Mots. Les langages du politique

Revue interdisciplinaire à la croisée des sciences du langage, des sciences du politique et des sciences de l'information

A multidisciplinary journal gathering contributions on language sciences, political sciences and information studies

Accéder au site
Mots. Les langages du politique

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol. La revue est publiée avec le concours du CNRS et de la Région Rhône-Alpes, et avec l’appui scientifique des UMR ICAR et Triangle, de l’EA CEDITEC et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).

Mots is a thematic journal devoted to the narratives, vocabulary, and languages of the political and social fields. It does not focus on one “speciality language”, but attempts to present, theme by theme, in depth analyses of discourse in context in characteristic environments of usage. Although focussing on problems of semiology and the sciences of language, the journal is interdisciplinary, and open to the communication sciences, history, political sciences, political philosophy, sociology and social statistics. The journal is published with the support of the CNRS and the CNL.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

mots@revues.org

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Chloé Gaboriaux

Responsable de l'édition électronique

Patrick Tillard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2013

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trois numéros par an

Année de création

1980

Date de mise en ligne

01 janvier 2008

ISSN format électronique

1960-6001

ISSN format papier

0243-6450

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Politique de dépôt

http://heloise.ccsd.cnrs.fr/reviewid/574

Coordonnées

Courriel

mots@revues.org

Adresse postale

Mots. Les langages du politique
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

116 | 2018 – Dire ou ne pas dire la « race » en France aujourd'hui

couverture
15 x 23 cm

Il peut sembler paradoxal de trouver, dans bon nombre de discours publics contemporains invoquant des valeurs républicaines et universalistes, des stéréotypes stigmatisant ou valorisant des groupes de personnes en raison de leur apparence et/ou de leur culture, religion, ou mode de vie supposés, que le mot race soit employé ou non. Ce constat rejoint le « dilemme français » évoqué par plusieurs chercheurs pour souligner la contradiction entre la banalisation du référentiel racial dans l’espace public français et le modèle républicain classique aveugle à la situation minoritaire de groupes sociaux racisés. L’usage de catégories « raciales » (qu’il s’agisse de l’emploi du mot race ou de l’activation du concept) fait également débat lorsqu’il est attesté dans des discours visant explicitement à combattre le racisme à des fins de lutte contre les discriminations (discours institutionnels ou militants) et/ou de revendication identitaire (discours de l’antiracisme dit politique). On touche là le « paradoxe racial » déjà signalé, qui consiste à reconnaître l’inexistence – avérée – de races humaines, tout en utilisant des catégories « raciales » pour décrire un processus social de racialisation aux effets également avérés. Les contributions du dossier analysent à la fois comment se dit ou ne se dit pas la « race » dans certains discours politiques et médiatiques. Ce faisant, elles posent à nouveaux frais la question de savoir pourquoi dire ou ne pas dire la « race » en France aujourd'hui, et au-delà incitent à se demander si un discours antiraciste – scientifique ou militant – le doit ou le devrait.

Contemporary public discourse often invokes equality under the laws of the republic and universalist values while resorting to the negative or positive stereotyping of groups (defined by the physical appearance of individuals, their culture, their religion and/or what is supposed to be their way of  life). That seeming paradox is a recurring feature of public discourse whether the term race is used or not. That is the “French dilemma” described by academics: the generalization of the racial lexicon in the French public sphere contradicts the classical understanding of the French republican model, which is blind to the minority status of racialized groups. The use of racial categories (whether when the term race is used or when the concept is activated) is also debated when found in explicitely anti-racist and anti-discriminatroy discourse, which is the case of institutional or activist discourse, and/or in the discourse of identity politics (in the case of what is called political anti-racist discourse). The aforesaid “racial paradox” consists in recognizing the actual inexistence of human races, while using racial categories to describe a social process of racialization and its actual effects. The papers in this dossier analyse how “race” is talked about or not in the media or in the political sphere. They shed new light on the pros and cons of talking about race in France today and beyond that question, they explore whether antiracist, activist or academic discourses should do so.

Puede parecer paradojal encontrar, en una gran cantidad de discursos públicos contemporaneos, evocando valores republicanos y universalistas, estereotipos que estigmaticen o valoricen grupos de personas en razón de su apariencia y/o de su cultura, religión, o modo de vida supuestos, en los que la palabra raza esté empleada o no. Esta constatación está relacionada con el «dilema francés» mencionado por varios investigadores para subrayar la contradicción entre la banalización del referencial racial en el espacio público francés y el modelo republicano clásico ciego frente a situación minoritaria de grupos sociales racializados. El uso de categorías «raciales» (ya sea que se trate del empleo de la palabra race o de la activación del concepto) configura también el debate cuando está comprobado en los discursos que combaten explicitamente el racismo con el propósito de luchar contra las discriminaciones (discursos institucionales o militantes) y/o de reivindicación identitaria (discurso del antiracismo llamado político). Se siente ahi la «paradoja racial» ya señalada, que consiste en reconocer la inexistencia – comprobada – de las razas humanas, recurriendo al mismo tiempo al uso de categorías «raciales» para describir un proceso social de racialización con sus efectos también comprobados. Las contribuciones del presente dossier analizan a la vez como se dice o no se dice la «raza» en ciertos discursos políticos y mediáticos. Al mismo tiempo, planteando de nuevo la cuestión de saber porqué decir o no decir «race» en Francia hoy en día, y aun mas, incitan a preguntarse si un discurso antiracista – científico o militante – debe o debería hacerlo.