Revue italienne d’études françaises

Littérature, langue, culture

Revue consacrée à la littérature, la langue et la culture françaises

Accéder au site
Revue italienne d’études françaises

La Revue italienne d’études françaises revendique son appartenance à la tradition de la « francesistica » italienne et s’adresse à tous les chercheurs dans le domaine de la littérature, de la langue et de la culture françaises.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

rief.redaction@gmail.com

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Francesco Fiorentino

Rédacteur(s) en chef

Barbara Sommovigo

Responsable de l'édition électronique

Marta Ingrosso, Serena Peregro

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2011-2016

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Annuelle

Année de création

2011

Date de mise en ligne

27 mars 2015

ISSN format électronique

2240-7456

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

10 semaines

Coordonnées

Courriel

rief.redaction@gmail.com

Adresse postale

Revue italienne d’études françaises
Seminario di Filologia Francese
c/o Fondazione Primoli Via Zanardelli
1/C 00186 Roma
Italia

Ville de production

Roma

Actualités

Nouveau numéro

7 | 2017 – Figures littéraires de la haine

Le numéro 7 de la Revue Italienne d’études françaises paraît le 15 novembre et non plus le 15 décembre comme les années précédentes. Nous avons décidé d’anticiper sa sortie pour ne pas accaparer indûment nos lecteurs juste avant les fêtes de Noël. Dorénavant les prochains numéros respecteront cette date.

En outre, à partir du mois de décembre, notre revue aura une nouvelle adresse : journals.openedition.org/rief. Nous tenons à rassurer nos lecteurs: une redirection automatique sera mise en place. Ce changement s’inscrit dans un processus de développement du portail OpenEdition qui héberge notre revue et dont la finalité est de renforcer la visibilité internationale de la plateforme. Nous ne pouvons de notre part que nous réjouir de cette décision.

La section monographique de ce numéro 7 rassemble une partie des communications du colloque Figures littéraires de la haine. Rhétorique et sémantique d’un sentiment public, organisé par le Seminario di Filologia francese à l’Université de Bari « Aldo Moro ». Ce sujet, d’une actualité cruelle, a été abordé par le biais de différents domaines (la haine religieuse, raciste, politique, sexuelle, littéraire) et dans une perspective à la fois historique (à partir du XVIe siècle) et rhétorique.

Nous avons le plaisir de signaler que l’article d’Enrico Guerini, Stratégies narratives de la confession homosexuelle dans les autobiographies d’André Gide et Julien Green, qui figure dans la section Mélanges, a obtenu le prix Jeune Chercheur 2017 de l’AIEF. Ce succès, qui évidemment fait aussi honneur à la RIEF, confirme le bien-fondé de l’ouverture de la revue aux jeunes chercheurs, ainsi que la rigoureuse justesse des choix que nous effectuons.

Dans la rubrique Seuils poétiques, Olivier Bivort présente et commente les différentes versions des traductions des poésies de Baudelaire élaborées par Pasolini : « elles permettent - écrit Bivort - de décrire pas à pas les étapes de la traduction sur les plans syntagmatique, paradigmatique et métrique, elles offrent de précieuses indications sur la technique et sur la méthode du traducteur, elles présentent enfin tous les éléments nécessaires pour établir les bases d’une "poétique" de la traduction des Fleurs du mal selon Pier Paolo Pasolini ». Dans Le point sur, le sujet choisi, l’auto-traduction, a été confié à une linguiste, Nadine Celotti, et à une littéraire, Valeria Sperti, ce qui a permis de confronter et intégrer ces deux perspectives. Leurs deux articles sont complétés par l’auto-traduction des Bagatelles du poète polyglotte Riccardo Held, dans lesquelles celui-ci a su combiner grâce et ironie, en italien comme en français. Dans la rubrique Rencontres, nous publions un dialogue entre Paul Aron et Jérôme Meizoz sur littérature, histoire et sciences sociales, qui illustre certains enjeux capitaux de la sociologie littéraire telle qu’on la pratique de nos jours. Enfin, dans Relectures nous avons traduit l’article « Stendhal e i congegni a margine » de l’éminent stendhalien Massimo Colesanti, qui fut l’un des fondateurs du Seminario di Filologia francese.

Pour finir, nous tenons à remercier Simone Bacchelli, Giulia Biasci, Valeria Dei, Marta Ingrosso, Iacopo Leoni, Alice Morosi, Dario Maria Nicolosi, Serena Perego, doctorants et jeunes docteurs de l’Université de Pise, qui ont bien voulu nous aider à préparer ce numéro.