La Nouvelle Revue du Travail

Revue de sociologie du travail

Journal of sociology interested in the concept of work

Accéder au site
La Nouvelle Revue du Travail

La NRT s'intéresse à la question du travail, considéré comme une notion transversale au carrefour de différents courants de la sociologie. Publiant les travaux de chercheurs et de praticiens, la revue se propose d'être un lieu de débat théorique et épistémologique. Elle s’adresse au delà du public académique, à un public de praticiens dans les entreprises et les administrations publiques. La NRT débat également la question du travail avec les autres disciplines et à l’échelle internationale.

Éditeur

Nouvelle revue du travail

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

nrtravail@gmail.com

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Jean-Pierre Durand

Responsable de l'édition électronique

Arnaud Chabrol

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2012-2015

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle

Année de création

2012

Date de mise en ligne

10 décembre 2012

ISSN format électronique

2263-8989

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

nrtravail@gmail.com

Adresse postale

La Nouvelle Revue du Travail
104, rue Mozart
94400 Vitry sur Seine
France

Ville de production

Vitry sur Seine

Actualités

Nouveau numéro

7 | 2015 – Droit et travail

NRT7-couverture

Face aux critiques proférées à l’encontre du Code du travail, quant à son épaisseur ou à sa complexité, force est de rappeler que sa fonction première réside dans la protection des salariés et des organisations syndicales face aux abus patronaux. Toute recherche de simplification du Code du travail ne peut donc que laisser craindre un amenuisement de cette protection. Le Corpus de ce numéro de La Nouvelle Revue du Travail interroge le lent glissement des rapports entre capital et travail au bénéfice du premier dans une situation économique profondément transformée depuis les lois Auroux de 1982. Les solutions individuelles en place des accords collectifs, le développement des emplois dits atypiques, les déréglementations dans la fonction publique, etc. apparaissent de plus en plus légitimes face à la mondialisation et à la financiarisation du système socio-économique. Ce Corpus propose aussi des incursions historiques et des contrepoints belges et britanniques.
La Controverse prolonge ces interrogations sur les rapports entre travail et droit : plusieurs juristes et gestionnaires y débattent du droit d’accès des salariés à l’information économique et sociale. Quelle distance l’Histoire a-t-elle créée entre les principes et leur mise en œuvre concrète ? Comment cet accès dépend-il des rapports de forces entre patronat et salariés et quelles sont les limites de l’usage de ce droit par ces derniers ? Enfin, comment élaborer un droit de l’entreprise qui conduise à sa démocratisation ?
Dans la rubrique Varia, les auteurs abordent des spécificités françaises : les conseillers techniques sportifs qui préparent les athlètes de haut niveau aux grandes compétitions internationales. Comment accède-t-on à ce corps spécifique de la fonction publique d’État ? À partir de quelles trajectoires et quelles sont les mobilités professionnelles ultérieures ? Le second article explore le poids des apparences physiques lors du recrutement du personnel d’accueil dans les secteurs public et privé : comment, malgré l’existence d’un cadre législatif antidiscriminatoire, ces apparences continuent-elles à jouer un rôle décisif ?
Dans Champs et contrechamps, l’un des deux réalisateurs du documentaire C’est quoi ce travail ? répond aux questions de La Nouvelle Revue du Travail à propos de leur film tourné dans une usine automobile dans laquelle un compositeur de musique contemporaine était en résidence. L’entrelacs de la création de l’un et du travail répétitif des ouvriers et ouvrières conduit les réalisateurs à renouveler la manière de traiter le travail en atelier. Dans l’entretien, le réalisateur développe sa conception du processus d’écriture cinématographique d’un tel documentaire, à la fois du point de vue sociologique et du point de vue technique.
La rubrique Matériaux propose de larges extraits d’un entretien avec une factrice pionnière de la féminisation du métier. Sans vivre sa situation comme telle – quoique le métier soit largement masculin –, cette factrice répond tout en nuances aux interrogations sur les mécanismes de féminisation de cette profession. Ce numéro de la revue s’achève sur près d’une vingtaine de recensions, quelques fois plutôt mordantes.