Mots. Les langages du politique

Revue interdisciplinaire à la croisée des sciences du langage, des sciences du politique et des sciences de l'information

A multidisciplinary journal gathering contributions on language sciences, political sciences and information studies

Accéder au site
Mots. Les langages du politique

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol. La revue est publiée avec le concours du CNRS et de la Région Rhône-Alpes, et avec l’appui scientifique des UMR ICAR et Triangle, de l’EA CEDITEC et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).

Mots is a thematic journal devoted to the narratives, vocabulary, and languages of the political and social fields. It does not focus on one “speciality language”, but attempts to present, theme by theme, in depth analyses of discourse in context in characteristic environments of usage. Although focussing on problems of semiology and the sciences of language, the journal is interdisciplinary, and open to the communication sciences, history, political sciences, political philosophy, sociology and social statistics. The journal is published with the support of the CNRS and the CNL.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

mots@revues.org

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jacques Samarut

Rédacteur(s) en chef

Paul Bacot

Responsable de l'édition électronique

Patrick Tillard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2012

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trois numéros par an

Année de création

1980

Date de mise en ligne

01 janvier 2008

ISSN format électronique

1960-6001

ISSN format papier

0243-6450

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai entre soumission et publication

30 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Politique de dépôt

http://heloise.ccsd.cnrs.fr/reviewid/574

Coordonnées

Courriel

mots@revues.org

Adresse postale

Mots. Les langages du politique
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

110 | 2016 – Le geste, emblème politique

Mots n° 110
ISBN 978-2-84788-793-8
15 x 23 cm

Élément non discursif de langage, d’expression et de communication, le geste peut être défini comme un « mouvement du corps […] visant à exprimer quelque chose » (Le Petit Robert). Le geste politique visé dans ce dossier n’est pas celui des études sur la « gestuelle » des personnalités politiques ni celui, coverbal, qui accompagne le discours ou encore celui qui se substitue au message verbal dans une interaction, dit « emblématique » ou « quasi-linguistique » parce qu’il est compréhensible sans la parole.

Ce sont plutôt les gestes « militants » eux-mêmes, leurs usages, leurs variations, leurs interprétations et les commentaires qu’ils suscitent, qui font l’objet de ce dossier, et non les actes individuels, éphémères, isolés, de tel acteur politique, quand bien même ces derniers ont pu devenir « symboliques ».

La gestualité qui retient ici notre attention s’apparente davantage à ce que les auteurs de l’ouvrage Des gestes en histoire. Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique (Ambroise-Rendu, D’Almeida et Edelman, 2006, p. 11) appellent des « gestiques » : « ces gestes considérés comme moyens délibérés et organisés d’expression, sorte de langage possédant sa grammaire propre ». Conscients, intentionnels, conventionnels, démonstratifs, appris, revendiqués, repris, ritualisés, effectués individuellement ou collectivement, dans une mise en scène ou une forme de théâtralité, ces gestes et postures permettent une expression politique, marquent une identité ou affirment une appartenance à un groupe ou à une communauté. Servant d’emblème, ils constituent des signes visibles, ostentatoires de ralliement, d’engagement ou de reconnaissance, disent une cause, expriment une allégeance, appellent à la mobilisation ou servent à résister ou à protester.

A non-discursive element of language, expression and communication, the gesture can be defined as a “movement of the body… aiming to express something” (Le Petit Robert). The type of political gesture examined in this dossier is neither one of political figures in studies on “non-verbal communication”, nor a coverbal gesture accompanying a speech, or even one which replaces a verbal message in an interaction; referred to as “symbolic” or “quasi-linguistic” because it is intelligible without speech.

Instead gestures which are themselves “activist” – in their usage, their variations, their interpretations and the remarks they elicit – are the object of this dossier, as opposed to individual movements, fleeting, isolated, of particular political actors; even if the latter gestures have taken on a “symbolic” signification.

According to the authors of the work Des gestes en histoire. Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique (Ambroise-Rendu, D’Almeida and Edelman, 2006, p. 11), the types of non-verbal communication which most attract our attention here are those which they refer to as “gestiques”:“those gestures considered as a deliberate and organised means of expression, a type of language possessing its own grammar”. Conscious, intentional, conventional, demonstrative, learnt, demanded, revived, ritualised, performed individually or collectively, directed or in a form of theatricality, these gestures and postures enable political expression, define an identity or affirm an affiliation to a group or community. Serving as symbols, they constituent visible, ostentatious signs: rallying, engaging or recognising, conveying a cause, expressing an allegiance, calling for mobilisation, resisting or protesting.