La Nouvelle Revue du Travail

Revue de sociologie du travail

Journal of sociology interested in the concept of work

Accéder au site
La Nouvelle Revue du Travail

La NRT s'intéresse à la question du travail, considéré comme une notion transversale au carrefour de différents courants de la sociologie. Publiant les travaux de chercheurs et de praticiens, la revue se propose d'être un lieu de débat théorique et épistémologique. Elle s’adresse au delà du public académique, à un public de praticiens dans les entreprises et les administrations publiques. La NRT débat également la question du travail avec les autres disciplines et à l’échelle internationale.

Éditeur

Nouvelle revue du travail

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

nrtravail@gmail.com

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Jean-Pierre Durand

Responsable de l'édition électronique

Arnaud Chabrol

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2012-2016

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2012

Date de mise en ligne

10 décembre 2012

ISSN format électronique

2263-8989

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

30 semaines

Coordonnées

Courriel

nrtravail@gmail.com

Adresse postale

La Nouvelle Revue du Travail
104, rue Mozart
94400 Vitry sur Seine
France

Ville de production

Vitry sur Seine

Actualités

Nouveau numéro

9 | 2016 – Les espaces du travail

NRT9 – Couverture

L’espace de travail prend depuis le début des années 1990 une importance nouvelle au sein des entreprises et des administrations dont traite le Corpus de ce numéro. Il semble (re)devenir une composante stratégique des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. Au-delà de cette actualité, l’espace s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. En effet, l’organisation du travail et l’organisation spatiale entretiennent des relations étroites depuis le début du xxe siècle. La perspective sociohistorique permet de nous éclairer sur l’évolution de la pensée managériale des bureaux et des relations tissées avec les conceptions managériales du travail tertiaire. Dans le même temps, cette lecture sociohistorique permet de montrer combien les modes d’aménagement traduisent spatialement les principes d’organisation valorisés et leurs visées, parfois hésitantes ou paradoxales.

Au-delà de ces perspectives historiques, que nous apprend l’analyse de l’espace sur le travail ? Les différentes contributions nous amènent à considérer l’espace comme la scène où se jouent à la fois rapport salarial, rapports sociaux et relation de service. L’espace, en réunissant dans un même lieu des publics différents avec des enjeux spécifiques, conduit en effet à des situations de superposition ouvrant sur des « conflits serviciels » : il devient à la fois le lieu d’expression des tensions et un moyen de lutte pour la reconnaissance d’activités socialement déconsidérées.

De manière générale, l’espace restitue une opposition permanente entre dépossession organisationnelle et réappropriation individuelle et collective. Il constitue tour à tour (ou simultanément) un moyen de cadrage de l’activité de travail et un moyen d’action des travailleurs dans la réaffirmation de leur quête de reconnaissance et de leur capacité d’agir.

Toujours à propos de l’espace de travail, la rubrique Champs et contrechamps interroge quelques stratégies de photographes souhaitant sortir de l’approche documentaire. Ce qui nous plonge dans l’art contemporain tout en questionnant de nouveau le rapport de la photographie au réel, sur cet objet bien concret et difficile à photographier qu’est l’espace de travail. Le premier article de la rubrique Varia traite du nettoyage industriel, donc de la proximité spatiale de travailleurs aux occupations fort différenciées : l’auteur montre comment des stratégies communes peuvent améliorer les conditions de travail des plus démunis face à leur employeur. En jouant sur la polysémie du terme « ingrédients », le second article de Varia nous invite à penser ce que peut-être la créativité en gastronomie : sur quelles ressources fonder l’innovation en cuisine, dans un secteur singulier caractérisé par l’éphémère et la subjectivité des clients ? Dans le dernier article de la rubrique, l’auteur montre comment, dans les situations de travail étudiées, le collectif s’impose à l’individu comme agent socialisateur pour construire un éthos professionnel dont l’une des dimensions est la maîtrise et le contrôle des émotions.

La Controverse revient sur la proximité de la sociologie avec la clinique de l’activité pour expliciter les tensions et les divergences entre ces approches. La diversité des objets traités et des méthodes, mais aussi la place accordée à la contextualisation du travail lui-même partagent les intervenants tout en réaffirmant des convergences. La rubrique Matériaux offre un témoignage délicatement ciselé éclairant les difficultés que peut rencontrer une femme créant son entreprise : l’envers du décor met en exergue l’importance des ressources sociales et économiques pour des victoires dans des combats toujours recommencés.