire & mesure

Revue qui s'attache à montrer les apports de l'usage du chiffre à la compréhension des phénomènes historiques et à proposer une réflexion critique sur l'histoire de la mesure et des outils statistiques

A journal promoting the use of statistical methods as a tool for historical research and exploring the history of measurement practices

Accéder au site
Histoire & mesure

Proposer des outils et présenter des méthodes de traitement statistique de l’information, faire usage du chiffre pour mesurer les phénomènes historiques et analyser des processus. Développer une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories largement préconstruites. Tels sont les objectifs poursuivis par Histoire & mesure, en publiant des articles et des comptes rendus de livres, qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l’histoire et la mesure au centre de leurs problématiques.

Histoire & mesure sets out firstly to present tools and methods for the statistical processing of information, so as to use figures to assess historical phenomena and analyse processes. And secondly, it sets out to develop thinking relating to the content and relevance of data, the conditions of data collection, and the pre-defined categories into which data is organised. The journal publishes articles and book reviews, which cut across time and disciplines, to place history and measurement at the heart of their questioning.

Éditeur

Éditions de l’EHESS

L'activité éditoriale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales s'inscrit dans la tradition et la vocation de l'institution, depuis la création de la VIe section de l'École Pratique des Hautes Études en 1947. Les Éditions de l’EHESS ont pour mission de faire connaître et diffuser, auprès de la communauté scientifique et d'un public curieux des sciences sociales, des recherches exigeantes et novatrices. En accord avec la tradition expérimentale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, elles participent à l'exploration de nouveaux champs de savoirs et travaillent au projet intellectuel des sciences sociales, dans la pluralité des manières de faire, des terrains et des périodes qui organisent ces disciplines.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

annesophie.bruno@gmail.com

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Pierre-Cyrille Hautcœur

Rédacteur(s) en chef

Anne-Sophie Bruno

Responsable de l'édition électronique

Alexia Chatirichvili

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2001-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 3 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1986

Date de mise en ligne

01 décembre 2005

ISSN format électronique

1957-7745

ISSN format papier

0982-1783

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

annesophie.bruno@gmail.com

Adresse postale

Histoire & mesure
Centre de recherches historiques
190-198 avenue de France
75244 Paris 13
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

XXX-1 | 2015 – La mesure des changements institutionnels

ISBN 978-2-7132-2473-7

Depuis que l’économie des institutions a pris son essor dans les années 1960-1970, cette approche particulière a rencontré un très large succès. Suivant cette démarche, les institutions – institutions publiques, entreprises… — ont été mises au cœur de l’analyse afin de regarder d’un œil nouveau les marchés et les institutions précapitalistes en Europe et ailleurs, sur la longue durée. Cependant, si toutes les institutions et les formes économiques trouvent leur justification, alors comment expliquer leurs transformations, voire disparitions, et la formation de nouvelles institutions sans tomber dans une justification ex-post ? Comment mesurer l’efficacité des institutions ? Comment prouver que le changement institutionnel a été le fait de cette efficacité plus élevée ? C’est à partir de ce questionnement que nous avons décidé de demander à des auteurs travaillant sur des périodes et des régions différentes du monde de préciser le rôle des institutions et des marchés dans leurs domaines respectifs : les corvées et le travail en France au XVIIIe siècle ; le crédit au Japon au XIXe et XXe siècle ; les services et les communications en URSS ; les institutions dans l’Afrique post-coloniale.

Since it gained currency in the 1960s and 1970s, the economics of institutions has been very successful. This approach placed institutions – public institutions and companies – at the heart of analysis in order to afford a new perspective on pre-capitalist markets and institutions in Europe and elsewhere, over the long term. However, if there is a justification for all institutions and economic forms, then how can we explain their transformation, if not disappearance, and the formation of new institutions without lapsing into justification after the fact? How can the efficiency of institutions be measured? How can institutional change be proven to have resulted from that greater efficiency? Prompted by questions such as these, we asked authors working on different periods and regions of the world to clarify the role of institutions and markets in their respective fields: the corvée, or compulsory labour, in eighteenth-century France; credit in Japan in the nineteenth and twentieth centuries; services and communications in the USSR; and institutions in post-colonial Africa.