Histoire & mesure

Revue qui s'attache à montrer les apports de l'usage du chiffre à la compréhension des phénomènes historiques et à proposer une réflexion critique sur l'histoire de la mesure et des outils statistiques

A journal promoting the use of statistical methods as a tool for historical research and exploring the history of measurement practices

Accéder au site
Histoire & mesure

Proposer des outils et présenter des méthodes de traitement statistique de l’information, faire usage du chiffre pour mesurer les phénomènes historiques et analyser des processus. Développer une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories largement préconstruites. Tels sont les objectifs poursuivis par Histoire & mesure, en publiant des articles et des comptes rendus de livres, qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l’histoire et la mesure au centre de leurs problématiques.

Histoire & mesure sets out firstly to present tools and methods for the statistical processing of information, so as to use figures to assess historical phenomena and analyse processes. And secondly, it sets out to develop thinking relating to the content and relevance of data, the conditions of data collection, and the pre-defined categories into which data is organised. The journal publishes articles and book reviews, which cut across time and disciplines, to place history and measurement at the heart of their questioning.

Éditeur

Éditions de l’EHESS

L'activité éditoriale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales s'inscrit dans la tradition et la vocation de l'institution, depuis la création de la VIe section de l'École Pratique des Hautes Études en 1947. Les Éditions de l’EHESS ont pour mission de faire connaître et diffuser, auprès de la communauté scientifique et d'un public curieux des sciences sociales, des recherches exigeantes et novatrices. En accord avec la tradition expérimentale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, elles participent à l'exploration de nouveaux champs de savoirs et travaillent au projet intellectuel des sciences sociales, dans la pluralité des manières de faire, des terrains et des périodes qui organisent ces disciplines.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

annesophie.bruno@gmail.com

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Pierre-Cyrille Hautcœur

Rédacteur(s) en chef

Anne-Sophie Bruno

Responsable de l'édition électronique

Alexia Chatirichvili

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2001-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 3 ans

Périodicité

Semestrielle

Année de création

1986

Date de mise en ligne

01 décembre 2005

ISSN format électronique

1957-7745

ISSN format papier

0982-1783

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

52 semaines

Coordonnées

Courriel

annesophie.bruno@gmail.com

Adresse postale

Histoire & mesure
Centre de recherches historiques
190-198 avenue de France
75244 Paris 13
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

XXXI-1 | 2016 – Varia

ISBN 978-2-7132-2521-5

Un premier ensemble d’articles porte sur le fonctionnement des marchés fonciers et immobiliers. Jérôme Viret, analysant un corpus de ventes dans le Perche au XVIe et au XVIIe siècles, observe l’articulation entre un marché impersonnel, et majoritaire, et les stratégies intra-familiales de gestion du patrimoine foncier. David Le Bris explore les pratiques d’attribution des prêts immobiliers par le Crédit foncier au XIXe siècle, qui reposent sur une évaluation de la valeur des biens, et non du profil des emprunteurs. Loïc Bonneval interroge quant à lui, à partir du cas lyonnais, les relations complexes entre l’encadrement administratif des loyers et la mobilité des locataires au XXe siècle.

Le second ensemble regroupe des textes animés par une même démarche méthodologique. Stéphanie Ginalski et Alix Heiniger mettent en lumière l’hétérogénéité des réseaux de la réforme genevoise au début du XXe siècle. La comparaison des réseaux des grandes entreprises en Allemagne, en France et aux États-Unis au XXe siècle permet à Paul Windolf de montrer l’existence de formes variées d’organisation du capitalisme, mais aussi leur convergence en fin de période.

Enfin, l’article de Bernard Ycart revient sur la diffusion de la mode statistique à la fin des années 1830, et les réticences que suscite la représentation probabiliste de la société, à rebours d’une statistique plus descriptive alors en vogue.