Mots. Les langages du politique

Revue interdisciplinaire à la croisée des sciences du langage, des sciences du politique et des sciences de l'information

A multidisciplinary journal gathering contributions on language sciences, political sciences and information studies

Accéder au site
Mots. Les langages du politique

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol. La revue est publiée avec le concours du CNRS et de la Région Rhône-Alpes, et avec l’appui scientifique des UMR ICAR et Triangle, de l’EA CEDITEC et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).

Mots is a thematic journal devoted to the narratives, vocabulary, and languages of the political and social fields. It does not focus on one “speciality language”, but attempts to present, theme by theme, in depth analyses of discourse in context in characteristic environments of usage. Although focussing on problems of semiology and the sciences of language, the journal is interdisciplinary, and open to the communication sciences, history, political sciences, political philosophy, sociology and social statistics. The journal is published with the support of the CNRS and the CNL.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label ERIH

Services

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

mots@revues.org

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Jean-François Pinton

Rédacteur(s) en chef

Chloé Gaboriaux

Responsable de l'édition électronique

Patrick Tillard

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2013

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trois numéros par an

Année de création

1980

Date de mise en ligne

01 janvier 2008

ISSN format électronique

1960-6001

ISSN format papier

0243-6450

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Politique de dépôt

http://heloise.ccsd.cnrs.fr/reviewid/574

Coordonnées

Courriel

mots@revues.org

Adresse postale

Mots. Les langages du politique
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

113 | 2017 – Écrire le genre

Mots n° 113
ISBN 978-2-84788-892-8
15 x 23 cm

Depuis plusieurs années, en France notamment, l’égalité des droits entre femmes et hommes est régulièrement réaffirmée par les textes réglementaires et les revendications féministes. Or ce discours politique ne se traduit pas que dans les lois et les pratiques économiques : il passe aussi par une politique du discours, en particulier via le recours à des protocoles rédactionnels rendant visible la présence des femmes dans l’écriture (Circulaires du Premier Ministre, 11 mars 1986, 6 mars 1998, articles L-1132-1 et 5321-2 du Code du travail, article 25-1 du Code pénal). La volonté d’égalité implique alors une représentation équilibrée du masculin et du féminin dans les discours, soit par des essais de neutralisation (dont le fameux et désormais contesté « masculin générique »), soit par des graphies innovantes qui assurent la coprésence des formes (é.e, éE, é(e), etc.). Mais comment mettre concrètement en pratique cette plus grande égalité des genres, en France, en l’absence de recommandations institutionnelles fortes ? Et refuser les nouvelles formes graphiques signifie-t-il une hostilité à l’agenda égalitariste ? C’est à ces procédés et à leurs implications linguistiques et politiques que ce numéro de Mots sera consacré.

In recent years, gender equality has been regularly reaffirmed in a number of countries, including France, through both legislation and feminist claims. This political stance is not only reflected in the law and in economic practices: it also translates into proactive language policies which seek to increase the visibility of women in written discourse, mainly in the form of guidelines for the use of gender-fair language (in France, one can cite the Prime ministerial circulars of 11 March 1986 and 6 March 1998; articles L-1132-1 and 5321-2 of the labour code; or article 25-1 of the criminal code). This pursuit of equality involves a well-balanced representation of the masculine and feminine genders, either through attempts at gender-neutralisation (countering the systematic use of the so-called ‘generic masculine’), or through innovative written forms that specify both genders (é.e, éE, é(e), etc.). But in practical terms, how exactly can increased gender equality be implemented in France, given the lack of strong institutional recommendations? Besides, should anyone who rejects the new written forms be regarded as automatically hostile to the whole gender-equality enterprise? This is what issue 113 of Mots addresses, exploring the written forms used to foster gender equality and their linguistic and political implications.

Desde hace unos años, especialmente en Francia, la igualdad de género está reafirmada de manera regular por textos reglementarios y reinvidicaciones feministas. Sin embargo, este discurso político se traduce no sólo en las leyes y los usos ecónomicos : también pasa por una política del discurso, en particular gracias al recurso a unos protócolos de redacción que dando visibilidad a la presencia de las mujeres en la escritura (Órdenes ministeriales del Primer Ministro, 11 de Marzo de 1986, 6 de marzo 1998, artículos L-1132-1 et 5321-2 del Código laboral, artículo 25-1 del Código penal). La voluntad de igualdad implica pues una representación equilibrada del masculino y del femenino en los discursos, sea por tentativas de neutralización (cuyo famoso y ahora contestado « masculino genérico »), sea por grafías innovadoras que aseguran la presencia de las formas (é.e, éE, é(e), etc.). Pero cómo concretamente poner en práctica esa mayor igualdad de généro, en Francia, sin recomandaciones institucionales fuertes ? Y rechazar las nuevas formas gráfica significa pues una hostilidad a la agenda igualitarista ? Este número de Mots está dedicado a estos procedimientos y a sus implicacions linguísticas y políticas.