Catalogue des publications

Non-lieux de l'Exil

Non-places of Exile

Accéder au site

Dans ses définitions les plus communes, l’exil est le résultat d’une sanction, d’un bannissement, d’une condamnation à quitter sa terre. Qu’il s’agisse de fuir la menace d’une persécution, d’une déportation ou de la recherche d’un mieux vivre économique et social, l’exil est souvent implicitement associé au deuil de la patrie ou de la famille perdues, à la nostalgie de l’âge d’or qui l’aurait précédé, au sentiment de perte identitaire et de déracinement. L’exil s’articule selon des temporalités distinctes (pré-exil, exil, post-exil). Inventée au XXème siècle, la notion d’« exil intérieur », signifie en outre que le déplacement physique de l’ « exilé » n’est pas une condition sine qua non de sa mort politique et sociale. Enfin, l’exil peut être revendiqué comme une identité spécifique, ou comme une condition du multiculturalisme, c'est-à-dire patrimonialisé : il est ainsi possible, au sein des mémoires créées par les descendants d’exilés, « de nourrir la nostalgie d’un pays que l’on a jamais connu, d’éprouver le manque d’une langue que l’on a jamais parlée » (Alexis Nouss).C’est dire qu’à la fois notion ample et élément constitutif de toute pensée du lieu et du lien, l’exil n’est pas réductible à ses seuls aspects historiques et sociaux. Il paraît donc intéressant d’explorer ce qu’il recèle d’immatérialité, de « non-lieux ». L’exil peut en effet se percevoir dans la simultanéité d’un ici et d’un là-bas, de lieux concrets et de territoires métaphoriques. En ce dernier sens, les lieux de l’exil sont d’abord des non-lieux : espaces affectifs de l’ailleurs et de ses périphéries mouvantes, seuils éphémères entre témoignages et à venir ; mais aussi bien, ils sont des lieux nouveaux, espaces renouvelés par l’expression artistique, littéraire, dramaturgique ou musicale. Dans tous les cas, ces lieux / non-lieux singuliers engagent une façon d’être au monde, interrogeant distances et attentes, sensations d’incomplétude ou utopies de rassemblement, inventant des citoyens de nations sans frontières. Dans cette perspective, l’exil devient valeur et héritage, transmission d’un vécu constamment revisité et recomposé par une pluralité d’acteurs et d’expériences, de l’artiste au traducteur, de la photographie à la musique, en passant par l’écriture, le théâtre et le cinéma : que nous offrent ces images et imaginaires de l’exil ? Que se joue-t-il dans la permanence et la diversité de ces non-lieux ?

NON-PLACES OF EXILEIn its most common definitions, exile is the result of a sanction, of a banishment, or of a condemnation to leave one’s country. Whether it is a case of fleeing the threat of persecution, being deported or searching for better living conditions, exile is often implicitly associated with the mourning of one’s homeland or of lost family, with nostalgia for a preceding golden era, and with a feeling of lost identity and uprooting. Exile is defined according to distinct timeframes (pre-exile, exile, post-exile). There is another notion of exile, however: internal exile, which was coined in the 20th Century, and demonstrates that the social and political withdrawal that exile brings does not necessarily come from an actual physical displacement. Exile can also be regarded as a specific identity, or as a condition of multiculturalism, that is as a type of heritage: it is therefore possible, using the memories created by the descendants of exiles, to “feed the nostalgia for a country that one has never been to, to experience the lack of a language that we have never spoken.” (Alexis Nouss).This means that, being a broad notion which could take part in any reflection on location and connection, exile is not reducible to solely its historic and social aspects. It would therefore be interesting with regard to the exilic experience to explore the ideas of immateriality, of ‘non-places.’ Exile is indeed perceived as the experience of someone being both here and there, of concrete places and metaphorical territories. In this latter sense, places of exile are primarily non-places: emotional spaces leading to somewhere else and their moving surroundings, ephemeral thresholds between past and future stories; but they are also new places, spaces renewed by artistic, literary, dramatic or musical expression. In any case, these unique places/non-places initiate a way of being in the world, challenging distances and expectations, feelings of incompleteness or utopias of togetherness, inventing citizens of borderless nations. In this perspective, exile becomes value and heritage, a transmission of a constantly revisited life that has been recomposed by a plurality of actors and experiences, from artist to translator, from photography to music, and through writing, theatre and cinema: What do these illustrations and imaginary representations of exile offer to us? What is at stake in the permanence and the diversity of these non-places?

Responsable(s)
Alexandra Galitzine-Loumpet
Catégories francophones
Anthropologie culturelle, Langage, Littératures, Représentations, Études visuelles, XXe siècle
Catégories anglophones
Anthropology, Literature, Arts & Humanities, Multidisciplinary, Social Sciences; Interdisciplinary

Éditeur

OpenEdition

OpenEdition est une infrastructure complète d’édition électronique au service de la communication scientifique en sciences humaines et sociales.

Accéder au site

En savoir plus

Services

RSS
S'abonner
Contact
galitzine@msh-paris.fr

Informations bibliographiques

Rédacteur(s) en chef
Alexandra Galitzine-Loumpet
Année de création
2012
Date de mise en ligne
07 juin 2012
Langue de la publication
Français

Coordonnées

Courriel
galitzine@msh-paris.fr
Adresse postale
Non-lieux de l'Exil
s/c Secrétariat scientifique
190-198 avenue de France,
75648 Paris cedex 13
France
Ville de production
Paris


Ressources électroniques et communication scientifique